Le Rabbi de Loubavitch au sénateur Bob Kennedy : “J’ai deux cent mille enfants…”

Le Rabbi de Loubavitch au sénateur Bob Kennedy : “J’ai deux cent mille enfants…”

 

Robert F. (Bob) Kennedy est le frère du président John Kennedy, assassiné en novembre 1963, est notamment procureur général des États-Unis de 1961 à 1964, puis sénateur de l’État de New York de 1964. En 1968, il se lance dans la course à la Maison-Blanche. Alors favori pour être investi par le Parti démocrate, il est assassiné le soir de sa victoire à la primaire de Californie, le 5 juin 1968, il y a 50 ans. Son meurtrier est considéré comme étant Sirhan Sirhan. Des incohérences dans les résultats de l’enquête rendent la version officielle de sa mort, comme celle de son frère John F. Kennedy, sujette à caution.

Le 3 septembre 1964, peu de temps après avoir annoncé son intention de briguer un siège au Sénat américain de New York, Robert. F. Kennedy a démissionné en tant que procureur général des États-Unis. Plus tard ce mois-là, Robert Kennedy se rendit au 770 Eastern Parkway dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn, NY, pour rencontrer le Rabbi de Loubavitch. La délégation qui accompagnait Robert Kennedy comprenait, entre autres, des notables du parti démocrate, l’ancien représentant américain Franklin D. Roosevelt Jr. et l’ancien gouverneur de New York, Averell Harriman.

Loin d’être une simple séance photo pour la campagne de Kennedy, une conversation de fond a eu lieu, le Rabbi plaidant pour les besoins éducatifs de la communauté juive et de la jeunesse du pays en général. Le Rabbi a souligné une récente augmentation de la criminalité urbaine et de la délinquance alarmante de la jeunesse américaine, en particulier la flambée de la toxicomanie, et a parlé de la nécessité d’une éducation plus profonde fondée sur les valeurs morales pour endiguer la marée.

Notant le fardeau financier imposé aux juifs et non-juifs qui ont choisi de scolariser leurs enfants dans des écoles religieuses, le Rabbi a insisté auprès de Kennedy sur le fait que le gouvernement fournisse une aide financière pour alléger le fardeau des familles envoyant leurs enfants dans les écoles privées.
“Vous savez que je suis catholique”, dit Bob Kennedy au Rabbi, “J’ai huit enfants …”
“Oui,” répondit le Rabbi, “j’en ai 200 000 …”

“Ateret Cohanim” ou la renaissance des communautés juives dans la Vieille Ville de Jérusalem

“Ateret Cohanim” ou la renaissance des communautés juives dans la Vieille Ville de Jérusalem

 

“American Friends of Ateret Cohanim” est une organisation qui soutient les projets d’Ateret Cohanim à Jérusalem, en Israël. Ateret Cohanim a été créé au cours de Hanoucca 1977 (Kislev 5738) par Matityahu HaCohen Dan, un jeune vétéran idéaliste des Forces de défense israéliennes.

 

L’objectif d’Ateret Cohanim est de réaliser un rêve vieux de plusieurs générations: reconstruire et sécuriser une Jérusalem unie, renforcer nos racines juives et rétablir les communautés juives prospères détruites par les pogroms arabes et les efforts coordonnés des pays arabes avant 1967.

Les projets d’Ateret Cohanim sont axés sur les besoins éducatifs, sociaux et récréatifs des familles vivant dans ces zones, ainsi que sur leur droit inaliénable à vivre en paix et en sécurité dans et autour de la vieille ville de Jérusalem.

Grâce aux efforts et aux réalisations d’Ateret Cohanim à Jérusalem et à l’infatigable dévouement des Amis américains d’Ateret Cohanim (également connu sous le nom de “Jerusalem Chai” et Jerusalem Reclamation Project), situé à New York, il y a encore présence dans le quartier Kotel (connu également sous le nom de quartiers musulman et chrétien).

Aujourd’hui, il y a un merveilleux quartier juif sur le mont des Oliviers (Maaleh HaZeitim) et plus récemment Ateret Cohanim a pris pied dans le village de Shiloach (Kfar Hateimanim) avec un Kolel et 8 familles et étudiants juifs et dans Kidmat Zion (Abu Dis) avec 6 familles rabbiniques. Une partie du succès d’Ateret Cohanim est due à l’esprit pionnier de nos familles idéologiquement motivées.

Aujourd’hui, il y a plus de 1000 familles juives, et des centaines d’enfants, des centres de jeu, des Yeshivot et des synagogues dans la zone proche de la région du Mont du Temple. C’est une petite communauté juive florissante dans la Vieille Ville de Jérusalem qui fut autrefois le centre de la vie et de l’activité juives jusqu’aux émeutes et pogroms des années 1920, 1930 et de la Guerre d’Indépendance en 1948.

Une communauté juive florissante une vie juive palpitante a été trouvée dans toutes les régions connues aujourd’hui comme les quartiers musulman et chrétien (en fait, une majorité juive existait dans la vieille ville à partir des années 1850 jusqu’à l’émeute du début du 20ème siècle). Malheureusement, la haine arabe et la décision des Britanniques de diviser la Vieille Ville nous ont laissé une petite partie de notre ville sainte. La glorieuse victoire de la Guerre des Six Jours en 1967 et notre retour dans la Vieille Ville ont facilité la construction d’un beau Quartier Juif (13% de la superficie). Pourtant, nous sommes toujours une minorité dans “Notre Jérusalem”. Nous sommes de retour à la maison, mais beaucoup de travail doit être fait.

Lentement mais sûrement, nous retournons dans toutes les parties de “Notre Jérusalem”. Ateret Cohanim a pour objectif de ramener la vie juive au cœur de Jérusalem. Tout comme le JNF a récupéré des terres au fil des ans dans tout Israël, Ateret Cohanim rachète les terres dans et autour de la vieille ville fortifiée. Les investisseurs privés achètent des bâtiments juifs détenus précédemment ou achètent des droits de location à long terme.

Ateret Cohanim établit des centres éducatifs, aide à rénover des bâtiments anciens, installe et entretient des systèmes de sécurité et initie d’autres projets éducatifs juifs dans le but de revitaliser cette zone importante et d’avoir une plus grande présence juive dans et autour de la Vieille Ville.

Ateret Cohanim a ravivé avec succès la flamme de la vie juive dans le cœur et l’âme de Jérusalem. Il a réussi à ramener dans la vieille ville et dans ses environs un certain nombre de Yeshivot – Instituts d’enseignement juif supérieur – qui à son tour a assuré une vie juive dynamique et florissante. Ces établissements d’enseignement signifient que les rabbins, les enseignants et leurs familles respectives résident dans la région; les centres pour enfants sont pleins; les toits ont été transformés en terrains de jeux; les bâtiments ont été convertis en dortoirs d’étudiants; et les synagogues sont à nouveau ouvertes dans toute la vieille ville et dans les quartiers proches du Mont du Temple, de la Cité de David et du Mont des Oliviers.

Ateret Cohanim continuera à renforcer les racines juives de la Vieille Ville et de ses environs à travers des méthodes pacifiques, diplomatiques et légales. Cependant, cette rédemption et cette reconstruction de Jérusalem ne devraient pas – et ne peuvent pas – relever de la seule responsabilité d’Ateret Cohanim. Nous croyons que le monde juif (communautés, organisations, rabbins, dirigeants, individus juifs) doivent soutenir ce projet vital de sécurisation et de reconstruction d’une Jérusalem juive. En fait, tous ceux qui, dans le monde entier, croient au lien indissoluble entre Jérusalem et le peuple juif devraient également soutenir les piliers.

 

Gaza : 400 Palestiniens ont été blessés lors des manifestations du Jour de la Naksa

Gaza : 400 Palestiniens ont été blessés lors des manifestations du Jour de la Naksa

Tsahal utilise des techniques anti-émeutes, des tirs de sommation et des tireurs d’élite visent les meneurs alors que quelque 10000 manifestants  brûlent le long de la frontière des pneus et tentent d’endommager la barrière de sécurité, lors des affrontements les plus violents de ces dernières semaines. Quatre incendies ont éclaté dans le sud d’Israël après que des cerfs-volants incendiaires aient survolé la frontière.

Yoav Zitun | Ynet

le 5 juin de chaque année, le “Jour de la Naksa” commémore l’exode de 300 000 Palestiniens qui accompagna la victoire israélienne lors de la guerre des Six Jours en 1967 et au cours de laquelle Israël prit le contrôle notamment de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de la bande de Gaza.

La manifestation de la Naksa a débuté vendredi après-midi alors que 10 000 Palestiniens se rassemblaient le long de la barrière de sécurité et brûlaient des pneus, jetaient des pierres et faisaient voler des cerfs-volants incendiaires dans les villes israéliennes, poussant les FSI à ouvrir le feu sur les meneurs violents.

Les responsables palestiniens de la santé à Gaza ont fait état de 400 blessés dans les affrontements à ce jour, à la fois des gaz lacrymogènes et des balles réelles.

Les FDI ont déclaré qu’une grenade et une bombe ont été lancées sur les troupes et qu’un cerf-volant incendiaire apparemment transportant des explosifs a également été déployé vers le côté israélien mais a explosé dans les airs.

Après la prière du vendredi, des milliers de résidents de Gaza ont commencé à affluer vers cinq camps de tentes qui avaient été érigés il y a plus de deux mois, à plusieurs centaines de mètres de la clôture de Gaza. De là, des groupes ont marché plus près de la barrière.

Les forces de Tsahal ont commencé à employer des mesures anti-émeutes contre les manifestants, dont la plupart se sont d’abord rassemblés à l’extrémité sud de la barrière frontalière.

Peu de temps après, les soldats ont commencé à tirer des coups de semonce en l’air après que les manifestants ont tenté d’endommager la clôture de sécurité.

Identifiant les instigateurs de la violence, les tireurs d’élite ont finalement ouvert le feu alors que les manifestants tentaient de vandaliser la clôture à Khan Yunis et à Jabalia dans le sud et le nord de Gaza respectivement.

Parmi les personnes blessées vendredi, un photographe de l’Agence France Press et un homme de 23 ans qui était en vie après qu’un gaz lacrymogène ait pénétré son visage, ont indiqué des responsables médicaux.

Le manifestant Fadi Saleh a déclaré que les fréquentes marches avaient contribué à raviver les sympathies du monde arabe pour les Palestiniens, mais que davantage pouvait être fait. “Nous avons besoin d’un véritable soutien arabe et d’une solidarité avec notre cause”, a déclaré Saleh, un étudiant de la littérature arabe qui portait un masque médical contre les gaz lacrymogènes.

Plusieurs Palestiniens ont enfilé des uniformes similaires à ceux que les nazis ont obligés les prisonniers juifs et d’autres à porter dans les camps de concentration et d’extermination.

Les cerfs-volants incendiaires transportés par les émeutiers de Gaza en Israël ont provoqué des incendies dans quatre endroits près de la frontière.

Les responsables militaires s’attendent à une forte participation, augmentant la probabilité d’effusion de sang dans les manifestations, alors que les Palestiniens marquent les déplacements de palestiniens qui ont accompagné la victoire d’Israël dans la guerre des six jours de 1967 contre les Etats arabes voisins.

Peu avant le début de la manifestation, la chaîne d’information libanaise Al Mayadeen a accusé l’armée de l’air israélienne d’avoir largué des fusées éclairantes et d’autres matériaux inflammables sur des piles de pneus à Gaza afin de les rendre inutilisables.

J-Biz Expo 2008, le plus grand salon réunissant des entrepreneurs juifs et non-juifs des Etats-Unis et d’Israel

J-Biz Expo 2008, le plus grand salon réunissant des entrepreneurs juifs et non-juifs des Etats-Unis et d’Israel

Le grand événement B2B général de la communauté juive était de retour cette année avec la plus grande exposition jamais organisée, alors que des entrepreneurs du monde entier se réunissaient au «Metroburb» de Bell Works à Holmdel, dans le New Jersey, pour la J-Biz Expo 2018.

 

La communauté juive est universellement respectée pour son esprit d’entreprise et ses prouesses commerciales. La Chambre de commerce juive orthodoxe (OJC), organisatrice de cet événement annuel, regroupe toutes les factions de la sphère des affaires de la communauté juive mondiale – apportant une immense contribution à la fois aux entreprises et aux professionnels de la communauté, et au monde des affaires dans son ensemble.

La Chambre de commerce juive orthodoxe est un regroupement mondial d’entreprises de toutes tailles, avec des professionnels de premier plan, des élus et des activistes communaux. La Chambre donne à ses membres et à la communauté en général le pouvoir de tisser des liens les uns avec les autres et d’exploiter ce réseau inestimable pour stimuler les opportunités économiques et influencer positivement la politique publique des gouvernements du monde entier.

SkyBridge Capital – avec des actifs de plus de 12 milliards de dollars, a co-organisé l’événement avec la Chambre de commerce juive orthodoxe. Le fondateur et PDG de SkyBridge, Anthony Scaramucci, a assisté personnellement à l’événement, prononçant le discours principal et conseillant les participants individuellement.

Les présentateurs, les exposants et les participants venaient des États-Unis et d’Israël. Ils venaient de tous les horizons – juifs et non juifs – et s’étendaient à toutes les industries. Les exposants ont présenté leurs produits et services innovants; les participants ont forgé de nouvelles relations; des réunions étaient prévues et des accords étaient formulés. Une panoplie de chefs d’entreprise et d’entraîneurs haut de gamme ont offert des ateliers sur tous les sujets imaginables: immobilier, Amazon et commerce électronique, marketing numérique, image de marque, gestion des ressources humaines, Women in the Workforce, et plus encore.

«La collaboration au cours de la J-Biz de cette année, et à l’avance, est au-delà de tout ce que j’ai jamais vu», raconte Duvi Honig, fondateur et PDG de la Chambre de commerce juive orthodoxe et de J-Biz. “Nous avions une équipe de partenaires, de sponsors, de présentateurs, d’exposants et de participants. Nous avons établi des ponts entre les régions, les cultures et les industries, contribuant ainsi de manière significative aux économies des États-Unis, d’Israël et d’ailleurs”.

Le buzz économique de J-Biz a attiré l’attention du président Donald Trump et du gouverneur du New Jersey, Phil Murphy, qui ont écrit des lettres enthousiastes soulignant sa valeur pour l’économie. Le président a écrit: «Cet événement annuel est une occasion unique pour les professionnels d’exposer leurs produits, services et idées novatrices.» Se référant à Duvi Honig, le gouverneur Murphy a commenté: «Il est vraiment exemplaire de la grandeur que nous avons la chance de caractérisent le Garden State». USA Today et d’autres grands médias ont rapporté l’événement, aggravant sa portée et ses effets économiques.

A en juger par la pléthore d’entrepreneurs israéliens à J-biz, l’événement a marqué particulièrement l’économie israélienne et les relations américano-israéliennes cette année. Pas étonnant, étant donné que la Chambre de commerce juive orthodoxe a une branche israélienne dynamique, qui a été créée à la fin de l’année dernière, et a organisé plusieurs événements B2B en Israël au cours des derniers mois. Duvi Honig a également été invité par l’ambassadeur David Friedman à représenter la Chambre lors de l’ouverture récente de l’ambassade américaine à Jérusalem.

 

 

 

 


Anthony Scaramucci, fondateur et PDG de SkyBridge et Duvi Honig, fondateur et PDG de la Chambre de commerce juive orthodoxe et de J-Biz.




































Les Chlou’him de Russie prêts pour la coupe du monde de football qui se déroulera du 14 juin au 15 juillet 2018

Les Chlou’him de Russie prêts pour la coupe du monde de football qui se déroulera du 14 juin au 15 juillet 2018

La Coupe du monde de football de 2018 est la 21e édition de la Coupe du monde de football, compétition organisée par la FIFA et qui réunit les meilleures sélections nationales. Elle se déroulera en Russie du 14 juin au 15 juillet 2018.

 

L’émissaire ‘Habad de Rostov-sur-le-Don, le Rav Haim Danzinger se prépare à recevoir des milliers de fans de football juifs qui se rendront dans sa ville et dans 10 autres villes de Russie pour les prochains Jeux de la Coupe du Monde de football. Ces fans seront inspirés non seulement par le sport, mais aussi par la vie juive en pleine expansion de l’ère post-soviétique.

L’Association internationale des agences de voyages sportifs estime que 10 000 Israéliens sont attendus. Des milliers d’autres fans juifs devraient venir aussi bien d’Europe que d’Amérique du Sud entre le 14 juin et le 15 juillet 2018, pour ce qui est l’événement sportif le plus populaire au monde, dépassant même les Jeux Olympiques.

Une nouveauté cette année provient du fait que, depuis sa création en 1930, le coupe du monde n’a jamais eu lieu en Union soviétique ou dans l’une des 15 anciennes républiques membres depuis son effondrement. Parmi les visiteurs, de nombreux juifs Occidentaux et Israéliens feront le voyage, même si l’équipe d’Israël ne s’est pas qualifiée cette année. Le prix des billets commencent à 105 $ pour un match de groupe et s’élève à 1100$ pour la finale.

“A Moscou, où les jeux dureront deux semaines, deux salles ont été réservées pour accueillir 1000 convives pendant les Chabbatot, avec la possibilité d’en accueillir davantage si nécessaire”, a déclaré le Rav Morde’hai Weisberg.

Le Rav Weisberg est le directeur du Centre juif de Moscou. dans le quartier de Marina Roscha, sous les auspices du grand rabbin de Russie et Chali’ah Rashi, le Rav Berel Lazar, un des principaux instigateurs de la renaissance juive en Russie depuis le début de sa Chli’hout en 1990.

“Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que les voyageurs juifs aient tout ce dont ils ont besoin pendant leur séjour”, a déclaré le Rav  Weisberg à propos des programmes et des logements prévus dans toutes les villes hôtes. “Nous recevons de nombreuses demandes de renseignements et de commandes de repas du monde entier. En ce qui concerne Moscou, il est clair que dans quelques semaines, ce sera une ville différente de celle d’aujourd’hui.”, a-t-il conclu.

“Les enfants de Chlou’him d’Ukraine”, une colonie de vacances qui fait rêver

“Les enfants de Chlou’him d’Ukraine”, une colonie de vacances qui fait rêver

 

Après un été phénoménal l’année dernière, la colonie de vacances “Les enfants de Chlou’him d’Ukraine” sera de nouveau ouvert cet été. L’été dernier, pour la toute première fois, des dizaines d’enfants des Chlou’him du Rabbi de toute l’Ukraine se sont joints au programme pour un été rempli d’excursions, d’activités et plus encore!

Les Chlou’him ont envoyé leurs enfants loin de leur lieu de Chli’hout afin qu’ils puissent être dans un environnement Hassidique. Un changement de rythme bienvenu pour ces jeunes qui grandissent loin des communautés juives établies et des écoles juives.

Après le succès retentissant de l’été dernière, la colonie va ouvrir avec plus de quarante enfants. Cet été, le camp sera dirigé par le Ba’hour Chneor Zalman Shuchat et son équipe dévouée, qui donneront tout leur possible pour assurer le bon déroulement des vacances des futurs Chlou’him du Rabbi.

Cette année, en raison de la forte participation, le camp sera déplacé dans la ville de Charkov, en Ukraine. Dans un environnement de style campagnard, les enfants pourront apprendre la Torah avec un esprit et un cœur ouverts.

L’objectif de cette colonie est de donner au enfants les meilleurs outils pour assumer leur Chli’hout de demain, de la meilleure façon.

 

 

Une délégation de “Chamah International” se rend en Israël pour offrir un Sefer Torah et rendre visite aux soldats

Une délégation de “Chamah International” se rend en Israël pour offrir un Sefer Torah et rendre visite aux soldats

“Chamah International” est une organisation caritative opérant aux États-Unis, en Israël et en Russie. Elle a été fondée en 1953 dans l’ancienne Union soviétique. Les programmes que “Chamah”, depuis près de cinquante ans, visent à améliorer la conscience juive, en aidant les personnes âgées et les nécessiteux.

En ces temps instables à la frontière de Gaza, “Chamah International” a envoyé une délégation en Israël pour rendre visite aux héros sur les lignes de front et offrir des Tefillines aux soldats qui protègent le Peuple Juif.

La délégation a rencontré de nombreux soldats de Tsahal, leur offrant des colis de soins et apportant la joie. Vingt-cinq paires de Tefillines ont été offertes à des soldats qui se sont engagés à les mettre chaque jour.

Pour citer l’un des délégués: «Le fait de voir la bravoure de ces jeunes soldats qui protègent notre pays contre les menaces est une source d’inspiration. Ils méritent tout le soutien moral et spirituel que nous pouvons leur donner. Nous avons tous une dette de gratitude car ils sont prêts à donner leurs vies pour nous. “

Comme l’explique le Rav Hillel Zaltzman, président de Chamah International, ces activités font partie d’une initiative plus vaste, pour l’élévation de l’âme de Shimon Boruch ben Tzvi Dov Roth, afin d’aider les soldats solitaires de la communauté juive russe qui se sont engagés dans Tsahal.

Les activités comprennent des programmes spéciaux, des forfaits-cadeaux, des dîners de vacances et des cours. Lors d’une cérémonie de dédicace festive, un Sefer Torah a été offert à la synagogue du soldat solitaire en Israël en présence du ministre de la défense, Avigdor Liberman.

 

 

 

 

Le Havre: le Rav Dov Lewin, depuis deux ans un rabbin à demeure pour moins de cent familles

Le Havre: le Rav Dov Lewin, depuis deux ans un rabbin à demeure pour moins de cent familles

Victor Elgressy préside la communauté du Havre (Seine-Maritime) depuis 1998 et s’est installé dans la cité portuaire il y a… un demi-siècle !
« En cinquante ans, indique-t-il, nous n’avons inauguré que deux Sifré Torah : il y a une dizaine d’années – si mes souvenirs sont exacts – et ce dimanche 3 juin 2018 dans l’après-midi, devant plus de cent invités. Le grand rabbin Haïm Korsia s’est déplacé de Paris pour l’occasion, ainsi que la plupart des responsables et rabbanim des kehilot normandes : Rouen, Caen et Deauville ».

Le rouleau, calligraphié en Israël, a été offert par les familles Gabbay et Sevi, d’ailleurs apparentées, en mémoire de leurs aïeux. Toutes deux sont membres actives de la communauté. Rudy Sevi en est même le vice-président.

Moins d’une centaine de foyers juifs résident au Havre, contre environ quatre cents à la fin des Trente Glorieuses, avant la désindustrialisation et le lent déclin économique des villes moyennes de province. Le mouvement s’est accéléré depuis la crise de 2008, la montée du chômage des jeunes et, plus récemment, la vague d’alyah.

Cela dit, les relations inter-ethniques et inter-confessionnelles sont plutôt apaisées ici. Le très affable Edouard Philippe, ancien maire devenu Premier ministre, y a largement contribué. Il a aussi assisté souvent aux fêtes et manifestations organisées par le judaïsme local.

Du coup, les actes et incivilités antisémites sont rarissimes dans l’agglomération et les départs ne sont pas motivés par la peur ou le malaise identitaire qui pourrissent l’existence de nos coreligionnaires dans d’autres régions. « Au demeurant, notre faiblesse démographique nous rend quasi-invisibles », reconnaît Victor Elgressy.

En même temps, l’activité cultuelle reste étonnamment vivace. Elle serait équivalente à celle qui prévalait lorsque les Juifs étaient quatre fois plus nombreux, dans les années 70.
Et un événement a dynamisé la kehila : l’arrivée d’un Rav il y a un peu plus de deux ans.

Le Rav Dov Lewin, Chalia’h Loubavitch, officie désormais à la synagogue (consistoriale), située en plein centre. Les fidèles ne sont qu’une vingtaine, tout au plus, le Chabbat matin mais le Talmud Torah compte quinze élèves. Ils n’étaient que trois ou quatre en 2013-2014. Un progrès prometteur.

Auparavant, Victor Elgressy faisait venir « au petit bonheur la chance » des rabbanim ou de jeunes militants parisiens de la ‘Hazac (dédiée aux communautés démunies en termes de services casher) pour les yamim tovim et/ou les Chabbatot, mais la régularité dont chacun bénéficie actuellement était inexistante.

A présent, le Rav Lewin délivre des chiourim tous les mardis et mercredis soirs, le kiddouch hebdomadaire attire du monde et un oulpan est en projet. Les plus pratiquants commandent de la nourriture livrée de la capitale ou se rendent dans les rayons casher des supermarchés de Deauville-Trouville mais dorénavant, ils peuvent également s’approvisionner près de chez eux : des produits conformes à la Halakha sont disponibles à Auchan-Mont-Gaillard depuis le printemps 2017.

Cela explique l’optimisme relatif du président, qui voit dans ce nouveau séfer Torah le signe de la pérennité du judaïsme havrais, « dont la chaleur humaine, la convivialité fraternelle frappent tous nos visiteurs », ajoute-t-il fièrement. Axel Gantz / haguesher

 

Synagogue: 38, rue Victor Hugo 76600 LE HAVRE Tél : 02 35 21 14 59 Président : M. Victor ELGRESSY Tél : 02 35 21 04 68/06 16 77 27 94. Rabbin : Rav Dov LEWIN Tél : 06 50 77 96 39
Israël : un cerf-volant incendiaire lancé depuis Gaza déclenche un grave incendie près de la ville de Sderot

Israël : un cerf-volant incendiaire lancé depuis Gaza déclenche un grave incendie près de la ville de Sderot

 

Un collège près de la ville de Sderot, dans le sud du pays, a été recouvert d’une épaisse fumée après qu’un cerf-volant a enflammé un champ à proximité. Les pompiers ont été envoyés sur les lieux. «Le feu s’est propagé en quelques secondes», raconte l’un des élèves à Ynet.

Matan Tzuri, Ou Azran | Ynet

Un cerf-volant incendiaire lancée depuis Gaza a déclenché un important incendie dans un champ ouvert en face du Collège Sapir, au Conseil régional de Sha’ar HaNegev, près de la ville méridionale de Sderot, mardi après-midi.
Une fumée épaisse couvrait le bâtiment du collège alors que les pompiers étaient envoyés dans la région et lutaient pour empêcher le feu de se propager à la route voisine et au collège. Aucun cas de blessure n’a été signalé.

Shir Stolero-Tamir, un étudiant en travail social du collège, a déclaré à Ynet: “Nous étions assis dehors pendant la pause, et soudainement, il y a eu une petite tache de feu qui s’est propagée en quelques secondes. Tout est noir maintenant. Nous avons alerté les pompiers, mais il leur a fallu beaucoup de temps pour arriver ici. Il y avait de l’hystérie.”
 
Kinar Moulay, un autre étudiant en travail social, a déclaré: “Dès qu’il a atterri, le feu s’est propagé très rapidement. C’est comme les sirènes, nous y sommes déjà habitués malheureusement. Les pompiers a pris le contrôle du feu très rapidement.”
 
Plus tôt mardi, un incendie a éclaté près des habitations du Moshav Netiv Ha’asara, au Conseil régional de Hof Ashkelon, après qu’un cerf-volant incendiaire de la bande de Gaza a atterri dans la communauté. Aucun blessés n’a été signalée et les pompiers ont pris le contrôle de l’indendie.

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré lundi qu’Israël n’était pas prêt à accepter une réalité dans laquelle des cerfs-volants incendiaires sont quotidiennement lancés depuis la bande de Gaza.

“Nous ne sommes pas prêts à accepter que ces cerfs-volants deviennent une routine. Il en va de même pour les émeutes sur la barrière frontalière qui tentent de pénétrer dans le territoire souverain d’Israël “, a déclaré Lieberman lors d’une réunion du parti Yisrael Beytenu.
Les habitants du sud d’Israël ont été forcés ces dernières semaines de subir une recrudescence du nombre de cerfs-volants enflammés qui traversent la frontière, provoquant d’énormes incendies qui ont incinéré des zones agricoles et détruit la faune.

“C’est pourquoi nous agirons en accord avec les intérêts israéliens à temps et à un moment qui nous convient, chaque fois que nous en déciderons”, a-t-il averti. “En tout cas, je ne suis pas ce n’est pas mon habitude de laisser des comptes en suspens et nous réglerons tous les comptes avec le Hamas et le Jihad islamique palestinien.”
 
Selon le ministre de la Défense, 600 cerfs-volants de ce type ont été envoyés depuis la bande jusqu’à présent, tandis que 400 ont été interceptés par les forces de sécurité israéliennes à l’aide de nouveaux moyens technologiques. “Deux cents ont réussi à atteindre notre territoire et ils ont brûlé plus de 900 hectars de cultures et de forêts”, a déclaré Lieberman.

 

 

 

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG