Des images satellites montrent une activité inhabituelle sur le site nucléaire iranien

Des images satellites montrent une activité inhabituelle sur le site nucléaire iranien

Itay Blumenthal, Ynet, traduit par Hassidout.org

Les photos prises par ImageSat International montrent une activité inhabituelle à l’installation nucléaire souterraine de Fordow, y compris la porte d’entrée laissée ouverte et les voitures et les bus garés à l’extérieur; l’installation est apparue vacante pendant deux ans avant la récente activité, dit l’ISI.
De nouvelles images satellites publiées jeudi montrent une activité inhabituelle dans l’installation d’enrichissement nucléaire souterraine iranienne à Fordow.

Les images, prises par des satellites appartenant à ImageSat International (ISI) le 29 avril, montrent la porte d’entrée menant aux tunnels du site d’enrichissement ouverte, ce qui est inhabituel.

 

 (Photo: ImageSat International ISI)

(Photo: ImageSat International ISI)

 

 (Photo: ImageSat International ISI)

(Photo: ImageSat International ISI)

 

Les images montrent également une trentaine de véhicules et quatre bus garés à l’extérieur le 29 avril, ce qui n’est pas arrivé depuis des mois.

 

 (Photo: ImageSat International ISI)

(Photo: ImageSat International ISI)

 

L’installation souterraine est située à l’intérieur d’une montagne et doit être placée sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

 (Photo: ImageSat International ISI)

(Photo: ImageSat International ISI)

 

Selon l’ISI, le satellite israélien AROS-B a montré que le site, qui semble être inoccupé depuis deux ans, est maintenant apparemment de nouveau actif.

Les photos montrent également que des progrès ont été réalisés sur certaines structures construites à l’extérieur de l’établissement. À titre de comparaison, ISI a également publié des images satellites à partir de Juillet 2016 du même endroit.

On pense que ces structures sont destinées à la production, à la recherche et au développement.

 (Photo: ImageSat International ISI)

(Photo: ImageSat International ISI)

Les images ont été publiées seulement trois jours après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait présenté des documents et des images qui, selon lui, prouvaient que Téhéran avait menti aux puissances mondiales au sujet de son programme nucléaire militaire.

L’agence de renseignement israélienne, le Mossad, a réussi se procurer une demi-tonne de documents – quelque 55 000 documents papier et 50 000 fichiers supplémentaires sur des CD – en provenance de Téhéran. Ces documents, selon Israël, constituent une part importante des archives nucléaires iraniennes.

L’Iran a peu d’options pour venger les frappes d’Israel en Syrie

L’Iran a peu d’options pour venger les frappes d’Israel en Syrie

 

Ynet, traduit par Hassidout.org

Bien qu’il ait longtemps menacé l’existence d’Israël, l’Iran n’a pas de force aérienne moderne pour affronter Israël. Le lancement de missiles balistiques reste également un point d’interrogation, compte tenu du système de défense antimissile israélien, de la quasi-certitude des représailles israéliennes massives et du risque de s’aliéner davantage l’Occident alors que le président Donald Trump menace de retirer les États-Unis de l’accord atomique.

Pendant ce temps, la stratégie à long terme de l’Iran consistant à s’appuyer sur des groupes et des mandataires alliés se heurte également à des limites. Le Hezbollah, maintenant ensanglanté et battu par la longue guerre syrienne, n’a peut-être pas l’appétit pour un autre conflit alors que le groupe militant chiite tente de s’intégrer davantage dans la politique libanaise locale.

Voici un aperçu de ce qui s’est passé et des défis auxquels l’Iran est confronté.

Dimanche, juste avant minuit, une autre attaque a frappé les avant-postes du gouvernement syrien plus au nord, dans les provinces de Hama et d’Alep. L’Observatoire syrien des droits de l’homme basé en Grande-Bretagne a déclaré que les frappes visant un dépôt d’armes contenant des missiles sol-sol appartenant aux milices iraniennes dans la province de Hama et une base militaire dans la province d’Alep ont tué 26 forces pro-gouvernementales et 18 experts Iraniens.

Les soupçons de ces deux attaques ont immédiatement pesé sur Israël, qui, conformément à la tradition, n’a ni confirmé ni nié avoir mené les frappes. Si les avions israéliens ont effectué le dernier assaut, cela signifierait que Tsahal pénètre de plus en plus profondément dans le territoire syrien, alors que Hama est à environ 180 kilomètres d’Israël.

 

Les limites militaires iraniennes

Alors que le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, a qualifié l’attaque du 9 avril de «crime» et que d’autres fonctionnaires ont menacé de se venger, les moyens militaires conventionnelles iraniens sont très limités.

La force aérienne iranienne, en particulier, a souffert depuis la révolution islamique de 1979. L’épine dorsale de sa puissance aérienne demeure les F-4, F-5 et F-14 américains d’avant la révolution, avec un mélange d’autres avions soviétiques et français vieillissants. Cette flotte est dépassée par les avions de combat modernes fournis par les États-Unis à Israël et aux pays arabes du Golfe.

Pour contrer cela, l’Iran a consacré une grande partie de son argent au développement de missiles balistiques qui, selon lui, constitue un moyen de dissuasion défensive contre une attaque aérienne directe. La Garde révolutionnaire iranienne, force paramilitaire intransigeante relevant uniquement de Khamenei, contrôle ces missiles balistiques qui peuvent atteindre Israël.

Il y a un précédent récent pour l’Iran qui lance des missiles balistiques pour venger les attaques. En juin dernier, six missiles iraniens Zolfaghar visaient des positions de groupes de l’État islamique en Syrie en représailles à une attaque revendiquée par l’EI contre le parlement iranien et le mausolée de Ruhollah Khomeini, le fondateur de la République islamique. Cependant, les médias israéliens ont rapporté plus tard qu’un seul a atteint son objectif, ce qui a été démenti par l’Iran.

Israël, en coopération avec les États-Unis, a également mis au point un système de défense antimissile multicouche qui peut le protéger contre les tirs iraniens. Alors qu’aucune défense antimissile n’est parfaite, Israël pourrait se défendre. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui est depuis longtemps un faucon sur l’Iran, n’hésitera probablement pas à lancer une attaque massive en représailles.

L’accord nucléaire dans la balance

Une attaque de missiles contre Israël entraînerait une réponse immédiate de l’Occident, en particulier des États-Unis, qui ont longtemps agi en tant que garants de la sécurité d’Israël. Trump a promis « nous n’avons de meilleurs amis nulle part » qu’Israël et déplace l’ambassade américaine à Jérusalem , ce qui a irrité les Palestiniens et leurs partisans arabes, qui revendiquent Jérusalem-Est comme capitale d’un futur Etat.

Toute action militaire isolerait davantage l’Iran alors que Trump se verrait imposer une date limite fixée au 12 mai pour décider quoi faire de l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales. Cet accord a permis à l’Iran de vendre du pétrole brut sur le marché international et de regagner l’accès aux banques du monde. Perdre pourrait signifier d’autres problèmes économiques pour l’Iran, qui a déjà vu sa monnaie, le rial, dégringoler face au dollar américain.

Alors que les Iraniens moyens n’ont pas bénéficié directement de l’accord nucléaire, ils ont fortement ressenti la crise monétaire. Les officiels du gouvernement iranien reconnaissent que la colère, couplée à des ressentiments encore fumants après les manifestations à l’échelle nationale qui ont balayé le pays en décembre et en janvier, pourraient encore remettre en question leur domination. Cela pourrait s’accentuer avec une attaque sur Israël.

 

Problèmes internes du Hezbollah

L’Iran pourrait se rabattre sur ses alliés ou mandataires militants régionaux pour lancer une attaque, une stratégie qu’il a utilisée avec beaucoup de succès après sa guerre ruineuse des années 1980 avec l’Irak. Après l’invasion américaine de 2003 qui a renversé Saddam Hussein, les Etats-Unis ont accusé l’Iran d’avoir entraîné des militants irakiens à construire des projectiles soi-disant explosifs, qui ont pénétré dans des véhicules blindés pour mutiler et tuer des soldats. Téhéran a nié faire cela. Les nations occidentales et les experts de l’ONU affirment également que l’Iran a fourni des armes aux rebelles chiites qui tiennent maintenant la capitale yéménite, des armes légères aux missiles balistiques, ce que Téhéran nie également.

Le Hezbollah, le groupe militant libanais et l’organisation politique qui a poussé les forces israéliennes à quitter le Liban en 2000, est la plus grande réussite de l’Iran. Depuis lors, le Hezbollah est resté un adversaire d’Israël et a combattu une guerre en 2006. Les collines qui bordent Israël restent la forteresse du Hezbollah.

L’Iran pourrait riposter par l’intermédiaire du Hezbollah, mais le groupe a été battu dans la guerre syrienne. Soutenant le président syrien Bachar Assad, il a vu des centaines de ses combattants tués et blessés.

Le Hezbollah veut également s’intégrer davantage dans la politique libanaise locale alors que la nation vote dimanche pour un nouveau parlement, pour la première fois en neuf ans. Le lancement d’une nouvelle guerre pourrait mettre en danger sa base de soutien politique, y compris peut-être parmi sa circonscription chiite, qui se méfie d’une autre guerre ruineuse avec Israël.

Qu’est-ce qui se passe maintenant?

Pour l’instant, l’Iran continue de menacer verbalement de représailles. Si ce n’était pas le cas, Israël pourrait se sentir encouragé à lancer des frappes encore plus profondes en Syrie pour éliminer les principales bases iraniennes avant la fin de la guerre. Mais la poursuite des frappes risque d’aggraver l’escalade de toutes parts, le Hezbollah étant toujours lourdement armé juste de l’autre côté de la frontière israélienne. La réaction de la Russie et des États-Unis à toute escalade reste également une question.

 

Le Rabbi en 1991 : « Israël doit être fort, afin d’empêcher l’expansion de la Syrie et de l’Iran »

Le Rabbi en 1991 : « Israël doit être fort, afin d’empêcher l’expansion de la Syrie et de l’Iran »

 

Col, traduit par Hassidout.org

À la suite de la conférence du Premier ministre Benjamin Netanyahou sur le programme nucléaire de l’Iran, nous vous présentons ici un extrait de la rencontre de Ron Nachman, ancien Maire d’Ariel  avec le Rabbi de Loubavitch lors de distribution des dollars le dimanche 6 octobre 1991.

Ron Nachman était un politicien israélien et un ancien membre de la Knesset pour le « Likoud ». Le fondateur d’ Ariel, l’une des plus grandes implantation israéliennes en Cisjordanie, il en fut le maire de 1985 jusqu’à sa mort en 2013.

Le Rabbi avait soulevé, de sa propre initiative la question iranienne, affirmant que la terre d’Israël doit être forte face à la Syrie et l’Iran. Le Rabbi a expliqué à M. Ron Nachman quelle devait être notre position dans les relations entre Israël et les États-Unis.

Entre autres, le Rabbi a dit:

« Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, les États-Unis veulent le bien d’Israël car il est leur allié contre les Arabes. Les Arabes sont contre les Etats-Unis et ne souhaitent pas le succès des États-Unis mais celui de l’Iran etc… Cependant, les pensées étrangères et le besoin de trouver des réponses aux problèmes qui ont été soulevés récemment ici. »

« Il est facile de retrouver les discours des différents présidents des États-Unis d’il y a six mois, un an ou plus, dans lesquels ils ont expliqué clairement comment il est indispensable pour le bien du monde entier, y compris les Etats-Unis, que la terre d’Israël soit forte, afin d’empêcher l’expansion de la Syrie, des Arabes et de l’Iran, qui sont contre les États-Unis, pas moins qu’ils ne sont contre Israel, et peut-être encore plus … « .

Demandes de bénédictions sur le tombeau du Arizal à Safed (Tsfat)

Demandes de bénédictions sur le tombeau du Arizal à Safed (Tsfat)

 

Rabbi Isaac Ashkenazi Louria, ou Luria, ou Loria, יצחק לוריא (Jérusalem 1534- Safed 15 juillet 1572), rabbin et kabbaliste, est considéré comme le penseur le plus profond du mysticisme juif parmi les plus grands et les plus célèbres, et le fondateur de l’école kabbalistique de Safed. Il fut même identifié par certains Sages comme étant le Machia`h ben Yossef.

On le connaît aussi sous le nom de Ari, acronyme qui signifiait à l’origine « Elohi (divin) Rabbi Isaac » mais qui est aussi traduit par « Ashkenazi Rabbi Isaac » ou « Adoneinu Rabbeinu Isaac » (notre maître, notre rabbin Isaac) selon les sources. Par ailleurs le mot hébreu Ari (ארי) signifie également « lion », Ari zal (Ari sa mémoire est une bénédiction) ou Ari hakadosh (le Saint Ari).

Rabbi Itshak Louria est l’auteur des théories qui constituent la kabbale lourianique. Elle a été exposée par plusieurs de ses disciples, principalement par Haïm Vital (1542-1620) et par Joseph Ibn Tabul (1545-1610), dans des ouvrages dont le plus connu est le Sefer Etz Hayyim (le Livre de l’Arbre de Vie).

La kabbale lourianique joue un rôle considérable dans la culture juive, et au-delà d’elle. Les traductions et les commentaires de Christian Knorr von Rosenroth (1636-1689) ou de François-Mercure Van Helmont (1614-1698) la diffusent en Europe dès le xviie siècle. Elle a fait l’objet de nombreuses études, notamment par les historiens Gershom Scholem(1897-1982) et Charles Mopsik (1956-2003).

Biographie

Rabbi Itshak Louria naît à Jérusalem. Son père, ashkénaze d’Europe centrale, y aurait immigré après son mariage avec une séfarade. À la mort prématurée de celui-ci, le jeune Isaac est élevé par sa mère, qui émigre en Égypte où son frère, Mordekhaï Frances, riche négociant, est installé.
L’année de ce déménagement est incertaine. D’après son propre témoignagne, il aurait étudié à Jérusalem auprès du kabbaliste Shem Tov ben Joseph ibn Shem Tov. Cependant, la tradition orale situe son arrivée chez son oncle à l’âge de sept ans. Rabbi Itshak Louria étudia dans une yéchiva sous la direction de David ben Salomon ibn Abi Zimra et de son successeur. Il s’y montra exceptionnellement doué, subvenant à ses besoins grâce au commerce et au négoce.

À 15 ans, il épousa la fille de son oncle, après quoi les époux se retirèrent dans une île sur le Nil qui appartenait à son oncle et beau-père. Rabbi Isaac Louria s’y consacra principalement au Zohar et aux œuvres kabbalistiques antérieures, mena une vie d’ascèse et commença à avoir des visions.

En 1569, à la suite d’un appel intérieur, il s’installa à Safed. Jouissant rapidement d’une forte réputation de poète mystique, il commença à enseigner la Kabbale en académie, et à prêcher dans les synagogues. S’intéressant particulièrement aux idées de Moïse Cordovero, il étudia la Kabbale avec lui jusqu’à la mort de celui-ci.
Lui-même mourut à Safed, à l’âge de 38 ans, au cours d’une épidémie, deux ans après son Maître Moïse Cordovero.

Rabbi Isaac Louria fut extrêmement révéré, ses disciples le créditaient de nombreux miracles, et le considéraient comme un saint (elohi, “divin”, n’est pas un terme honorifique fréquent dans le judaïsme. Il n’apparaît en réalité que pour lui.)

Sa vie à Safed

Rabbi Itshak Louria y organisa la vie de ses disciples qui s’établirent dans un quartier isolé. Le matin du Shabbat, il organisait des processions pour aller recueillir l’esprit éthéré de la reine de Chabbat dans les champs voisins. Après celles-ci, Rabbi Itshak Louria donnait en général des explications sur sa doctrine.

Sa doctrine

Le tabernacle de la synagogue Louria à Safed
Sa conception du monde est influencée par les questions qui traversent la diaspora juive au xvie siècle, traumatisée par l’expulsion d’Espagne et les méfaits de l’Inquisition. Rabbi Isaac Louria y trouve des explications étonnantes mais cohérentes, et entrevoit la fin des souffrances du peuple juif, ce qui explique le succès de ses thèses, et la vitesse à laquelle elles se sont propagées.

La kabbale lourianique

« Qu’est-il arrivé avant le commencement des temps pour que commencement il y ait ? » Jusqu’à ce que Rabbi Isaac Louria s’intéresse à cette question, le Dieu des religions n’avait d’intérêt qu’en tant qu’il se manifestait aux hommes. Le Dieu d’avant la création n’était ni un souci, ni un problème important, selon Charles Mopsik.

« Comment Dieu créa-t-il le monde ? – Comme un homme qui se concentre et contracte sa respiration, de sorte que le plus petit peut contenir le plus grand. Il a ainsi concentré Sa lumière dans une main, à Sa mesure, et le monde fut laissé dans les ténèbres, et dans ces ténèbres il tailla les rochers et sculpa la pierre », explique Rabbi Isaac Louria. Il conçoit ainsi le premier acte de Dieu. Nahmanide, un kabbaliste du xiiie siècle, imaginait déjà un mouvement de contraction originelle, mais jusqu’à Rabbi Itshak Louria, on n’avait jamais fait de cette idée un concept cosmologique fondamental, remarque Gershom Scholem.

« La principale originalité de la kabbale lourianique tient au fait que le premier acte de la divinité transcendante – une transcendance que les kabbalistes appellent le En Sof (l’Infini) – n’est pas « un acte de révélation et d’émanation, mais, au contraire, un acte de dissimulation et de restriction3».
Article détaillé : Kabbale lourianique.

Rabbi Itshak Louria postule que le temps et l’espace n’ont pas toujours existé. Trois concepts clefs articulent sa vison de la création du monde :
• Le tsimtsoum : le retrait (ou la contraction) de Dieu en lui-même pour laisser place à un vide où le En Sof, par l’intermédiaire d’une émanation lumineuse circulaire, procède à la création du monde en alimentant les dix réceptacles (les dix vases) appelés sefirot qui sont à l’origine de la vie et de la création.
• La chevirat hakelim ou brisure des vases : à cette création initiale en cercles lumineux concentriques s’ajoute un rayon en ligne droite appelé homme primordial. L’afflux de lumière qui en résulte fait éclater sept vases, parmi les dix, en dispersant la lumière divine sous forme d’étincelles attachées aux débris qui se répandent dans le monde.
• Le tikkun ou réparation : c’est à l’homme qu’incombe la tâche de réparer les vases. Pour ce faire, l’homme doit agir à l’intérieur de lui-même pour exhumer les étincelles de lumière divine en les libérant des choses qui les emprisonnent.

Rabbi Itshak Louria porte son attention sur le respect des commandements divins (les Mitzvot), sur la nourriture en particulier. Mais, plus généralement, il conçoit que « tout objet, tout lieu dans l’espace, est porteur d’étincelles lumineuses qui attendent depuis le commencement des temps une libération » remarque Charles Mopsik. «Rabbi Isaac Louria distinguait partout dans la nature, dans les sources d’eaux vives, les arbres, les oiseaux, des âmes de justes et des étincelles de lumière aspirant à la délivrance, il entendait leur appel et tout son enseignement visait à exposer les moyens de contribuer à l’œuvre rédemptrice universelle».

La plus ancienne boutique sur Kingston Avenue a marqué les générations

La plus ancienne boutique sur Kingston Avenue a marqué les générations

 

Collive, traduit par Hassidout.org

Lorsque la plus grande chaîne de jouets américaine Toys ‘R’ Us a déclaré faillite, les experts ont cru que l’apocalypse américaine était en route.  Cependant, un magasin de jouets, dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn, prouve qu’avec une bonne approche et de bons services, un magasin de rue traditionnel peut avoir du succès.

Kingston Toys, connu localement sous le nom de Zakon’s, est maintenant le plus ancien magasin qui opère sur Kingston Avenue. Il vend, depuis 40 ans, des jouets et des fournitures de bureau.

Aron et Sima Zakon, ont acheté cette boutique en 1978 lorsqu’elle était située au 373, avenue Kingston (actuellement Boytique). Plus tard ils ont déménagé au 388 de l’avenue Kingston.

Aron était un professeur d’école et sa femme Sima était femme au foyer, lorsqu’ensembles, ils se sont lancés dans une nouvelle aventure et en ont ouvert ce magasin familial qui est aujourd’hui exploité par leur fille Braindy et son mari Barouh Naparstak .

« ils avaient l’habitude d’amener leurs enfants ici, juste pour leur montrer comment l’on peut avoir un commerce et prendre aussi le temps d’étudier. « 

« Beaucoup de gens se souviennent de mon père étudiant chaque fois qu’il avait un moment de libre dans le magasin », se rappele Braindy. « Il écoutait des cassettes de cours de Torah et lorsqu’un enfant était bruyant, il augmentait le volume. L’enfant pensait que c’était un talkie-walkie et il se calmait. »  Même après avoir repris la direction du magasin depuis seize ans et l’avoir renommé, les souvenirs demeurent.

«Les gens nous appellent encore Zakon parce que c’est le nom de famille de mes parents», dit-elle. « Nous sommes devenus une icône du quartier et un lieu de rencontre sur Kingston Avenue. Des gens nous ont dit, des années plus tard, alors que mon père n’était plus dans le magasin qu’ils avaient l’habitude de venir ici et d’amener leurs enfants, juste pour leur montrer que l’on peut faire un commerce et prendre le temps d’étudier. « 

« Lorsque nous avons pris la relève », explique-t-elle, « nous avons d’abord mis au gout du jour le look du magasin, puis nous avons développé nos produits. Nous nous efforçons toujours de maintenir un look soigné et actualisé car l’apparence a toujours été importante pour nous. Nous avons été les premiers du quartier à rénover notre magasin et à le mettre en vitrine, il y a des années. » 

 


Donald Trump : « les informations israéliennes sur le programme nucléaire iranien sont convaincantes »

Donald Trump : « les informations israéliennes sur le programme nucléaire iranien sont convaincantes »

 

Ynet, traduit par Hassidout.org

Donald Trump persiste et signe. Le président américain a une nouvelle fois dénoncé lundi 30 avril « l’horrible » accord sur le nucléaire iranien à l’approche de sa décision, très attendue, sur le devenir de ce texte négocié par son prédécesseur Barack Obama.

« Dans sept ans, cet accord aura expiré et l’Iran pourra développer des armes nucléaires », a-t-il lancé lors d’une conférence de presse commune avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Ce n’est pas acceptable, sept ans c’est demain« , a-t-il martelé.

« C’est un accord qui n’a pas été approuvé par beaucoup de monde et c’est un accord horrible pour les États-Unis », a-t-il encore déclaré. Interrogé sur les propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a affirmé que son pays disposait de nouvelles « preuves concluantes » d’un programme secret iranien pour se doter de l’arme nucléaire, Donald Trump est resté évasif.

La Maison Blanche affirme que les faits révélés par le Premier ministre Netanyahu fournissent des «détails nouveaux et convaincants» sur les efforts de Téhéran pour développer des «armes nucléaires livrables par missiles»; Le porte-parole du gouvernement britannique défend l’accord nucléaire, déclarant « nous n’avons jamais été naïfs au sujet de l’Iran et de ses intentions nucléaires ». 

« Ces faits sont en accord avec ce que les Etats-Unis savent depuis longtemps: l’Iran avait un programme d’armes nucléaires solide et clandestin qu’il a essayé de dissimuler au monde et à son propre peuple », peut-on lire dans la déclaration de la Maison Blanche.

Le président américain Donald Trump devrait décider, d’ici au 12 mai, si les Etats-Unis se retireront d’un accord nucléaire international de 2015 avec l’Iran.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré que les informations montraient que les dirigeants iraniens avaient menti à leur peuple à propos d’un programme d’armes nucléaires connu sous le nom de « Projet Amad ». Mais Pompeo a refusé de dire si les documents ont fourni la preuve d’une violation de l’accord nucléaire.

 

Binyamin Netanyahou, lors de sa conférence de presse sur le programme nucléaire militaire de l’Iran

Etats-Unis : le Consul Général d’Israël à New York, Dani Dayan, rencontre les cadres du Mouvement Loubavitch

Etats-Unis : le Consul Général d’Israël à New York, Dani Dayan, rencontre les cadres du Mouvement Loubavitch

 

Collive, traduit par Hassidout.org

Dani Dayan, né en 1955 est le Consul général d’Israël à New York depuis août 2016. Il est un leader politique israélien, un entrepreneur  et un défenseur des implantations israéliennes en Judée-Samarie . Il est né à Buenos Aires, en Argentine. Lui et sa famille ont immigré en Israël en 1971, quand il avait 15 ans, s’installant dans le voisinage de Tel Aviv de Yad Eliyahu. Dayan a passé 7,5 ans dans l’armée israélienne. Il est un cousin de la journaliste Ilana Dayan .

Dani Dayan a rencontré lundi matin des responsables du Mouvement Loubavitch au Jewish Children’s Museum à Crown Heights pour discuter du « plus grand voyage de groupe en Israël ».

Il a été accueilli par le Rav  Moché Kotlarsky, vice-président de « Merkos L’inyonei Chinuch » et président de  « Chabad on Campus » et du « Rohr Jewish Learning Institute » (JLI)

Dayan est venu pour discuter du travail important de Habad sur les campus universitaires et du récent voyage  « Terre et Esprit en Israël », qui est le plus grand voyage de groupe en Israël toutes organisations confondues.

Étaient présents le Rav Ephraim Mintz, directeur exécutif de JLI, le Rav Mendy Kotlarsky, directeur exécutif de « Merkos Suite 302 », le Rav Mendel Kotlarsky du « Kinus Office », le Rav Dubie Rabinowitz , directeur de « Sinai Scholar », le  Rav Shmuly Karp, directeur du voyage « Terre et Esprit » de JLI et le militant Rav Yaacov Behrman.

Dani Dayan a exprimé l’importance de l’éducation juive et a passé en revue plusieurs initiatives de « Merkos 302 » et JLI.

C’était une « excellente réunion », a tweeté Dani Dayan, ajoutant en référence au Rabbi: « Depuis la première fois que j’ai vu le Rabbi de Loubavitch il y a près de 40 ans, je suis un grand admirateur du Mouvement Loubavitch.

Dayan sera présenté dans le prochain programme « Shark Tank de CKids », qui fait partie du club mensuel du réseau « Chabad Children’s », qui recrute des enfants juifs dans 140 villes des Etats-Unis.