Le ministre de l’Immigration a déclaré que l’État juif s’attend à l’arrivée de quelque 90 000 immigrants en 2021, contre 35 463 en 2019; les agences d’immigration demandent un financement supplémentaire pour répondre à la demande

Ynetnews

Comme des milliers d’autres Juifs français, Dan Bocobza envisageait depuis des années l’Aliyah, ou l’immigration en Israël, mais lorsque le coronavirus a frappé la France, il a décidé de faire le pas.
“La mauvaise gestion de la COVID-19 par la France a joué un rôle, mais surtout, elle a eu l’impression que soudain les portes étaient fermées”, a expliqué Bocobza, entrepreneur et père de sept enfants.

En France – un pays de 65 millions d’habitants – le virus a fait plus de 29 000 morts et sa communauté juive a été particulièrement touchée, selon des responsables d’organisations locales.

Israël, avec une population de neuf millions d’habitants, a réussi à endiguer la propagation du virus, avec un peu plus de 300 décès – un taux de mortalité 13 fois plus faible.

Israël s’attend maintenant à ce que la crise sanitaire mondiale entraîne dans son sillage une vague d’immigration “post-coronavirus”, une fois que l’État juif aura rouvert ses frontières aux non-résidents.
“D’ici la fin de 2021, nous pouvons nous attendre à l’arrivée de 90 000 immigrants, contre 35 463 en 2019”, a déclaré mercredi à la Knesset la ministre de l’Immigration Pnina Tamano-Shata.

Tous les Juifs, ainsi que les enfants et même les petits-enfants de Juifs, ont le droit, en vertu de la loi israélienne de retour, de recevoir automatiquement la citoyenneté s’ils immigrent en Israël.

De nombreux Juifs du monde entier ont depuis longtemps le sentiment qu’Israël serait toujours un sanctuaire si les choses tournaient mal chez eux.

Certains ont bougé à cause de l’antisémitisme ou des crises économiques, d’autres à cause de leurs idéologies religieuses ou sionistes.

Mais maintenant, la prise de conscience soudaine qu’ils ne pourraient pas toujours entrer en Israël en tant que non-citoyens a poussé certains à opter pour Aliyah.
“Nous avons toujours envisagé de partir pour Israël, mais la crise a créé une nouvelle situation de ne pas pouvoir voyager”, a déclaré Bocobza par téléphone depuis la France. “Ce fut un vrai coup dur pour moi.”

Les responsables israéliens traitant de l’Aliyah se sont réunis mardi à la Knesset et ont exigé des budgets plus importants avant la vague attendue.
“Même avant la crise, nous n’avions pas assez d’argent, et maintenant nous avons de plus en plus de demandes d’ouverture de dossiers”, a déclaré Neta Briskin-Peleg, responsable de Nativ, l’organisation étatique chargée d’examiner les demandes d’immigration de l’ex-Union soviétique.

Shay Felber, de l’Agence juive, a déclaré que depuis le début de la pandémie, il y a eu “trois fois le nombre de demandes d’Aliyah de la France”.

Quelque 700 dossiers d’immigration ont été ouverts en mai 2020 dans les bureaux de l’Agence juive en France, contre 130 en mai 2019.

Un record de 7900 demandes a été déposé en 2015, l’année où une série d’attaques liées au djihadiste à Paris et dans ses environs a tué 146 personnes au total, dont quatre otages dans un supermarché juif.

L’attaque la plus meurtrière a fait 130 morts dans des attentats à la bombe et des tirs dans la salle de concert du Bataclan à Paris, dans plusieurs bars et restaurants et au stade de France.
“Les effets du coronavirus seront certainement plus puissants sur les Juifs de France que ceux des attentats de 2015”, a déclaré Ariel Kandel, directeur de Qualita, une organisation aidant à intégrer les Juifs français et francophones dans la société israélienne.

Les États-Unis abritent la plus grande communauté juive du monde en dehors d’Israël.
Ronen Foxman de Nefesh B’nefesh, une organisation qui traite avec Aliyah d’Amérique du Nord et de Grande-Bretagne, a rapporté lors de la réunion de mardi à la Knesset une augmentation de jusqu’à 400% des demandes d’Aliyah au cours des derniers mois.
Mais il a déclaré que des obstacles subsistaient pour les immigrants potentiels. D’une part, certaines qualifications professionnelles américaines ne sont pas reconnues en Israël.
“Nous devons faciliter le processus de reconnaissance professionnelle, qui ne coûterait rien mais constituerait une aide substantielle pour les candidats à l’Aliyah”, a expliqué à l’AFP Kandel de Qualita.

“Beaucoup de Français exprimant leur intérêt pour l’immigration ont besoin d’aide dans trois domaines: l’emploi, l’éducation et le logement”, a-t-il déclaré.

Sans budget de l’Etat pour faire face à ces problèmes, a-t-il dit, “ces gens ne pourront pas venir”.

Dans la crise économique provoquée par la pandémie, le gouvernement israélien doit bientôt approuver son budget annuel.
“Nous devons dire aux juifs de la diaspora que nous sommes avec eux en ces temps de test, lorsque les communautés sont sous la contrainte à cause du coronavirus”, a déclaré lundi à la Knesset le ministre des Affaires de la diaspora, Omer Yankelevich.

Publicités
WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG