Le président israélien fait appel au candidat Netanyahu pour tenter de former le gouvernement et de remplir un mandat supplémentaire en tant que Premier ministre.

Le président israélien Reuven Rivlin a chargé mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu de former un nouveau gouvernement.

Rivlin a annoncé mardi après-midi qu’il avait décidé d’accorder à Netanyahu un mandat de premier ministre, à la suite de consultations avec des représentants des partis de la 24e Knesset entrante.

La nomination de Rivlin accordera à Netanyahu sélectionné un mandat de 28 jours pour tenter de concocter une coalition gouvernementale avec le soutien d’au moins 61 députés.

Les résultats des consultations, qui étaient ouvertes à tous, me portent à croire qu’aucun candidat n’a une chance réaliste de former un gouvernement qui aura la confiance de la Knesset », a déclaré Rivlin lors de l’ouverture de son annonce mardi après-midi. «En fait, si la loi me le permettait, je rendrais la décision aux représentants du peuple, à la Knesset. Mais comme je l’ai dit, je ne peux pas le faire conformément à la loi. Dans la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, la loi m’oblige à confier à l’un des candidats la formation d’un gouvernement.  »

 

« Après avoir consulté les représentants de toutes les factions de la Knesset, l’image suivante est apparue: 52 députés ont demandé que je confie au député Benjamin Netanyahu la formation d’un gouvernement. 45 députés ont demandé que je confie au député Yair Lapid la formation d’un gouvernement. 7 députés a demandé que je confie au député Naftali Bennett la tâche de former un gouvernement. 16 députés ne m’ont fait aucune recommandation.  »

Netanyahu, a poursuivi Rivlin, a « une chance légèrement plus élevée  » de pouvoir former un gouvernement, ainsi le président est obligé de se tourner vers lui avec le mandat. Lundi, Rivlin a rencontré des représentants des 13 partis à la Knesset entrante et a reçu leurs recommandations pour le poste de Premier ministre.

« Je connais la position de beaucoup, selon laquelle le président ne devrait pas confier le rôle à un candidat qui fait face à des accusations pénales, mais selon la loi et la décision des tribunaux, un Premier ministre peut continuer ses fonctions.

De plus, la question de l’attribution du rôle à un candidat faisant l’objet d’accusations pénales était une question de désaccord politique et public intense au sujet des récentes campagnes électorales. Pour cette raison, je pensais que le président devrait éviter de prendre une décision en se fondant sur cette considération. sens de la responsabilité de l’institution de la présidence et de la confiance dans laquelle elle est placée par toutes les parties du peuple. Le Président de l’État d’Israël ne se substitue ni au législateur ni au pouvoir judiciaire.C’est le rôle de la Knesset de se prononcer sur la question de fond et d’éthique de l’aptitude d’un candidat faisant face à des accusations criminelles à devenir Premier ministre.  »

Compte tenu de cet état de fait, quand il n’y a pas de majorité de 61 membres de la Knesset soutenant un candidat particulier, et sans considérations supplémentaires indiquant les chances des candidats de former un gouvernement, je suis parvenu à une décision basée sur le nombre de recommandations, ce qui indique que le député Benjamin Netanyahu a une chance légèrement plus élevée de former un gouvernement. En conséquence, j’ai décidé de lui confier la tâche de le faire.  »

Actuellement, aucun candidat n’a obtenu le soutien d’une majorité de députés. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est soutenu par 52 députés, dont le Likoud, le Shas, le judaïsme unifié de la Torah et les partis religieux sionistes.

Le chef de l’opposition Yair Lapid du parti Yesh Atid est soutenu par 45 députés, dont Yesh Atid, Kakhol lavan, les travaillistes, Yisrael Beytenu et Meretz.

Le chef de Yamina, le député Naftali Bennett, a le soutien des sept députés de son propre parti.

Seize députés ont refusé d’approuver un candidat, le parti New Hope, la Liste arabe unie et la Liste arabe commune refusant tous de soutenir un candidat.

Si Netanyahu est incapable de former un gouvernement avec le soutien de 61 députés dans le délai de 28 jours alloué, le président Rivlin est autorisé à accorder jusqu’à 14 jours de prolongation ou à retirer le mandat.

Si le mandat revient au président, celui-ci peut sélectionner un autre candidat ou se tourner vers la Knesset, en donnant à la législature un délai pour trouver un candidat pouvant bénéficier du soutien d’une majorité de députés.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
     
%d blogueurs aiment cette page :