Rubrique réalisée par Réouven Bennaïm
Beth Habad des enfants de Perpignan – « Tsivot Moshiah »

Léilouy Nishmat Rav MORDE’HAÏ (Mottel) a’h PEVZNER
Chalia’h du Rabbi à Perpignan pendant 17 ans

РУССКИЙ 🇷🇺

Вы можете начать менять наш мир к лучшему уже сегодня, и, неважно, насколько малы ваши действия. Бейт Хабад Детей Перпиньяна

Субботнее приобретение

Р-н Михаэль Кориц

Глава “Трума” посвящена устройству Скинии, переносного Храма, скоторым наши предки странствовали в пустыне. В Скинии помещался ковчег, на крышке которого были фигуры двух херувимов. Они были обращены лицами друг к другу, как символ непосредственной связи еврейского народа со Всевышним. Об этой связи сказано: « Ради братьев и друзей »1, – то есть евреи названы братьями Всевышнему.

После разрушения Храма « нет для Всевышнего иного места в мире, кроме четырех локтей закона Торы »2. Тора остается единственной связью со Всевышним. Но что делать еврею, который не может все время заниматься лишь изучением Торы?

Ответ на этот вопрос начинается с анализа того, что сказано в трактате Авот: « Пять приобретений есть у Святого, благословен Он, в Его мире »3. Одно из них – это небеса и земля, как сказано: « Приобретающий небо и землю »4. О каком приобретении идет речь? Неожиданный ответ: момент приобретения мира Всевышним – это шаббат. Не случайно слова о приобретении неба и земли звучат в кратком повторении вечерней молитвы шаббата.

В процессе приобретения, покупатель сначала платит деньги, а затем забирает покупку в свое владение. Так в каждый из шести дней творения проявлялось одно из качеств Всевышнего (в первый день – Хесед, во второй – Гвура и т. д.). В процессе творения качество отдаляется от своего источника, но шаббат – это возвышение всего сотворенного, возвращение к источнику. Подобное происходит и каждую неделю, не зря мы называем дни недели « первый », « второй » и т. д. А каждый шаббат искры святости, извлеченные из мира в течении недели, возвращаются к своему источнику. Это и есть « приобретение » мира Всевышним.

О подобном приобретении в молитве Шма Исраель сказано: « И соберешь урожай »5. Слово « соберешь » означает « внесешь в помещение ». Так и еврей, занимаясь большую часть времени лишь своим пропитанием, после этого провозглашает с полной самоотверженностью единство Всевышнего и молится, возвышая тем самым искры святости. Поэтому молитва называется « ежедневным всесожжением ». А будничные молитвы поднимаются еще выше в молитве шаббатней.

Об этом сказано: « Найду тебя вовне »6. Евреи, находясь « вовне « , в своих будничных делах и заботах, поднимаются к Всевышнему вместе со своими делами и заботами, достигая тем самым ступени « как брат Мне »7.

(Из « Тора Ор », гл. « Трума », маамар « Ми итенха », 80б)

« Vous pouvez commencer à changer notre monde, chaque jour, pour le MEILLEUR, même avec une petite action ! »

   Soutenez le « BETH HABAD DES ENFANTS » de Perpignan
« PARCEQU’ILS LE VALENT BIEN !  »

cliquez ici     


HAYOM YOM DU 28 CHEVAT


L’Alter Rabbi enseigne quelque chose de très spécial à propos de Rachi :

Ce que Rachi enseigne dans le Houmach est comme le Yeina Shel Torah (le vin de la Torah) ! Quand nous apprenons Rachi sur le Houmach, cela ouvre notre cœur ! Tout comme le vin peut faire dire des secrets à une personne, quand nous apprenons Rachi, le vin de la Torah, cela fait ressortir les « secrets » en nous aussi – l’Ahavat Hachem (l’amour de Hachem) et Yirat Hachem (la crainte de Hachem) qui sont cachés à l’intérieur de nous !

Quand nous apprenons Rachi sur le Gemara, cela ouvre notre esprit ! Ce que Rachi enseigne dans le Gemara fait révéler le Se’hel Atsmi (la sagesse) en nous-mêmes !

Dans les Si’hot sur Rachi du Rabbi, le Rabbi expliquerait d’abord en détail comment comprendre le Pchat, le sens littéral de Rachi. Ensuite, basé sur ce Hayom Yom, le Rabbi ajouterait des leçons d’Avodat Hachem qui nous amènent à l’Ahavat Hachem et Yirat Hachem – le « Yeina Shel Torah ».


HOUMACH – PARACHAT TEROUMAH – DEUXIÈME SECTION AVEC RASHI


Hier, nous avons appris sur le Aron. Aujourd’hui, nous apprenons sur le couvercle de le Aron (le Kaporet) et sur la table (le Choul’han).

Hachem dit à Moché Rabbeinu de faire le couvercle du Aron, appelé le Kaporet. Le Kaporet doit être fait d’une épaisse plaque d’or.

Sur le Kaporet, il doit y avoir des Kerouvims, qui ressemblent à des anges avec le visage de petits enfants. Ils se feront face et auront leurs ailes étendues sur le Kaporet. Mais Moché ne doit pas faire les deux Kerouvims et les attacher ensuite au Kaporet – au lieu de cela, il doit utiliser un seul bloc d’or et faire tout le Kaporet avec les Kerouvims à partir de ce bloc d’or.

Hachem parlera à Moché entre les deux Kerouvims, lui disant tout ce qui doit être dit aux juifs !

Hachem dit également à Moché de faire le Choul’han, une table spéciale pour le Mishkan. Il doit être fait en bois et recouvert d’or ! Il aura des étagères pour contenir 12 pains de Le’hem Hapanim.

Le Le’hem Hapanim (« pain de face ») est une sorte de pain qui ressemble un peu à ce que les deux côtés se font face et se regardent l’un l’autre ! Même si le Le’hem Hapanim est appelé du pain, il sera fabriqué comme nous fabriquons la matza, donc il ne sera pas du hametz.

Hachem dit à Moché de ne jamais laisser le Choul’han vide – chaque semaine, une nouvelle fournée de Le’hem Hapanim doit être mise sur le Choul’han.


TEHILIM 140 – 144


Dans les Tehilim d’aujourd’hui, il y a un verset qui dit : « Je présente ma prière devant toi comme l’encens » (140: 2).

(Le Rambam choisit ce verset pour le mettre au début de son livre sur les sacrifices.)

Le Rabbi nous enseigne que lorsqu’un Cohen apporte l’encens, personne d’autre n’est autorisé à être présent – c’est juste le Cohen qui apporte l’encens à Hachem. De même, lorsque nous prions, c’est privé, entre nous et Hachem !

De plus, le mot « Ketoret » ressemble au mot « Kesher » (en araméen, « Ketar ») – une connexion. La prière est l’un des moyens de nous connecter avec Hachem.


TANYA


Dans le LikOutei Amarim Perek 29, l’Alter Rabbe donne un conseil pour le Beinoni, qui est à un haut niveau d’Avodat Hachem, mais peut encore avoir le Timtoum Halev.

Parfois, le Yetser Hara se sent très à l’aise et plein de Gaavah. Cela peut empêcher le Beinoni d’ouvrir son cœur pour servir Hachem dans la prière, ou de lutter contre le Yetser Hara pour utiliser des choses matérielles uniquement pour la Kedoucha.

L’Alter Rabbe donne au Beinoni un conseil du Zohar, en utilisant un exemple de l’allumage d’un feu. Tout comme un gros morceau de bois qui ne brûle pas doit être coupé en morceaux pour qu’il puisse brûler, le Yetser Hara du Beinoni doit également être « coupé en morceaux » en pensant à des pensées modestes pour le rendre plus petit, afin que la Kedoucha de la Néchama puisse briller dans le corps.

Certaines des pensées modestes que l’Alter Rabbi dit au Beinoni d’utiliser sont en fait des pensées que nous avons déjà utilisées pour nous encourager! Mais comme le Beinoni doit se sentir humble, il doit y penser d’une manière qui fera sentir au Yetser Hara moins fier de lui-même.

Étant donné que le Beinoni n’est pas au niveau du Tsadik qui a transformé son Yetser Hara en Kedoucha, son Yetser Hara est toujours là et constitue une très grande partie de qui il est.

Comme le Yetser Hara peut vouloir faire des choses qui vont à l’encontre de ce que Hachem veut, le simple fait de se rappeler qu’il a un Yetser Hara le fera déjà se sentir moins fier de lui-même. Surtout si cette personne a écouté son Yetser Hara et a commis des aveirot avant de devenir un Beinoni, se rappeler de son Yetser Hara le fera se sentir humble.

Une fois que le Yetser Hara a été brisé en morceaux en pensant à des pensées modestes, la Néchama peut briller! De cette manière, la Hassidout à laquelle il pense pendant la prière peut briller dans son cœur et il sera plein d’énergie pour lutter contre le Yetser Hara et utiliser le matériel uniquement pour la Kedoucha.


SEFER HAMITSVOT 


La Mitsva d’aujourd’hui (Mitsvat Assei #236) est la même Mitsva que celle dans le Sefer Hamitsvot : Si quelqu’un blesse quelqu’un, il doit le rembourser pour cinq choses : le préjudice subi, la douleur qu’il ont ressentie, les frais médicaux, le temps qu’il n’a pas pu travailler et l’embarras subi.

 

CIQUEZ ICI POUR RÉCITER LES DOUZE PSOUKIM


LES DOUZE PSOUKIM

1 – Torah TORAH TSIVA LANOU MOCHÉMORACHA KÉHILAT YAAKOV.

תּוֹרָה צִוָּה לָנוּ מֹשֶׁה מוֹרָשָׁה קְהִלַּת יַעֲקֹב

“La Torah que Moïse nous a ordonnée est l’héritage de la Communauté de Jacob” (Deut. 33:4)

C’est Moïse, le fidèle serviteur de D.ieu qui nous a transmis la Torah. Et chaque Juif, garçon ou fille, la reçoit pour lui-même. Qu’il l’ait étudiée durant des années ou qu’il n’en connaisse qu’un tout petit peu, Elle lui appartient, pour l’apprendre et la mettre en pratique. C’est le plus beau cadeau que D.ieu pouvait nous faire.


2 – Chéma CHEMA Israël ADO-NAY ELO-HÉNOU ADO-NAY É’HAD..

שְׁמַע יִשְׂרָאֵל ה’ אֱ־לֹהֵינוּ ה’ אֶחָד

Ecoute Israël, l’Eternel est notre D.ieu, l’Eternel est Un.

C’est Moïse, le fidèle serviteur de D.ieu qui nous a transmis la Torah. Et chaque Juif, garçon ou fille, la reçoit pour lui-même. Qu’il l’ait étudiée durant des années ou qu’il n’en connaisse qu’un tout petit peu, Elle lui appartient, pour l’appr-endre et la mettre en pratique. C’est le plus beau cadeau que D.ieu pouvait nous faire.


3 – Bé’hol BÉ’HOL DOR VADOR ‘HAYAV ADAM LIROT ETE ATSMO KE-ILOU HOU YATSA MIMITSRAYIM

בְּכָל דּוֹר וָדוֹר חַיָּב אָדָם לִרְאוֹת אֶת עַצְמוֹ כְּאִלּוּ הוּא יָצָא מִמִּצְרַיִם

“Dans chaque génération, il faut se considérer comme sorti soi-même d’Egypte.

Il y a quelques 3500 ans, Hachem nous a fait sortir d’Egypte. Il nous a fait passer de l’esclavage à la liberté. Et, si Hachem ne l’avait pas fait, nous serions encore des esclaves aujourd’hui. Aussi, chaque jour, nous remercions D.ieu de nous avoir libérés. Et, dans notre cœur, nous promettons d’utiliser notre liberté du mieux possible, comme les serviteurs choisis du Roi des rois.


4 – Kol Israël KOL ISRAEL YECH LAHEM ‘HÉLEK LÉOLAM HABA CHÉNÉÉMAR VÉAMÈ’H KOULAM TSADIKIM LÉOLAM YIRCHOU ARETS NÉTSER MATAAÏ MAASSÉ YADAÏ LEHITPAERE.

בכָּל יִשְׂרָאֵל יֵשׁ לָהֶם חֵלֶק לְעוֹלָם הַבָּא, שֶׁנֶּאֱמַר: וְעַמֵּךְ כֻּלָּם צַדִּיקִים לְעוֹלָם יִירְשׁוּ אָרֶץ, נֵצֶר מַטָּעַי מַעֲשֵׂה יָדַי לְהִתְפָּאֵר

Tous les Juifs ont une part dans le monde futur, comme il est dit : « Dans Ton peuple, il n’y a que des Justes. Ils hériteront de la terre pour toujours. Ils sont le produit de Mes plantations, l’œuvre de Mes mains. Et, J’en suis fier. «

D.ieu est particulièrement fier de chaque Juif. Il nous a créés et Il prend soin de nous comme un jardinier prend soin d’une jeune plante. Et, comme nous grandissons, en étudiant Sa Torah, en faisant Ses Mitsvot extraordinaires, alors D.ieu nous prépare une place dans le Monde Futur, à côté d’Avraham, d’Its’hak, de Yaakov, de Moché, du roi David et de tous les grands hommes de notre histoire.


5 – Ki Karov KI KAROV ÉLÉ’HA HADAVAR MÉOD BÉFI’HA OUVILVAV’HA LAASSOTO.

כִּי קָרוֹב אֵלֶיךָ הַדָּבָר מְאֹד בְּפִיךָ וּבִלְבָבְךָ לַעֲשׂוֹתוֹ

Obéir à la Torah en paroles, en pensée et en action, tout cela est à ta portée.

Tu sais, la Torah n’est pas dans le ciel. Elle est ici, sur terre, toute proche, facile à étudier et à pratiquer. Elle est à ta portée, aussi proche que la synagogue du coin de la rue, aussi proche que le livre que je tiens dans la main ou la phrase de Torah que je connais par cœur, ou encore que le bonheur que je ressens au fond de moi. En fait, la Torah, c’est tout ce que je veux vraiment. C’est comme cela que Hachem m’a fait.


6 – Véhiné Hachem VÉHINÉ Hachem NITSAV ALAV OUMELO KOL HAARETS KEVODO OUMAVIT ALAV OUVO’HEN KÉLAYOT VALEV IM OVDO KARAOUÏ.

וְהִנֵּה ה’ נִצָּב עָלָיו וּמְלֹא כָּל הָאָרֶץ כְּבוֹדוֹ וּמַבִּיט עָלָיו וּבוֹחֵן כְּלָיוֹת וָלֵב, אִם עוֹבְדוֹ כָּרָאוּי

D.ieu se tient au-dessus de lui, et toute la terre est pleine de Sa gloire. Il regarde au fond de son esprit et de son cœur pour voir s’il Le sert comme il convient.

Imagine que tu sois dans le palais d’un roi. Autour de toi, tout est magnifique : les pièces, les murs, les meubles. Des princes et des gouverneurs, habillés d’or et d’argent, se tiennent debout avec respect, attendant d’obéir à l’ordre du roi ou simplement de le voir. Imagine que tu passes au milieu d’eux et, tout à coup, tu te trouves devant le roi. Personne ne dit un mot. Comme tu approches, il te regarde avec un grand intérêt. Imagine l’effet que cela ferait ! Eh bien, c’est exactement ainsi que nous nous tenons à tout instant devant Hachem, le Roi du monde entier.


7 – Béréchit BERECHIT BARA ELO-HIM ETE HACHAMAYIM VEETE HAARETS.

בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱ-לֹהִים אֵת הַשָּׁמַיִם וְאֵת הָאָרֶץ

Au commencement, D.ieu créa le ciel et la terre.

D.ieu a créé tout l’univers : les cieux et tout ce qui s’y trouve, la terre et tout ce qui y vit. C’est la toute première chose que la Torah nous dit. Aussi, si jamais nous avons peur du noir, de la tempête, du froid, des gens et si rien ne semble aller comme cela devrait, la Torah nous dit de ne pas en être effrayé. Hachem a créé l’univers et Il en prend soin. Et, Il nous a donné la Torah pour faire que les choses soient comme elles doivent être. La Torah nous dit ce que nous devons faire et comment nous pouvons rendre, la terre meilleure et plus sainte. Et quand D.ieu voit que nous nous conduisons bien, alors Il nous donne la réussite et Sa bénédiction.


8 – Véchinanetam VÉCHINANETAM LÉVANÉ’HA VÉDIBARTA BAM BÉCHIVTÉ’HA BÉVÉTÉ’HA OUVLE’HTÉ’HA VADÉRÈH OUVCHO’HVÉ’HA OUVKOUMÉ’HA.

וְשִׁנַּנְתָּם לְבָנֶיךָ וְדִבַּרְתָּ בָּם בְּשִׁבְתְּךָ בְּבֵיתֶךָ וּבְלֶכְתְּךָ בַדֶּרֶךְ וּבְשָׁכְבְּךָ וּבְקוּמֶךָ

Et tu enseigneras la Torah à tes enfants, et tu en parleras chez toi et en voyage, avant de te coucher et quand tu te lèveras.

La Torah s’adresse à nos parents. Elle leur dit : « Papa, maman, enseignez-moi à vos enfants. Je veux qu’ils connaissent mes saints mots ». Nous aussi, il faut que nous disions à nos parents : « Papa, maman, faites la meilleure chose que vous puissiez faire pour moi: apprenez-moi la Torah. Apprenez-moi les phrases de la Torah avec soin jusqu’à ce que je m’en souvienne toujours, à la maison ou sur le chemin, en allant dormir ou en me levant ». Si nous le demandons du fond du cœur, de la manière que l’on utilise pour demander les choses que l’on veut vraiment, nos parents nous écouteront. Ils nous enverront dans une colonie de vacances dirigée selon la Torah et dans une école où nous apprendrons la Torah, les Mitsvot et tout le Judaïsme.


9 – Yagati YAGATI VÉLO MATSATI AL TAAMINE. LO YAGATI OUMATSATI AL TAAMINE. YAGATI OUMATSATI TAAMINE.

ויָגַעְתִּי וְלֹא מָצָאתִי – אַל תַּאֲמִין, לֹא יָגַעְתִּי וּמָצָאתִי – אַל תַּאֲמִין, יָגַעְתִּי וּמָצָאתִי – תַּאֲמִין

Si l’on te dit: « j’ai travaillé dur, mais je n’ai pas réussi », ne le crois pas. Si l’on te dit: « je n’ai pas travaillé dur, mais j’ai réussi », ne le crois pas. Si l’on te dit : « j’ai travaillé dur et j’ai réussi », tu peux le croire.

S’il arrive qu’un jour on n’agisse pas exactement comme il faudrait et que l’on ne se sente pas assez fort pour continuer d’étudier la Torah et de pratiquer les Mitsvot, alors il faudra se souvenir de la promesse de Hachem : Si nous essayons encore et encore plus, le mieux possible, alors finalement nous réussirons. Et ce que nous obtiendrons à ce moment-là dépassera tout ce que nous avions imaginé.


1 0 – Véahavta VÉAHAVTA LÉRÉA’HA KAMO’HA. RABBI AKIVA OMER: ZÉ KLAL GADOL BATORAH.

וְאָהַבְתָּ לְרֵעֲךָ כָּמוֹךָ – רַבִּי עֲקִיבָא אוֹמֵר, זֶה כְּלָל גָּדוֹל בַּתּוֹרָה

Rabbi Akiva dit que « tu aimeras ton prochain comme toi-même » est un principe de base de la Torah.

Quand nous travaillons dur pour nous améliorer, il ne faut pas oublier nos amis et nos voisins. Comme l’a dit Rabbi Akiva, il faut aimer son prochain exactement comme on s’aime soi-même. C’est le plus important de tout ce que nous apprenons. Aussi, si nous avons la chance d’étudier la Torah, nous devons travailler dur pour aider nos amis juifs à la pratiquer eux aussi.


11 – Vézé VÉZÉH KOL HAADAM VÉTA’HLIT BRIATO OUVRIAT KOL HAOLAMOT ÉLYONIM VETA’HTONIM LIHYOT LO ITBARE’H DIRA BETA’HTONIME.

וְזֶה כָּל הָאָדָם וְתַכְלִית בְּרִיאָתוֹ וּבְרִיאַת כָּל הָעוֹלָמוֹת, עֶלְיוֹנִים וְתַחְתּוֹנִים, לִהְיוֹת לוֹ יִתְבָּרֵךְ דִּירָה בְּתַחְתּוֹנִים

Rabbi Akiva dit que « tu aimeras ton prochain comme toi-même » est un principe de base de la Torah.

Pourquoi D.ieu a-t-il créé chacun d’entre nous et l’univers tout entier ? Pour qu’en respectant la Torah et les Mitsvot, nous puissions faire de nous-mêmes, de nos maisons et du monde qui nous entoure un endroit où D.ieu puisse résider, un endroit où Il vivra exactement comme nous vivons dans nos maisons


12 – Yisma’h Israël YISMA’H ISRAEL BÉOSSAV PÉROUCH CHÉKOL MI CHÉHOU MIZÉRA ISRAEL YECH LO LISMOA’H BESIM’HAT Hachem ACHER SAS VÉSAMEA’H BÉDIRATO BÉTA’HTONIM.

יִשְׂמַח יִשְׂרָאֵל בְּעוֹשָׂיו, פֵּרוּשׁ שֶׁכָּל מִי שֶׁהוּא מִזֶּרַע יִשְׂרָאֵל יֵשׁ לוֹ לִשְׂמֹחַ בְּשִׂמְחַת ה’, אֲשֶׁר שָׂשׂ וְשָׂמֵחַ בְּדִירָתוֹ בְּתַחְתּוֹנִים

« Les Juifs doivent se réjouir de leur Créateur ». Cela signifie que chaque Juif doit partager la joie de D.ieu, qui est heureux de Sa demeure dans ce monde.

Chaque Juif, quoi qu’il ait étudié jusqu’à présent, où qu’il ait vécu jusqu’ici, reste toujours un membre de notre peuple. Et il doit être heureux et fier que Hachem lui ait donné la plus grande mission du Monde : faire une Maison où D.ieu puisse habiter.

 

 



PARENTS ! 
VOUS AUSSI ENVOYEZ LA PHOTO DE VOS ENFANTS
POUR QU’ILS FASSENT PARTIE DE TSIVOT MOSHIAH !
par mail: [email protected]