Binyamin Netanyahou a les preuves que l’Iran a menti sur son programme nucléaire militaire

Binyamin Netanyahou a les preuves que l’Iran a menti sur son programme nucléaire militaire

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a dévoilé lundi des preuves « nouvelles et concluantes » du programme nucléaire iranien issues des archives atomiques secrètes de l’Iran, lors d’une conférence de presse depuis le ministère de la Défense.

Il a présenté à la presse à Tel-Aviv et en direct devant les télévisions israéliennes ce qu’il a décrit comme « les copies exactes » de dizaines de milliers de documents originaux iraniens obtenus il y a quelques semaines au prix d’une « formidable réussite dans le domaine du renseignement ».

Ces documents contenus sur papier ou sur CD constituent des « preuves nouvelles et concluantes du programme d’armes nucléaires que l’Iran a dissimulé pendant des années aux yeux de la communauté internationale dans ses archives atomiques secrètes », a-t-il dit.« Ces dossiers prouvent de manière évidente que l’Iran est en train de mentir sur son programme nucléaire militaire », a affirmé Netanyahou. « 1500 dossiers secrets prouvent que l’Iran a menti sur son programme nucléaire militaire et l’Iran n’a pas respecté les conditions de l’AIEA », a-t-il ajouté.

 

Le Premier ministre israélien s’est exprimé lundi à 20H00 locales (17H00 GMT) sur « un important développement » concernant l’accord international avec l’Iran sur les activités nucléaires de ce dernier.

Le nouveau chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et le Premier ministre israélien ont rappelé dimanche leurs préoccupations communes face à la menace iranienne, lors d’une conférence de presse à Tel-Aviv. « Je pense que la plus grande menace du monde et de nos deux pays est l’émergence d’un islam militant avec des armes nucléaires. Et particulièrement la tentative de l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire », a réitéré Netanyahou.

 

La conférence de presse s’est tenue alors qu’un journal syrien a indiqué le même jour que « 9 missiles balistiques » avaient été tirés depuis une base située en Jordanie, accusant les forces britanniques et américaines d’en être responsables.Selon l’OSDH, ce sont au moins 26 combattants pro-Assad dont une « majorité » d’Iraniens qui ont été tués lors de ces frappes à Hama et Alep.

Les médias affiliés à l’opposition syrienne affirment quant à eux que 38 soldats gouvernementaux dont 18 Iraniens ont été tués et qu’il y aurait également 57 blessés. I24news

 

Une série de petits tremblements de terre secouent la région de la Mer Morte

Une série de petits tremblements de terre secouent la région de la Mer Morte

 

Une série de trois petits tremblements de terre ont secoué la région de la mer Morte. L’épicentre des séismes se trouvait du côté jordanien de la mer Morte et mesurait 3,1, 3,5 et 2,8 sur l’échelle de Richter.

La Mer Morte se trouve directement sur le système de faille de la « Transformation de la Mer Morte » (DST), une série de failles qui vont de la jonction triple Maras (une jonction avec la faille de l’Anatolie orientale au sud-est de la Turquie). (Juste au large de la pointe sud de la péninsule du Sinaï).

Israël est généralement frappé par un grand tremblement de terre tous les 70 ans, et le grand est actuellement en retard.

Brooklyn : La police identifie l’agresseur, Chabbat dernier, du Rav Menahem Moskowitz

Brooklyn : La police identifie l’agresseur, Chabbat dernier, du Rav Menahem Moskowitz

 

La police a identifié James Vincent , 40 ans , qui aurait fait état de plus de 40 arrestations, comme le suspect dans l’attaque antisémite, Chabbat dernier, contre le Rav Menahem Moskowitz, un Hassid Loubavitch. James Vincent a été accusé vendredi après-midi d’une série de crimes de haine et de possession de drogue.

Rappel des faits : Chabbat dernier, le Rav Menahem Moskowitz, 50 ans se promenait sur Rutland Road et E46 Street, quand il a salué avec un «salut» amical James Vincent, un homme afro-américain , âgé de 40 ans qu’il croisait. L’afro-américain lui avait alors crié: “Je n’aime pas les Juifs!”, et a dit, “ils ont pris ma maison” et  l’avait violemment attaqué en essayant de l’étrangler. La victime avait été transportée à l’hôpital.

James Vincent vient d’être inculpé pour plusieurs chefs d’accusation : insultes racistes, étranglement, possession illégale de drogue et utilisation non autorisée d’un véhicule.

Selon les archives judiciaires, au moment de son arrestation, il avait sept affaires criminelles distinctes en cours découlant d’arrestations antérieures.

Des sources ont déclaré que sa dernière arrestation est survenue lorsqu’il conduisait un véhicule sans permis ni immatriculation dans l’est de New York.

Bien qu’il ait été identifié plus tôt cette semaine, des policiers l’ont attendu au tribunal pénal de Brooklyn, où il devait comparaître dans quatre de ces affaires. Il a été placé en détention et emmené au 71ème arrondissement où il a été interrogé.

 

 

En une d’un journal allemand : une kippa à découper, pour lutter contre l’antisémitisme

En une d’un journal allemand : une kippa à découper, pour lutter contre l’antisémitisme

 

Après une agression antisémite dans les rues de la capitale allemande, une manifestation est prévue mercredi avec le slogan : « Berlin porte la kippa ».

Une kippa en kit. Le quotidien allemand Die Tageszeitung a imprimé une kippa à découper en une de son édition du 25 avril.

Le site internet du journal allemand a même publié une courte vidéo pour expliquer comment découper cette kippa en papier, puis lui donner du volume à l’aide de ruban adhésif avant de la porter.

 

Pour lutter contre l’antisémitisme, la communauté juive de Berlin a appelé à un rassemblement de solidarité, invitant juifs et non juifs à se coiffer de cette calotte portée traditionnellement par les Juifs pratiquants.

Des rassemblements sont également prévus dans d’autres villes allemandes : rendez-vous est, par exemple, fixé au pied de la cathédrale de Cologne, au bord du Rhin. Potsdam, Erfurt ou Magdebourg se joignent également au mouvement.

Des rassemblements qui ne sont pas sans rappeler la marche blanche qui s’est déroulée le 28 mars à Paris, à la mémoire de Mireille Knoll.

Une vidéo suscite l’émotion

La semaine dernière, l’agression de deux jeunes portant une kippa dans le quartier de Prenzlauer Berg à Berlin avait ainsi suscité une vive émotion. L’une des victimes, un jeune Israélien qui a par la suite révélé qu’il n’était pas juif mais d’origine arabe et athée, avait décidé à ce moment-là de filmer la scène avec son téléphone portable.

Les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux montrent son agresseur en train de le fouetter avec sa ceinture en criant «yahoud» (« juif » en arabe). Il s’agissait pour l’Israélien de montrer «combien il est horrible, ces temps-ci, de se montrer comme juif dans les rues de Berlin».

L’un des agresseurs présumés s’est rendu à la police. Selon la presse allemande, il s’agirait d’un réfugié syrien ayant vécu dans un centre pour migrants.

«Une autre forme d’antisémitisme»

L’Allemagne, toujours hantée par les crimes nazis craint une résurgence de l’antisémitisme. La chancelière Angela Merkel avait dénoncé cet « incident terrible » et promis de « réagir ».

«Nous avons un nouveau phénomène, dans la mesure où nous avons de nombreux réfugiés parmi lesquels il y a, par exemple, des gens d’origine arabe qui amènent une autre forme d’antisémitisme dans le pays», a affirmé la chancelière à la chaîne de télévision privée israélienne 10, dans une interview diffusée dimanche.

Le parti d’extrême droite AfD (Alternativ für Deutschland), porté en partie par l’islamophobie, appelle ses militants et sympathisants à manifester ce mercredi, kippa sur la tête. Sa vice-présidente Beatrix von Storch devrait être dans la manifestation berlinoise.

Moscou : Le mouvement Loubavitch ouvre la première université juive de Russie

Moscou : Le mouvement Loubavitch ouvre la première université juive de Russie

 

La Russie accueillera sa première université juive le mois prochain, a déclaré le doyen de l’institution.

S’inspirant de l’Université Yeshiva aux États-Unis, « l’Université juive de Moscou est une institution privée qui comptera 200 étudiants et dont le budget provient principalement de donateurs et de la Fédération des communautés juives de Russie », a déclaré le doyen Alexander Lebedev à JTA.

L’université – dont les disciplines comprennent l’économie, le droit, les sciences humaines et les études juives – comprend deux collèges communautaires juifs : l’Institut du XXIe siècle pour les hommes et l’Institut Ma’hon ‘Hamesh pour les femmes. Leur reconstitution en tant que campus d’une seule université reconnue par l’Etat est une première dans l’histoire russe, selon Lebedev.

Dans la nouvelle institution, «les étudiants auront la possibilité de respecter la Torah, les fêtes juives, le Chabbat et de manger casher», a-t-il dit. L’Université juive de Moscou «gardera ce format d’éducation, comme l’Université Yeshiva, pour devenir la seule marque forte et reconnue» dans son domaine, a-t-il ajouté.

 

 

La plupart des 200 étudiants qui commenceront à étudier à l’université à son ouverture bénéficieront d’une bourse d’études financée par les donateurs et le mouvement Loubavitch dirigé par le Rav Alexander Boroda et le Rav Berel Lazar, grand rabbin de Russie et émissaire du Rabbi de Loubavitch. Beaucoup d’étudiants logeront également à l’internat du nouvel établissement, situé dans le nord de Moscou.

Dix mille étudiants supplémentaires recevront des cours à distance par l’université.

Lebedev a refusé de préciser le budget de départ de son institution.

«Notre objectif est de créer la première université dans notre pays où les étudiants seront en mesure d’obtenir un enseignement professionnel, universitaire et religieux de haute qualité», a déclaré le Rav Alexander Boroda à InterFax.

Par ailleurs, un supermarché casher et végétarien a ouvert ce mois-ci près de la synagogue principale de Saint-Pétersbourg. Le nouveau magasin est le deuxième affilié de la boutique « Kosher Gourmet » à Moscou.

 

 

Le médecin lui annonce : « vous avez 50% de chances de vous relever »

 

En 1977, alors que j’avais toujours joui d’une excellente santé, j’ai commencé à ressentir de vives douleurs dans le dos. Les médecins que j’ai consultés dans mon pays, au Brésil, ont diagnostiqué un problème avec un certain os du dos qu’ils n’étaient pas capables de traiter. Ils m’ont conseillé de me rendre aux Etats-Unis.

Sachant que le traitement, là-bas, prendrait sûrement des semaines, je repoussais l’échéance car je ne pouvais me permettre de laisser mon affaire à l’abandon si longtemps. De plus, je ne parlais pas l’anglais. Mais les douleurs se firent si intenses que je fus bien obligé de prendre contact avec une clinique à New York. En même temps, j’ai téléphoné à un de mes neveux, Victor Dana qui, habitant Montréal, savait bien sûr parler anglais. Il accepta de s’occuper de nous à New York.

Dans la clinique, mon épouse et moi-même fûmes très bien accueillis. On nous expliqua la situation et l’opération qu’il fallait effectuer, sans cacher le fait qu’elle ne connaissait alors que 50% de réussite, ce qui signifiait que la moitié des patients ne s’en relevait jamais !

Ma femme décida sur le champ qu’il n’était pas question de procéder à l’opération dans ces conditions. Mais que faire d’autre? Mon neveu Victor qui était pratiquant, mais pas Loubavitch, nous suggéra timidement de prendre conseil auprès du Rabbi. Cette proposition me semblait saugrenue car si les meilleurs médecins n’avaient pas de solution pour nous, que pouvait ajouter un rabbin ?

Encore une fois, ce fut ma femme qui me pressa d’accepter et nous avons obtenu un rendez-vous avec le Rabbi à une heure avancée de la nuit.

Nous avons attendu longtemps devant la porte du bureau avec des centaines d’autres personnes. Ma douleur était si forte qu’un des secrétaires me proposa une chaise pour m’asseoir. je ne réussis qu’avec peine à me traîner dans le bureau du Rabbi quand est arrivé notre tour. Ma femme dit :
«Chalom Rabbi !».
Mais avant qu’elle puisse ajouter quelque chose, le Rabbi me regarda et dit :
«Chalom et bénédiction. Votre médecin ne se trouve pas aux Etats-Unis mais au Brésil . Vous devez y retourner !».
Peut-être le secrétaire avait-il informé le Rabbi que nous venions du Brésil, mais il n’avait sûrement pas connaissance des détails de ma santé…
Le Rabbi nous avait parlé en hébreu, une langue que je connais bien puisque j’avais participé à la Guerre d’Indépendance en 1948. J’avais même été fait prisonnier au Liban.

Quoi qu’il en soit, nous étions stupéfaits de l’assurance avec laquelle le Rabbi nous avait parlé. Il est évident que nous ne nous attendions pas à pareille directive. Ma femme bredouilla que si nous étions venus demander conseil au Rabbi, c’était parce qu’on nous avait affirmé que personne au Brésil ne pouvait nous aider ! Mais le Rabbi insista :
«Comme je l’ai déjà dit, votre médecin se trouve au Brésil et D.ieu vous guérira très bientôt !».

Mon neveu m’attendait fidèlement à l’extérieur de la synagogue. Dès que je l’aperçus, je lui dis sans ambages ce que je pensais :
«Où m’as-tu amené à deux heures du matin ? Ton Rabbi ne m’a même pas demandé quel était mon problème. Comment peut-il savoir où se trouve le meilleur médecin pour mon cas ?».
Interloqué, mon neveu ne savait que répondre mais ce fut ma femme qui fit preuve d’une surprenante confiance dans les paroles du Rabbi :
«Nous rentrons dès demain au Brésil. J’ai confiance dans le Rabbi ! De toute manière, je n’accepterai pas que tu subisses une opération qui n’a que 50% de chances de réussir».
Je n’avais pas la force de m’opposer et je n’avais aussi aucune envie de subir cette opération.

Quand nous avons atterri au Brésil, ma douleur s’est réveillée et j’ai vraiment dû me traîner jusqu’au tapis pour récupérer nos bagages. Alors que nous attendions nos valises, un homme qui nous était complètement étranger s’est approché de moi : il avait remarqué que je souffrais du dos et il connaissait un médecin qui pourrait m’aider, à Campinas. Nous étions suffoqués ! Il inscrivit sur un papier les cordonnées de ce médecin et s’en alla !

La ville de Campinas se trouve à sept heures de route en voiture de Rio de Janerio où nous venions d’arriver. Malgré ma fatigue et mes doutes, ma femme s’était déjà décidée : certainement cet étranger avait été sans le savoir l’envoyé du Rabbi ! Pour m’éviter la fatigue d’un vol régulier, ma femme loua un avion privé qui nous amena le lendemain à Campinas.

Après une heure d’examens approfondis et douloureux, le médecin déclara :
«Vous n’avez absolument rien !».
J’ai éclaté de rire. C’était bien la première fois que je riais depuis longtemps ! Mais le médecin ne s’offusqua pas. Durant une longue heure, il expliqua exactement à mon épouse les difficiles exercices de physiothérapie que je devais suivre matin et soir; d’ailleurs il effectua lui-même une manœuvre sur mon pauvre dos qui m’arracha un cri de douleur : heureusement pour lui que je n’avais pas la force de lui rendre la pareille… !

Epuisé, je rentrai le même jour dans le jet privé à Rio de Janeiro. Pendant 24 heures, je fus incapable de bouger. Mais au bout de quelques jours, grâce aux exercices, je ressentis une amélioration notable. Bientôt, toutes les douleurs avaient disparu !

J’étais bien conscient que je devais ma guérison au Rabbi. Nous sommes retournés, ma femme et moi à New York pour le remercier. Cette fois-ci, je n’eus pas besoin de chaise et je me tenais bien droit. Quand j’entrai dans le bureau et remerciai le Rabbi, il sourit et dit qu’il fallait remercier le bon D.ieu qui est le Guérisseur de toute souffrance. Puis il ajouta :
«Si on veut remercier le Tout Puissant, cela doit se manifester par l’observance de Ses commandements. Je propose que vous commenciez à veiller particulièrement à la cacheroute et D.ieu vous bénira avec une longue vie, en bonne santé !».

Inutile de préciser que, depuis lors, comme le disent nos Sages : «Une Mitsva a entraîné une autre Mitsva !» et notre famille s’est renforcée progressivement dans toutes les Mitsvot. Ma fille Ra’hel a épousé un jeune Loubavitch, Rav Yaakov Salomon de Safed.

Cela fait déjà plus de 25 ans que j’ai vu le Rabbi pour la première fois et, D.ieu merci, je n’ai plus jamais ressenti de douleur dans le dos!

Moché Klili, Rio de Janeiro
Magazine Kfar Chabad – traduit par Feiga Lubecki

Brooklyn : Manifestation contre les récentes agressions antisémites dans le quartier de Crown Heights

Brooklyn : Manifestation contre les récentes agressions antisémites dans le quartier de Crown Heights

 

Collive, traduit par Hassidout

Une foule d’élus, de militants de la communauté et de résidents locaux se sont réunis pour manifester contre les récentes attaques antisémites dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn.

Le président de Brooklyn Borough, Eric Adams, a organisé une conférence de presse lundi à Rutland Road, près de l’avenue Schenectady, l’androit de la dernière agression contre un juif hassidique le jour de  Chabbat.

L’homme de 50 ans rentrait chez lui et a été violemment agressé par un homme qui l’avait battu et étranglé, tout en lui criant des menaces antisémites en réponse à son salut amical.

L’attaque violente, qui a eu lieu Chabbat, a incité les services de police de New York à renforcer la sécurité dans le quartier.

C’est la deuxième semaine consécutive qu’un crime haineux s’est produit à Crown Heights. Le week-end dernier, un homme juif de 42 ans en visite à Crown Heights a été attaqué sur Eastern Parkway.

Adams, en compagnie de de residents juifs et non-Juifs, a déclaré que l’agression avait été filmée par une vidéo-surveillance. « Un salut ne devrait pas se transformer en une telle vilance », a-t-il déclaré.

«La lutte contre les agression de résidents concerne chacun d’entre-nous, juif ou non-juif. C’est un combat auquel nous sommes tous unis», a déclaré le président de l’arrondissement, M. Adams. « Ceux qui croient que l’on peut attaquer une personne à cause de ses croyances religieuses doivent savoir que c’est tolérance zéro! »

Adams a dit que des gens de toutes nationalités et religions vivent côte à côte à Brooklyn depuis toujours. C’est un exemple pour le monde entier ».

Au cours de la conférence de presse, l’Anti-Defamation League (ADL) a annoncé qu’elle offrait une récompense de 5 000 dollars pour des informations menant à l’arrestation et à la condamnation des assaillants.

Chanina Sperlin, chargée de liaison intergouvernementale pour le Conseil de la communauté juive de Crown Heights, a annoncé qu’un philanthrope de Los Angeles avait offert une récompense de 50 000 dollars pour la capture de l’attaquant.

« Il est tellement important que nous soyons tous présents ici aujourd’hui, à ce coin de rue. Si nous n’étions pas unis, nous donnerions un laissez-passer pour que ces agressions continuent à se produire dans notre communauté, notre ville et notre état »,  a déclaré Laurie Cumbo, membre du Conseil de New York.

« Nous ne tolérerons aucune agression brutales contre nos propres frères et sœurs », a déclaré Mme Cumbo, ajoutant qu’elle a fait une visite au Wingate Park à Crown Heights. « J’ai vu une chose extraordinaire: des enfants de toutes les races et nationalités qui jouent ensemble comme un seul peuple. »

« C’est une communauté d’inclusion, et nous nous battons tous les jours pour prendre des mesures qui nous permettent de vivre ensemble comme un seul peuple », a poursuivi M. Cumbo. « Si vous avez un problème avec la diversité, alors cette communauté n’est pas pour vous. »

La députée de New-York, Diana Richardson, qui n’était pas présente, a déclaré dans un communiqué: « Il n’y a pas de place pour la haine dans notre communauté et je condamne cet acte déplorable. En tant que fille d’immigrants, je suis révoltée par cette acte barbare que nous condamnons fermement. « 

 

 

 

MERCI ! La campagne Charidy de soutien aux Institutions Loubavitch de Lyon dépasse son objectif de 500.000 euros

MERCI ! La campagne Charidy de soutien aux Institutions Loubavitch de Lyon dépasse son objectif de 500.000 euros

 

Grace a une mobilisation exceptionnelle, cette campagne CHARIDY s’est terminée avec succès le 23 Avril a 22h.
Mais vous avez encore la possibilité de participer afin d’atteindre les 600.000 euros en cliquant sur www.charidy.com/habadlyon

Depuis plus de 40 ans, le Beth Habad Loubavitch de Lyon, sous l’égide du Rav Chmouel Gurewitz, émissaire du Rabbi de Loubavitch, se dévoue pour la communauté afin d’inspirer, encourager et faire vivre le judaïsme!

Passionné et engagé, avec amour et sans relâche, le mouvement Habad-Loubavitch se dévoue au quotidien afin de créer de nouvelles opportunités, pour apprendre et célébrer un judaïsme authentique.

Votre soutien financier assurera la pérennité de nos actions et permettra de mener à bien de nouveaux projets pour mieux vous servir:

Nouveau Mikvé : Construction d’un magnifique nouveau Mikve pour Hommes et pour vaisselle, au sein de Beth Menahem! Coût : 120.000 euros

Cour de récréation : Aménagement et rénovation de la cour des Maternelles de Beth Menahem avec sol souple et structure de jeux Coût:  142.000 euros

Centre de vérification de Téfilines et Mezouzot : Construction d’un espace d’accueil dédié à la vérification des Tefilines et des Mezouzot avec une permanence journalière. Coût : 22.000 euros

Rénovation de la Yechiva de Beth Menahem : Rénovation de la salle d’étude, de l’internat des Ba’hourim, agrandissement de la salle des jeunes pour CTEEN. Coût:  66.000 euros

Mitzvah Tank pour étudiants : Acquisition d’une caravane aménagée qui proposera aux étudiants des universités et facultés une restauration cacher, des cours de Torah…. Coût : 55.000 euros

Aide au fonctionnement des activités de la Jeunesse Loubavitch : Allumages publics de Hanouka, distribution de Matzah Chmoura, activités et projets des centres Habad de la région… Coût: 95.000 euros

OBJECTIF TOTAL ATTEINT GRACE A VOUS 500. 000€  !

ISLANDE : Un Beth Habad ouvre à Reykjavík et devient la première synagogue du pays

ISLANDE : Un Beth Habad ouvre à Reykjavík et devient la première synagogue du pays

 

Le Rav Avi Feldman, 27 ans, de Brooklyn, New York, et son épouse Moushky née en Suède, se sont installés à Reykjavík, la capitale la plus située au nord du monde.

250 juifs vivent en Islande où l’abattage rituel des animaux est illégal et où la circoncision est sur le point de devenir hors la loi.

L’annonce a eu lieu après que des députés de quatre partis politiques en Islande ont présenté un projet de loi interdisant la circoncision non médicale des garçons de moins de 18 ans. Le projet de loi, toujours en discussion, décrit la circoncision comme une «violation des droits des jeunes garçons, incompatible avec la Convention internationale des Droits de l’Enfant des Nations unies». Quiconque la pratiquerait pourrait encourir une peine de six ans de prison.

« Nous espérons faire connaître la signification et l’importance de la Brit Milah », a déclaré le Rav Avi Feldman, en utilisant le mot en hébreu pour la circoncision rituelle juive, qui est généralement effectuée sur les garçons à l’âge de huit jours. « Nous espérons apporter cette prise de conscience aux Islandais locaux et en particulier aux députés dans leur décision sur les lois, qui, nous l’espérons, auront une clause d’exemption religieuse. »

Le Rav Feldman et son épouse sont arrivés en Islande en décembre 2017 et ont organisé une célébration de Hanouccah pour la communauté, composée de quelques habitants juifs locaux et d’expatriés des États-Unis et d’Israël. Le couple compte mettre en place un cadre éducatif pour les enfants juifs, une synagogue et un Mikveh, ou bain rituel juif, pour la première fois en Islande, une nation de quelque 300 000 habitants.

Un porte-parole du mouvement Habad a déclaré que Reykjavík est l’une des rares capitales européennes sans synagogue. « L’absence d’infrastructures pour la communauté juive peut être considérée comme un défi », souligne le Rav Feldman, «mais c’est aussi une formidable opportunité de mettre en place une communauté vibrante ».

Néanmoins, les Juifs locaux ont pu célébré des fêtes en Islande sans rabbin résident, « souvent avec l’aide d’étudiants de yeshiva  Habad venus spécialement pour l’occasion », a dit le Rav Feldman.

Malgré l’interdiction de l’abattage rituel en Islande depuis des décennies, « le pays a en réalité plus de produits casher que beaucoup ne le pensent », a déclaré le Rav Feldman, « en effet, ’île dépend des importations en provenance d’Europe et des États-Unis, c’est la raison pour laquelle vous pouvez trouver de nombreux produits avec une étiquette casher dans votre supérette classique », explique-t-il.

Mushky Feldman, qui a grandi à Göteborg, en Suède, a déclaré qu’elle attendait avec impatience « d’apporter la lumière du judaïsme dans l’un des endroits les plus sombres du monde », une référence à Reykjavík qui bénéficie de seulement 4,5 heures de lumière en hiver. « Ici, le lever du soleil arrive après 11 heures, ce qui signifie que nous aurons l’occasion de voir le lever du soleil tous les jours », a-t-elle précisé. En été, Reykjavík a des journées de 18 heures.

Rav Avraham et Moushki Feldman
Beth Habad de Reykjavik, Iceland – Tel: 917-297-8594
Site internet : www.jewishiceland.com

Islande sur Wikipedia:
L’Islande, littéralement « terre de glace »,  république d’Islande, est un État insulaire de l’océan Atlantique Nord, situé entre le Groenland et la Norvège, au nord-ouest des îles Féroé. Sa capitale est Reykjavik.

 Il a une superficie de 103 000 km2 et une population de 331 000 habitants ; sa densité, 3,2 hab./km2, est la plus faible d’Europe (189e rang mondial). [En comparaison, la France a une superficie de 643 000 km2 et une population de 68 000 000 d’habitants et Israel 20 770 km2 et une population de 8 000 00 d’habitants.]
La langue nationale, l’islandais, est parlée par la quasi-totalité des habitants et a le statut de langue officielle depuis juin 2011

 

 

La Yéchivat Kaïts de Toronto dans les magnifiques montagnes Catskill

La Yéchivat Kaïts de Toronto dans les magnifiques montagnes Catskill

Après trois années de succès, la Mesivta Ohr Temimim Lubavitch de Toronto renouvelle l’expérience unique de sa Yeshivat Kayitz.

Mesivta Ohr Temimim Lubavitch de Toronto est heureuse d’annoncer la deuxième année de Yeshivas Kayitz 5778, située dans les magnifiques montagnes Catskill.

Nous croyons fortement qu’après 10 longs mois d’apprentissage en ville, un bochur devrait changer de décor et faire l’expérience de la beauté et de l’air frais de la création de Hachem, dans un cadre hors-ville.

À cet effet, nous B « H sécurisé de beaux terrains de camping situés dans les magnifiques montagnes Catskills, Napanoch, NY.

En tant que parents et mécanchim nous savons tous qu’il est essentiel à la croissance spirituelle et Yiras Shomayim d’un bochur d’être dans un environnement approprié, structuré, Yeshiva en été.

« Le Rabbi était très catégorique à ce sujet. Il nous incombe de soutenir, soutenir et aider à consolider les accomplissements d’un bochur tout au long de l’année de la yeshiva », a déclaré Rabbi Eliezer Posner, Menahel.

Un programme phénoménal est en place, visant à maximiser l’expérience estivale d’un bochur dans un environnement de Torah et de Chassidishe. Avec Yungeleit expérimenté comme Magidei Shiur, Hanhala et plus âgés bochurim shluchim en tant que conseillers chargés de sports et de programmation, et offrant une supervision 24/7, vous pouvez être certain d’une opportunité maximisée pour la croissance spirituelle continue de votre bochur.

Certains des équipements de terrain incluent grand Zal climatisé, Mikvah sur les lieux, terrains de sport, piscine de l’état de l’art.