WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]
Le rabbin David Hill : "Sans les précieux conseils et l'aide du Rabbi, l'opération Lifeline n'aurait jamais eu un tel succès"

Le rabbin David Hill : "Sans les précieux conseils et l'aide du Rabbi, l'opération Lifeline n'aurait jamais eu un tel succès"

Le rabbin David Hill a été vice-président de la Conférence nationale sur le judaïsme soviétique et a dirigé l'opération Lifeline, qui a envoyé des Juifs américains derrière le rideau de fer pour enseigner la Torah et distribuer des articles religieux. Le Rav Hill a également dirigé le Conseil national des jeunes Israéliens de 1961 à 1965. Il a été interviewé chez lui dans le Queens en décembre 2010.

 

Je suis né en Lettonie, mais j'ai grandi aux États-Unis, où ma famille a immigré en 1930. Très jeune, j'ai rejoint "Young Israel" et, à l'âge adulte, j'ai commencé à faire du bénévolat.

"Young Israel" est une organisation du judaïsme orthodoxe aux États-Unis et dotée d'un réseau de synagogues. "Young Israel" . Son objectif était de rendre le judaïsme orthodoxe plus pertinent pour les jeunes juifs américanisés, à une époque où une éducation juive importante était rare.

Après un certain temps, je suis devenu délégué au Conseil national de "Young Israel", l'organe qui a gouverné toutes les sections de la "Young Israel". plus tard, je suis devenu officier et, en 1961, je suis devenu président national.

Mon objectif était de comprendre ce qui serait la meilleure chose que "Young Israel" pourrait faire pour le peuple juif, non seulement en Amérique, mais aussi en Union soviétique. En essayant de résoudre ce problème, j'ai décidé de demander conseil au Rabbi .

Quand je suis entré dans le bureau du Rabbi - je me souviens que c'était une simple pièce remplie de livres - je me suis assis en face du Rabbi et il s'est assis derrière son bureau, ne me quittant jamais des yeux. Quand il a parlé, il était très direct. Pour commencer, il a demandé: «Dans quelle langue voulez-vous parler?» J'ai dit: «Si cela ne vous dérange pas, yiddish .» Il semblait surpris. «Le président américain de Young Israel préfère le yiddish?" J'ai dit :"Parce que c'est ma langue maternelle." Puis je lui ai demandé: «Selon vous, quel devrait être l'objectif principal du "Young Israel" pour les dix prochaines années?».

Le Rabbi semblait savoir tout ce qui se passait avec le "Young Israel". Par exemple, il savait que nous n'avions qu'une seule cuisine casher à l'Université Cornell. Il m'a dit: «Au cours des dix prochaines années, votre principal objectif devrait être les étudiants juifs d'université. Et vous devez leur donner un lieu de rassemblement - un lieu qui ne dispose pas seulement de nourriture casher, mais qui les éduque également dans la Torah. Vous devriez organiser de tels centres sur au moins dix campus.»

J'ai dit: "Excusez-moi, Rabbi, mais où vais-je trouver l'argent pour cela?"

Avec un grand sourire, le Rabbi répondit: «Lorsque je demande à un Hassidim de collecter de l'argent pour l'une de mes activités, il le font. Vous n'avez pas ce genre de Hassidim?

Son autre conseil était de trouver un dénominateur commun auquel réformistes, conservateurs et orthodoxes pourraient se rallier - une question sur laquelle tout le monde serait d'accord.  Un des problèmes évoqués par le Rabbi était l'opposition à une activité missionnaire visant les Juifs. Un autre, qui, a-t-il dit, devrait figurer en tête de liste, était de soutenir Israël.

Notre conversation a porté sur de nombreux sujets, puis je lui ai demandé: «Que puis-je faire pour les Juifs de la Russie soviétique?». Je lui ai dit que j'avais posé cette question à cause des racines russes de ma famille. J'ai ajouté: «Je me souviens que ma mère m'avait dit qu'un des membres de notre famille était Mordehai Dubin, qui avait déployé des efforts héroïques pour sauver le Rabbi précédent lorsqu'il avait été arrêté à Leningrad."

Dès qu'il a entendu cela, le Rabbi a dit qu'il voulait me parler davantage de la communauté juive russe.

La fois suivante que nous nous sommes vus, le Rabbi a déclaré: «Je ne divulgue pas d'informations à propos de la manière dont nous aidons les Juifs en Russie, à cause du danger que cela les causerait à l'intérieur. Mais je vous donnerai quelques noms et adresses et je vous ouvrirai d'autres portes. Cependant, j'ai deux conditions. Le première - si vous leur envoyez des rabbins, envoyez-les avec la barbe. Pourquoi? Parce que le juif russe moyen qui se souvient d'un rabbin, se souvient d'un rabbin avec une barbe. Si vous envoyez des gens rasés de près, les Juifs russes ne les accepteront pas. La seconde, vous avez affaire à la vie et à la mort, vous ne pouvez donc donner aucune interview à la presse, car vous mettrez des personnes en danger. Ce doit être fait - sans publicité."

Je lui ai donné ma parole. Et puis il m'a donné entre quarante et cinquante noms de personnes à travers l'Union soviétique. Il m'a également aidé avec nos volontaires, qui ont tous passés pas plus de deux semaines.

Ma tâche était de former ces volontaires. Pour leur apprendre à passer les douanes, quoi emporter avec eux, ce qu'ils pourraient ou ne pourraient pas écrire, ce qu'ils devaient mémoriser, comment passer un appel téléphonique depuis une cabine téléphonique, comment héler un taxi. Par exemple, je leur ai enseigné: «Ne prenez jamais un taxi devant votre hôtel et, lorsque vous leur indiquez la destination, ne donnez jamais le numéro de rue correct.»

En cours de route, on m'a demandé de former des volontaires de l'Agudah, une organisation qui s'opposait au gouvernement laïc en Israël et ne voulait donc pas encourager les Juifs russes à immigrer en Israël. Puisque cette organisation était controversée par les Israéliens, je ne savais pas si je devais former leurs volontaires ou non. J'ai donc demandé conseil au Rabbi. Sa réponse est revenue: «Si ils vont enseigner la Torah, alors absolument. Plus le nombre de personnes pouvant enseigner la Torah sera grand, plus le nombre de Juifs retournant au judaïsme sera grand ».

À Souccot en 1968, je devais entrer en Russie, avec des Etroguim nécessaires à la mitsva du Loulav, la palme. Ces fruits tropicaux n'étaient pas disponibles en Russie et il fallait les importer, mais comment?

Le Dr Maurice Sage, qui était d'ailleurs à la Sorbonne en même temps que le Rabbi, a déclaré qu'il pourrait trouver un moyen de faire passer les Etroguim en contrebande dans des valises diplomatiques. Un ancien étudiant africain à la Sorbonne était désormais ambassadeur de son pays à Moscou et était disposé à le faire. Quand j'ai consulté le Rabbi, il m'a dit: «Profitez au maximum de cette opportunité. Choisisez de petits lulavim et esrogim et remplissez les de valises.» Et cela a fonctionné à merveille.

Mais le fait est que toute l'opération n'aurait jamais eu un tel succès sans les précieux conseils et l'aide du Rabbi. Et je le dis publiquement partout où je vais.

Il nous a ouvert la porte à un moment où seul Loubavitch était impliqué dans le judaïsme russe. À partir de la période de la révolution russe de 1917, lorsque les Yevsektzia ont fermé les synagogues et les Yechivot et que tous les rabbins sont entrés dans la clandestinité, Loubavitch a maintenu la flamme en vie. Je crois que cela avait à voir avec la direction du Rabbi - en commençant par le Rabbi précédent et en s'élargissant avec le Rabbi.

Les émissaires de Habad, soumis à l'autorité centrale du Rabbi, suivaient ses directives et tiraient leur force de ses conseils, même s'ils risquaient parfois leur vie. C’est d’où vient la force du Hassid - sa foi en le Rabbi - en sachant que le Rabbi sait mieux quel chemin il doit suivre. chabad.org

 

 

La Paracha de Pin'has: 7 montées, 7 enseignements Hassidiques, avec le Rav Shaul Sillam

La Paracha de Pin'has: 7 montées, 7 enseignements Hassidiques, avec le Rav Shaul Sillam


Pin'has, 1ère montée: Les retombées de la bravoure de Pin'has

 


Pin'has, 2ème montée: Les lettres Youd et Hé, témoignages de la présence Divine chez les enfants d'Israel

 


Pin'has, 3ème montée: Le tirage au sort et ses sources profondes - Ou: comment se débloquer de situations professionnelles ou familiales "coincées"?

 


Pin'has, 4ème montée: Yéhochoua - Roi et dirigeant spirituel ... tout comme le Machia'h

 


Pin'has, 5ème montée: La valeur de notre Tefila aux yeux de D...

 


Pin'has, 6ème montée: Les fêtes de Tichri, occasion d'élever la nature

 


Pin'has, 7ème montée: 70 taureaux pour 70 Nations.
Les Nations à la fin des temps

 

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP