« Vous pouvez commencer à changer notre monde,
chaque jour, même avec une petite action ! »
Rubrique réalisée par Réouven Bennaïm
Beth Habad des enfants de Perpignan

   Soutenez le « BETH HABAD DES ENFANTS » de Perpignan  

  cliquez ici   

    Cliquez ici ! 


Léilouy Nishmat Rav MORDE’HAÏ (Mottel) a’h PEVZNER
Chalia’h du Rabbi à Perpignan pendant 17 ans


 


Hayom Yom, Itgalya Design –  « Moment for Color » [email protected]

Autres créations de  « Itgalya Design » :
https://www.etsy.com/il-en/shop/JEWISHHOMESTYLE 

 

 

 

HAYOM YOM DU 2 CHEVAT

Le Alter Rabbi utilisait pour dire un certain Maamar tous les trois ans, sur Parshas Va’eira. A chaque fois, il était presque exactement le même. Les Hassidim l’appelaient « Der Frumer Va’eira », car il donnait l’envie de faire Téchouva et devenir plus pratiquant.

Le Tsema’h Tsedek (qui a entendu ces Maamarim de l’Alter Rabbi) a dit que chaque fois c’était quelque chose de nouveau !

Le Rabbi Maharash a expliqué que même si les mots étaient les mêmes, étant donné que le Alter Rabbi l’enseignait, chaque fois qu’il disait le Maamar c’était quelque chose de nouveau.

HOUMACH PARACHAT BO – TROISIÈME MONTÉE

Maintenant, Pharaon a appelé Moché Rabénou et a dit : « D’accord, vous pouvez aller servir Hachem, et même emmener vos enfants. Laissez juste vos animaux ici pour prouver que vous reviendrez. »

Moché a répondu : « Nous avons besoin de tous nos animaux pour les Korbanot. Nous aurons même besoin de certains de VOS animaux ! Comme nous ne saurons pas ce que Hachem voudra que nous apportions pour les Korbanot, peut-être que les nôtres ne seront pas suffisants. »

Hachem a rendu difficile pour Pharaon de faire Téchouva à nouveau, et Pharaon a dit : « Pas question ! Partez d’ici ! Je ne veux plus vous revoir !  »

Moché a répondu : « En effet, je ne viendrai plus vous voir. »

10 : Makat Be’horot (mort des premiers-nés)

Pendant qu’ils étaient encore devant Pharaon, Hachem a dit à Moché une prophétie sur la dernière plaie qui serait envoyée : tous les premiers-nés seraient tués. Ensuite, Pharaon enverra finalement les juifs hors d’Egypte !

Les juifs devraient demander aux Egyptiens de leur donner de l’or et de l’argent, de sorte qu’ils sortiront riches, comme Hachem l’a promis à Avraham.

TEHILIM 10-17

Dans l’un des versets de Tehillim d’aujourd’hui, David Hamele’h dit : « Shivisi Hachem Lenegdi Somid » – « Je place toujours Hachem devant moi ».

Dans le premier se’if du Choul’han Arou’h, le Ramoh apporte ce verset. Il explique que c’est un « Klal Gadol BaTorah », un fondement dans la Torah. Un juif devrait toujours se rappeler que Hachem est devant lui, ce qui l’aidera à avoir de la crainte de Dieu et à agir de la manière que Hachem veut qu’il le fasse !

Le Choul’han Arou’h nous aide à le faire, en nous montrant comment Hachem veut que nous agissions.

Le Choul’han Arou’h est un livre de loi juive qui a été écrit pour fournir un guide clair et complet pour la pratique hala’hique juive. Il a été écrit par Rabbi Yossef Caro, également connu sous le nom de « Me’haber ». Le Choul’han Arou’h présente toutes les Hala’hot d’une manière claire, de sorte que les juifs ne soient pas confus sur ce qu’ils doivent faire.

Mais le Mé’haber était un Séfarade, et il y a des différences dans la Hala’ha pour les Ashkénazes. Il y a également de nombreux minhagim observés par les juifs Ashkénazes, et certains d’entre eux sont devenus Hala’ha.

R’ Moché Isserlis, connu sous le nom de Ramoh, vivait à Cracovie, en Pologne. Il a vu que le Choul’han Arou’h ne suffisait pas à lui seul pour les juifs Ashkénazes. Il a donc écrit une addition au Choul’han Arou’h, appelée « Mapat Hachoul’han », « la nappe de table ». Cela montrait aux juifs quoi faire lorsqu’il y avait une différence de Hala’ha entre les Ashkénazes et les Séfarades. Il a permis à chaque juif de suivre le Choul’han Arou’h, avec leurs minhagim ! Le Choul’han Arou’h avec le Ramoh a apporté une grande unité parmi les juifs.

Dans le premier se’if du Choul’han Arou’h, nous apprenons que « Chiviti Hachem Lenegdi Tamid », un verset de Tehillim d’aujourd’hui, est un Klal Gadol BaTorah.

TANYA CHAPITRE 19

Cette Ahava Méssoutérèt fait partie de notre Néchama. Le verset dit à propos de la Néchama d’un juif que « Ner Hachem Nichmat Adam » – la Néchama est comme une bougie de Hachem.

La Néchama est comme la flamme d’une bougie. On peut voir qu’une flamme veut TOUJOURS aller vers le haut. Elle a l’air de vouloir sauter de la bougie et voler vers les cieux ! Bien sûr, si la flamme pouvait lâcher prise, elle ne pourrait plus brûler ici-bas, et les cieux sont la source de la lumière, et là-bas elle ne serait donc plus remarquée . Mais c’est quand même ce veut que la flamme !

La Néchama d’un juif est aussi comme ça. Notre Néchama veut toujours aller vers Hachem, même si à côté de Hachem, la Néchama ne serait pas remarquée comme quelque chose de spécial ! Même si cela n’a pas de sens que la Néchama veuille ne plus être remarquée, c’est tout de même la nature de la Néchama, ce que la Néchama veut toujours.

Cela est lié à ce que nous avons appris hier dans la Tanya, que l’amour caché de la Néchama (Ahava Méssoutérèt) vient de la partie de « la sagesse » de la Néchama. Dans « la sagesse » de la Néchama, Hachem est le plus révélé. C’est pourquoi cela nous donne ce désir naturel de nous connecter à Hachem, même si cela signifie que la Néchama ne sera pas remarquée comme quelque chose de spécial par elle-même.

SEFER HAMITSVOT

La mitzvah d’aujourd’hui (Mitsvat Lo Taassé #247) est qu’on ne peut pas garder de l’argent que l’on doit à quelqu’un d’autre. Cela s’appelle Oshek. Que nous leur devions de l’argent que nous avons emprunté ou que nous leur devions parce qu’ils ont travaillé pour nous et que nous devons les payer, si nous gardons cet argent, c’est comme voler!

Donc maintenant, nous avons trois sortes de vol:

  1. Geneiva (voler quelque chose de manière cachée),
  2. Gezeila (voler quelque chose par la force),
  3. Oshek (retenir l’argent d’autrui que nous lui devons et ne pas le lui donner – soit en lui disant que nous ne paierons pas, ou en leur donnant des excuses, ou en les trompant).

Nous apprenons cette Mitsva d’un verset dans Parachat Kedochim, לֹא תַעֲשֹׁק אֶת רֵעֲךָ, et d’un verset similaire dans la Parachat Ki Tétsé.

 

 


LES DOUZE PSOUKIM

1 – Torah
TORAH TSIVA LANOU MOCHÉMORACHA KÉHILAT YAAKOV.

תּוֹרָה צִוָּה לָנוּ מֹשֶׁה מוֹרָשָׁה קְהִלַּת יַעֲקֹב

“La Torah que Moïse nous a ordonnée est l’héritage de la Communauté de Jacob” (Deut. 33:4)

C’est Moïse, le fidèle serviteur de D.ieu qui nous a transmis la Torah. Et chaque Juif, garçon ou fille, la reçoit pour lui-même. Qu’il l’ait étudiée durant des années ou qu’il n’en connaisse qu’un tout petit peu, Elle lui appartient, pour l’appr-endre et la mettre en pratique. C’est le plus beau cadeau que D.ieu pouvait nous faire.


2 – Chéma
CHEMA Israël ADO-NAY ELO-HÉNOU ADO-NAY É’HAD..

שְׁמַע יִשְׂרָאֵל ה’ אֱ־לֹהֵינוּ ה’ אֶחָד

Ecoute Israël, l’Eternel est notre D.ieu, l’Eternel est Un.

C’est Moïse, le fidèle serviteur de D.ieu qui nous a transmis la Torah. Et chaque Juif, garçon ou fille, la reçoit pour lui-même. Qu’il l’ait étudiée durant des années ou qu’il n’en connaisse qu’un tout petit peu, Elle lui appartient, pour l’appr-endre et la mettre en pratique. C’est le plus beau cadeau que D.ieu pouvait nous faire.


3 – Bé’hol
BÉ’HOL DOR VADOR ‘HAYAV ADAM LIROT ETE ATSMO KE-ILOU HOU YATSA MIMITSRAYIM

בְּכָל דּוֹר וָדוֹר חַיָּב אָדָם לִרְאוֹת אֶת עַצְמוֹ כְּאִלּוּ הוּא יָצָא מִמִּצְרַיִם

“Dans chaque génération, il faut se considérer comme sorti soi-même d’Egypte.

Il y a quelques 3500 ans, Hachem nous a fait sortir d’Egypte. Il nous a fait passer de l’esclavage à la liberté. Et, si Hachem ne l’avait pas fait, nous serions encore des esclaves aujourd’hui. Aussi, chaque jour, nous remercions D.ieu de nous avoir libérés. Et, dans notre cœur, nous promettons d’utiliser notre liberté du mieux possible, comme les serviteurs choisis du Roi des rois.


4 – Kol Israël
KOL ISRAEL YECH LAHEM ‘HÉLEK LÉOLAM HABA CHÉNÉÉMAR VÉAMÈ’H KOULAM TSADIKIM LÉOLAM YIRCHOU ARETS NÉTSER MATAAÏ MAASSÉ YADAÏ LEHITPAERE.

בכָּל יִשְׂרָאֵל יֵשׁ לָהֶם חֵלֶק לְעוֹלָם הַבָּא, שֶׁנֶּאֱמַר: וְעַמֵּךְ כֻּלָּם צַדִּיקִים לְעוֹלָם יִירְשׁוּ אָרֶץ, נֵצֶר מַטָּעַי מַעֲשֵׂה יָדַי לְהִתְפָּאֵר

Tous les Juifs ont une part dans le monde futur, comme il est dit : « Dans Ton peuple, il n’y a que des Justes. Ils hériteront de la terre pour toujours. Ils sont le produit de Mes plantations, l’œuvre de Mes mains. Et, J’en suis fier. «

D.ieu est particulièrement fier de chaque Juif. Il nous a créés et Il prend soin de nous comme un jardinier prend soin d’une jeune plante. Et, comme nous grandissons, en étudiant Sa Torah, en faisant Ses Mitsvot extraordinaires, alors D.ieu nous prépare une place dans le Monde Futur, à côté d’Avraham, d’Its’hak, de Yaakov, de Moché, du roi David et de tous les grands hommes de notre histoire.


5 – Ki Karov
KI KAROV ÉLÉ’HA HADAVAR MÉOD BÉFI’HA OUVILVAV’HA LAASSOTO.

כִּי קָרוֹב אֵלֶיךָ הַדָּבָר מְאֹד בְּפִיךָ וּבִלְבָבְךָ לַעֲשׂוֹתוֹ

Obéir à la Torah en paroles, en pensée et en action, tout cela est à ta portée.

Tu sais, la Torah n’est pas dans le ciel. Elle est ici, sur terre, toute proche, facile à étudier et à pratiquer. Elle est à ta portée, aussi proche que la synagogue du coin de la rue, aussi proche que le livre que je tiens dans la main ou la phrase de Torah que je connais par cœur, ou encore que le bonheur que je ressens au fond de moi. En fait, la Torah, c’est tout ce que je veux vraiment. C’est comme cela que Hachem m’a fait.


6 – Véhiné Hachem
VÉHINÉ HACHEM NITSAV ALAV OUMELO KOL HAARETS KEVODO OUMAVIT ALAV OUVO’HEN KÉLAYOT VALEV IM OVDO KARAOUÏ.

וְהִנֵּה ה’ נִצָּב עָלָיו וּמְלֹא כָּל הָאָרֶץ כְּבוֹדוֹ וּמַבִּיט עָלָיו וּבוֹחֵן כְּלָיוֹת וָלֵב, אִם עוֹבְדוֹ כָּרָאוּי

D.ieu se tient au-dessus de lui, et toute la terre est pleine de Sa gloire. Il regarde au fond de son esprit et de son cœur pour voir s’il Le sert comme il convient.

Imagine que tu sois dans le palais d’un roi. Autour de toi, tout est magnifique : les pièces, les murs, les meubles. Des princes et des gouverneurs, habillés d’or et d’argent, se tiennent debout avec respect, attendant d’obéir à l’ordre du roi ou simplement de le voir. Imagine que tu passes au milieu d’eux et, tout à coup, tu te trouves devant le roi. Personne ne dit un mot. Comme tu approches, il te regarde avec un grand intérêt. Imagine l’effet que cela ferait ! Eh bien, c’est exactement ainsi que nous nous tenons à tout instant devant Hachem, le Roi du monde entier.


7 – Béréchit
BERECHIT BARA ELO-HIM ETE HACHAMAYIM VEETE HAARETS.

בְּרֵאשִׁית בָּרָא אֱ-לֹהִים אֵת הַשָּׁמַיִם וְאֵת הָאָרֶץ

Au commencement, D.ieu créa le ciel et la terre.

D.ieu a créé tout l’univers : les cieux et tout ce qui s’y trouve, la terre et tout ce qui y vit. C’est la toute première chose que la Torah nous dit. Aussi, si jamais nous avons peur du noir, de la tempête, du froid, des gens et si rien ne semble aller comme cela devrait, la Torah nous dit de ne pas en être effrayé. Hachem a créé l’univers et Il en prend soin. Et, Il nous a donné la Torah pour faire que les choses soient comme elles doivent être. La Torah nous dit ce que nous devons faire et comment nous pouvons rendre, la terre meilleure et plus sainte. Et quand D.ieu voit que nous nous conduisons bien, alors Il nous donne la réussite et Sa bénédiction.


8 – Véchinanetam
VÉCHINANETAM LÉVANÉ’HA VÉDIBARTA BAM BÉCHIVTÉ’HA BÉVÉTÉ’HA OUVLE’HTÉ’HA VADÉRÈH OUVCHO’HVÉ’HA OUVKOUMÉ’HA.

וְשִׁנַּנְתָּם לְבָנֶיךָ וְדִבַּרְתָּ בָּם בְּשִׁבְתְּךָ בְּבֵיתֶךָ וּבְלֶכְתְּךָ בַדֶּרֶךְ וּבְשָׁכְבְּךָ וּבְקוּמֶךָ

Et tu enseigneras la Torah à tes enfants, et tu en parleras chez toi et en voyage, avant de te coucher et quand tu te lèveras.

La Torah s’adresse à nos parents. Elle leur dit : « Papa, maman, enseignez-moi à vos enfants. Je veux qu’ils connaissent mes saints mots ». Nous aussi, il faut que nous disions à nos parents : « Papa, maman, faites la meilleure chose que vous puissiez faire pour moi: apprenez-moi la Torah. Apprenez-moi les phrases de la Torah avec soin jusqu’à ce que je m’en souvienne toujours, à la maison ou sur le chemin, en allant dormir ou en me levant ». Si nous le demandons du fond du cœur, de la manière que l’on utilise pour demander les choses que l’on veut vraiment, nos parents nous écouteront. Ils nous enverront dans une colonie de vacances dirigée selon la Torah et dans une école où nous apprendrons la Torah, les Mitsvot et tout le Judaïsme.


9 – Yagati
YAGATI VÉLO MATSATI AL TAAMINE. LO YAGATI OUMATSATI AL TAAMINE. YAGATI OUMATSATI TAAMINE.

ויָגַעְתִּי וְלֹא מָצָאתִי – אַל תַּאֲמִין, לֹא יָגַעְתִּי וּמָצָאתִי – אַל תַּאֲמִין, יָגַעְתִּי וּמָצָאתִי – תַּאֲמִין

Si l’on te dit: « j’ai travaillé dur, mais je n’ai pas réussi », ne le crois pas. Si l’on te dit: « je n’ai pas travaillé dur, mais j’ai réussi », ne le crois pas. Si l’on te dit : « j’ai travaillé dur et j’ai réussi », tu peux le croire.

S’il arrive qu’un jour on n’agisse pas exactement comme il faudrait et que l’on ne se sente pas assez fort pour continuer d’étudier la Torah et de pratiquer les Mitsvot, alors il faudra se souvenir de la promesse de Hachem : Si nous essayons encore et encore plus, le mieux possible, alors finalement nous réussirons. Et ce que nous obtiendrons à ce moment-là dépassera tout ce que nous avions imaginé.


1 0 – Véahavta
VÉAHAVTA LÉRÉA’HA KAMO’HA. RABBI AKIVA OMER: ZÉ KLAL GADOL BATORAH.

וְאָהַבְתָּ לְרֵעֲךָ כָּמוֹךָ – רַבִּי עֲקִיבָא אוֹמֵר, זֶה כְּלָל גָּדוֹל בַּתּוֹרָה

Rabbi Akiva dit que « tu aimeras ton prochain comme toi-même » est un principe de base de la Torah.

Quand nous travaillons dur pour nous améliorer, il ne faut pas oublier nos amis et nos voisins. Comme l’a dit Rabbi Akiva, il faut aimer son prochain exactement comme on s’aime soi-même. C’est le plus important de tout ce que nous apprenons. Aussi, si nous avons la chance d’étudier la Torah, nous devons travailler dur pour aider nos amis juifs à la pratiquer eux aussi.


11 – Vézé
VÉZÉH KOL HAADAM VÉTA’HLIT BRIATO OUVRIAT KOL HAOLAMOT ÉLYONIM VETA’HTONIM LIHYOT LO ITBARE’H DIRA BETA’HTONIME.

וְזֶה כָּל הָאָדָם וְתַכְלִית בְּרִיאָתוֹ וּבְרִיאַת כָּל הָעוֹלָמוֹת, עֶלְיוֹנִים וְתַחְתּוֹנִים, לִהְיוֹת לוֹ יִתְבָּרֵךְ דִּירָה בְּתַחְתּוֹנִים

Rabbi Akiva dit que « tu aimeras ton prochain comme toi-même » est un principe de base de la Torah.

Pourquoi D.ieu a-t-il créé chacun d’entre nous et l’univers tout entier ? Pour qu’en respectant la Torah et les Mitsvot, nous puissions faire de nous-mêmes, de nos maisons et du monde qui nous entoure un endroit où D.ieu puisse résider, un endroit où Il vivra exactement comme nous vivons dans nos maisons


12 – Yisma’h Israël
YISMA’H ISRAEL BÉOSSAV PÉROUCH CHÉKOL MI CHÉHOU MIZÉRA ISRAEL YECH LO LISMOA’H BESIM’HAT HACHEM ACHER SAS VÉSAMEA’H BÉDIRATO BÉTA’HTONIM.

יִשְׂמַח יִשְׂרָאֵל בְּעוֹשָׂיו, פֵּרוּשׁ שֶׁכָּל מִי שֶׁהוּא מִזֶּרַע יִשְׂרָאֵל יֵשׁ לוֹ לִשְׂמֹחַ בְּשִׂמְחַת ה’, אֲשֶׁר שָׂשׂ וְשָׂמֵחַ בְּדִירָתוֹ בְּתַחְתּוֹנִים

« Les Juifs doivent se réjouir de leur Créateur ».Cela signifiqe que chaque Juif doit partager la joie de D.ieu, qui est heureux de Sa demeure dans ce monde.

Chaque Juif, quoi qu’il ait étudié jusqu’à présent, où qu’il ait vécu jusqu’ici, reste toujours un membre de notre peuple. Et il doit être heureux et fier que Hachem lui ait donné la plus grande mission du Monde : faire une Maison où D.ieu puisse habiter.