WHATSAPP POUR ENVOI DE PHOTOS UNIQUEMENT : 00972 587 587 972 [email protected]
Barouh Dayan Haemet: Mme Esther Edery, Chlou’ha à Netivot et fille unique de Baba Salé

Barouh Dayan Haemet: Mme Esther Edery, Chlou’ha à Netivot et fille unique de Baba Salé

Mme Esther Edery, 68 ans, était la plus jeune fille de Baba Sale. Elle est décédée cet après-midi, 7 Sivan 5778.

Elle est l’épouse du Rav yashar Edery, Chali’ah du Rabbi a Netivot et directeur de Beit Yisrael dans la ville.

Elle est la mère de 7 fils et quatre filles.

 

 

Le Rav Yashar Edery avec son beau-père, Baba Sale

Lorsque le Rav Boroukh Ber Leibowitz proposa au Rabbi de devenir “le leader du monde des Yéchivot lituaniennes”

Lorsque le Rav Boroukh Ber Leibowitz proposa au Rabbi de devenir “le leader du monde des Yéchivot lituaniennes”

 

Rav Yossef Krupnik, fr.chabad.org

En 1966, j’étudiais dans le Lower East Side de Manhattan à la « Rabbi Jacob Joseph School », célèbre dans le monde entier sous les initiales « RJJ ». À l’époque j’avais un partenaire d’étude du nom d’Alexander Stern qui était attaché à ‘Habad et qui ne cessait de m’inviter à venir voir ce qu’était un Farbrenguen avec le Rabbi. J’ai fini par accepter son invitation pour Youd Chevat.

Le dixième jour du mois hébraïque de Chevat est l’une des dates les plus importantes du calendrier ‘Habad. C’est l’anniversaire du décès du sixième Rabbi de Loubavitch, Rabbi Yossef Its’hak, également connu sous l’acronyme Rabbi Rayats, ainsi que le jour où, un an plus tard, son gendre, Rabbi Mena’hem Mendel Schneerson, prit officiellement la direction de ‘Habad-Loubavitch.

Je suis allé au Farbrenguen et j’ai beaucoup apprécié. Il en résulta que je suis rentré chez moi vraiment très tard et le lendemain matin je suis arrivé en retard à la yéchiva. Notre professeur, Reb Shaya Shimonowitz, qui était l’un des véritables géants qui restaient de l’ancienne Yéchiva de Mir en Europe, a réalisé tout de suite pourquoi nous étions tous deux en retard ce matin. Quand nous sommes entrés dans la classe, il nous a réprimandés : « Vous ne comprenez pas l’importance de la Torah ? Vous avez perdu du temps d’étude de la Torah… Vous avez raté un cours ! »

Il nous a réprimandés très très sévèrement et, pour être honnête, j’en ai été profondément blessé. Jusqu’à ce moment, j’étais persuadé d’avoir une très bonne relation avec lui. C’était la première fois qu’il me tombait dessus de cette manière.

Quand il eut fini de donner le cours et qu’il était l’heure pour les élèves d’aller le réviser dans la salle d’étude, il nous a demandé à Alex et à moi de rester avec lui. J’étais certain que nous allions nous prendre un deuxième round de réprimande, mais ce n’est pas ce qui se passa.

Quand tout le monde fut sorti et que nous nous sommes retrouvés seuls avec Reb Shaya, celui-ci nous raconta une histoire stupéfiante. Il semble qu’il comprenait combien sa réprimande nous avait fait mal et il avait décidé de se réconcilier avec nous en nous faisant savoir, implicitement, que le temps que nous avions passé à ‘Habad avec le Rabbi de Loubavitch n’avait pas vraiment été du temps perdu.

Il semble qu’en 1937, lorsque le Rabbi n’était pas encore Rabbi et qu’il étudiait à Paris, il fut chargé de différentes missions par le Rabbi précédent. Dans ce cadre, il dut une fois se rendre à Vilna, en Lituanie – un important centre d’étude des Yéchivas à cette époque – pour inviter le Rav ‘Haïm Ozer Grodzenski à cosigner une lettre que le Rabbi précédent avait écrite. le Rav ‘Haïm Ozer Grodzenski était une des plus grandes autorités décisionnaires (Posseq) de la loi juive (Halakha) dans le judaïsme orthodoxe de la fin du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle. Il est connu comme Reb Chaim Ozer1. Son titre officiel est Av Beis Din de Vilnius.

Quand le Rabbi arriva, il se trouvait que Reb ‘Haïm Ozer Grodzenski recevait dans son bureau un visiteur éminent, un autre luminaire de la Torah de l’époque, Reb Boroukh Ber Leibowitz qui était le Roch Yéchiva de Kaminetz et le principal disciple de Reb ‘Haïm de Brisk. Il fut dit au Rabbi qu’il devrait attendre qu’ils aient terminé leur réunion avant qu’il puisse entrer.

Alors qu’il attendait, certaines personnes dans la salle d’étude se rendirent compte qu’il était un ‘Hassid et décidèrent alors de le harceler. Ils commencèrent à le mitrailler de questions précises sur des sujets talmudiques : Connaissait-il tel sujet ? Qu’avait-il à dire de tel autre sujet ? et ainsi de suite.

Mais le Rabbi ne répondit pas. Notre professeur, Reb Shaya, fut témoin de toute la scène parce qu’il était l’accompagnateur de Reb Boroukh Ber. Il nous a dit que certains de ces étudiants l’ont vraiment harcelé sans pitié. Pourtant le Rabbi ne dit rien. Il demeura silencieux.

Au bout d’un moment, Reb ‘Haïm Ozer ouvrit la porte. Il resta à écouter quelques instants ce qui se passait autour du Rabbi puis il fit signe au Rabbi d’entrer. Le Rabbi pénétra dans le bureau et, une fois à l’intérieur, il se mit à répondre aux questions qui lui avaient été posées à l’extérieur. Reb Shaya dit qu’il y répondit avec une grande clarté et une grande profondeur, citant aussi bien les premiers commentateurs de la Torah (« richonim ») que les commentateurs ultérieurs (« a’haronim »).

Reb ‘Haïm Ozer demanda au Rabbi : «Pourquoi n’avez-vous pas répondu à ces questions dehors, quand ils vous ont harcelé?»

Le Rabbi répondit : « Je ne suis pas venu pour tenir des débats avec qui que ce soit. J’ai cependant remarqué que lorsque vous êtes sorti de votre bureau, vous avez observé leurs questions et j’ai eu peur que mon absence de réponse puisse avoir un impact négatif sur la mission qui m’a été confiée par mon beau-père. » Il craignait que Reb ‘Haïm Ozer puisse ne pas consentir à cosigner la lettre du Rabbi Précédent, c’est pourquoi il avait décidé de clarifier la situation.

Après cet échange, Reb ‘Haïm Ozer prit la lettre et se mit à la lire. Pendant ce temps, son illustre visiteur, Reb Boroukh Ber Leibowitz, impressionné, continua de discuter de divers sujets avec le Rabbi.

Au bout de quelques minutes, Reb Boroukh Ber Leibowitz dit au Rabbi : « Si vous venez étudier dans ma Yéchiva, je vous garantis que vous deviendrez le leader du monde des yéchivas lituaniennes. »

Le Rabbi refusa poliment. Il dit qu’il avait son chemin, qu’il savait ce qu’il devait faire et à qui il devait rendre des comptes, entendant par là le Rabbi précédent. Lorsqu’il dit cela, Reb Boroukh Ber Leibowitz se mit à pleurer.

Reb Shaya, qui avait assisté à toute cette rencontre, nous dit qu’il n’avait jamais raconté cette histoire à personne auparavant. Et je pense qu’il était difficile pour lui d’admettre que le Rabbi, un ‘Hassid, aurait potentiellement pu devenir le chef d’un segment différent du monde juif s’il en avait décidé ainsi.

Rav Yossef Krupnik

États-Unis. Mike Pompeo promet « les sanctions les plus fortes de l’Histoire » contre l’Iran

États-Unis. Mike Pompeo promet « les sanctions les plus fortes de l’Histoire » contre l’Iran

.

Le secrétaire d’Etat américain promet d’appliquer une pression financière sans précédent pour ramener Téhéran à la table des négociations, présenter 12 demandes clés, ordonner à l’Iran de “retirer toutes ses forces de la Syrie, mettre un terme a son soutien au Hezbollah et cesser de menacer Israël”.

 

Ynet, traduit par Hassidout.org

 

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a publié lundi une liste de revendications qui devraient être incluses dans un traité nucléaire avec l’Iran pour remplacer l’accord d’Obama, menaçant “les sanctions les plus fortes de l’histoire” si l’Iran ne change pas de cap.
Après le retrait du président Donald Trump de l’accord , les Etats-Unis veilleront à ce que “l’Iran n’a pas de voie possible vers une arme nucléaire, jamais”, a déclaré Pompeo. Comme il a appelé à un meilleur accord pour contraindre les activités de l’Iran, il a dit que les Etats-Unis “appliqueraient une pression financière sans précédent” pour ramener Téhéran à la table. 

“Ces sanctions finiront par être les plus sévères de l’histoire au moment où nous aurons terminé”, a déclaré Pompeo à la Fondation conservatrice du patrimoine, son premier discours politique majeur depuis sa prise de fonction en tant que diplomate.

La liste de Pompeo de 12 exigences que l’Iran est très peu susceptible de considérer.

Il a déclaré que l’Iran devait “arrêter l’enrichissement” de l’uranium, ce qui était autorisé dans les limites strictes de l’accord de 2015. “L’Iran doit également permettre un accès nucléaire sans restriction à tous les sites à travers le pays”, a déclaré Pompeo, faisant allusion à des sites militaires qui étaient hors limites en vertu de l’accord de 2015, sauf dans des circonstances spécifiques. À cette fin, il a également déclaré que “l’Iran doit déclarer tous ses efforts antérieurs pour construire une arme nucléaire”, en rouvrant un problème que l’Agence Internationale de l’Energie Atomique de l’ONU a déjà considéré comme une affaire close.
Pompeo a également exigé que “l’Iran cesse ses activités à travers le Moyen-Orient”, qui ont longtemps attiré la colère des États-Unis et de ses alliés. Il a déclaré que “l’Iran doit cesser de soutenir les rebelles chiites Houthi au Yémen, retirer toutes les forces de la Syrie, arrêter le soutien à son allié Hezbollah et cesser de menacer Israël”.

L’Iran doit également “libérer tous les citoyens américains” portés disparus en Iran ou être détenu “sous de fausses accusations”, at-il ajouté.
Dans le même temps, Pompeo a offert à l’Iran une série de concessions américaines potentielles s’il acceptait de faire des «changements majeurs». En vertu d’un nouvel accord, les Etats-Unis seraient “prêts à lever toutes les sanctions, à rétablir les relations diplomatiques et commerciales avec l’Iran et même à soutenir la modernisation de son économie”, a déclaré Pompeo.
“L’espoir de l’Amérique est que nos efforts pour la paix et la sécurité portent leurs fruits pour le peuple iranien qui souffre depuis longtemps”, a déclaré Pompeo.
Le discours de Pompeo est venu après que Trump, au début de ce mois-ci, ait exaspéré les alliés américains en Europe en se retirant de l’accord de 2015 négocié par le président Barack Obama, l’Iran et les puissances mondiales. Les alliés européens avaient plaidé avec Trump pour ne pas saborder cet accord et se battent maintenant pour garder l’accord en vie même sans les États-Unis.
Mais l’administration Trump a espéré que ces mêmes alliés mettront de côté cette frustration et travailleront avec les Etats-Unis pour renforcer la pression sur l’Iran par des sanctions afin de ramener Téhéran à la table des négociations pour un accord plus fort.
Pompeo a dit qu’il a compris que la décision de Trump “posera des difficultés financières et économiques pour un certain nombre de nos amis.” Mais il les a avertis que les Etats-Unis prévoyaient de menacer de “sanctionner les entreprises européennes qui continuent de faire des affaires avec l’Iran”, ce qui est autorisé par l’accord mais viole les sanctions américaines réimposées.
“Je sais que nos alliés en Europe essaieront peut-être de maintenir l’ancien accord nucléaire avec Téhéran, c’est leur décision à prendre”, a déclaré Pompeo. “Ils savent où nous sommes.”
Etats-Unis : Frank Scarpitti, maire de Markham en Ontario, accueille les bénévoles du Beth Habad de la ville

Etats-Unis : Frank Scarpitti, maire de Markham en Ontario, accueille les bénévoles du Beth Habad de la ville

Collive, traduit par Hassidout.org
Photos par Adrienne Tooch

 

Maire de Markham, dans l’Ontario, Frank Scarpitti a remis des prix aux bénévoles du projet très réussi de “Tikkun Olam of Chabad”.

De beaux certificats signés par le maire ont été remis aux familles qui ont donné de leur temps et de leur talent pour aider les nécessiteux, les sans-abri et les personnes âgées de la région du Grand Toronto. Les présentations ont été faites dans les salles du Conseil par le maire devant les familles des volontaires.

Le Beth Habad de Markham Youth est toujours prêt à rapprocher les enfants de leur judaïsme, à travers des activités diverses et intéressantes, des programmes de Chabbat et de vacances, et des activités de sensibilisation.

Un de ses projets très réussis s’appelle: “Tikkun Olam”. Sous la direction dynamique de Mattie Schurder, chaque mois, les familles Habad se réunissent et s’impliquent avec les Mitzvot au profit ddes nécessiteux de la ville.

Des activités telles que la préparation de 1 000 repas pour les sans-abri, l’achat et l’emballage de 500 cadeaux pour les enfants de Chai Life. Mettre en place une collecte de vêtements pour les sans-abri du centre-ville et leur offrir du café et des gâteaux, se déguiser pour Pourim et livrer les Michloa’h Manot aux personnes âgées dans les hôpitaux et les résidences pour personnes âgées.

Ce ne sont là que quelques-unes des activités variées dans lesquelles les familles sont impliquées.

“Le plus beau résultat de ces événements est les réactions que nous recevons non seulement de la part des bénéficiaires, mais plus encore, de la réaction de nos jeunes”.

Le maire de Markham a voulu récompenser l’excellent travail du Beth Habad et a choisi d’honorer ces familles en organisant une soirée dans les salles du Conseil et en remettant un prix à chaque famille.

 

Le président du Paraguay, Horacio Cartes, inaugure son ambassade à Jérusalem

Le président du Paraguay, Horacio Cartes, inaugure son ambassade à Jérusalem

.

«Déplacer l’ambassade est la bonne chose à faire», a déclaré le président du Paraguay, Horacio Cartes, au président Rivlin, avant d’ajouter: «Je me sens chez moi en Israël»; Netanyahu confie à Cartes lors de la cérémonie d’ouverture: “Vous êtes un ami d’Israël incroyable”

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assisté à la cérémonie d’inauguration au Parc technologique de Malha, près de la nouvelle ambassade guatémaltèque.

“C’est un honneur pour moi d’être ici aujourd’hui”, a déclaré le président paraguayen lors de la cérémonie. “L’ouverture de l’ambassade revêt une signification particulière, car elle exprime l’amitié sincère et la solidarité courageuse entre le Paraguay et Israël.”

 


Ouverture de l’ambassade du Paraguay à Jérusalem

 

“Je n’aime pas les positions contraignantes ou ambiguës, notre amitié repose sur des valeurs partagées, telles que la démocratie, la tolérance et la dignité, l’absence de discrimination et la coexistence pacifique”, a ajouté M. Cartes.

“C’est un jour historique qui renforce les liens entre le Paraguay et Israël”, a-t-il poursuivi.

“Un grand jour pour Israël, un grand jour pour le Paraguay, un grand jour pour notre amitié”, a répondu Netanyahou. “Vous avez non seulement le soutien de notre gouvernement, mais la profonde gratitude du peuple d’Israël”.


Ouverture de l’ambassade du Paraguay à Jérusalem

 

“Le Paraguay a aidé les Juifs à échapper à l’Allemagne nazie”, a déclaré le Premier ministre à propos du lien historique entre le Paraguay et le peuple juif. “Nous ne l’oublierons jamais, nous l’avons fait avant, pendant et après l’Holocauste, c’est une expression de compassion qui restera toujours dans nos coeurs.” Le Paraguay a également soutenu la création de l’Etat d’Israël et reconnu Israël à l’ONU. n’oubliera pas ça non plus. “

“Vous êtes un ami incroyable d’Israël”, a déclaré Netanyahu à Cartes. “Sous votre direction, le Paraguay a fait des gestes courageux sur la scène internationale et a refusé de prendre part aux mensonges contre Israël, il est temps de faire beaucoup plus ensemble et d’accroître la coopération entre nous. et nous faisons et voulons faire plus, et nous le ferons. “

Plus tôt lundi, le président paraguayen a rencontré le président israélien Reuven Rivlin.

“Le Paraguay est à des milliers de kilomètres d’Israël, mais nos coeurs sont proches”, a déclaré Rivlin. “Depuis plus de 70 ans, le Paraguay est un véritable ami d’Israël, et en effet nous marquons 70 ans en Israël et à l’établissement de liens diplomatiques entre nous.”

 


Le président du Paraguay, Gilles, rencontre le président israélien Rivlin (Photo: Reuters)

 

Rivlin a ajouté qu’il était confiant que beaucoup d’autres pays suivront l’exemple du Paraguay en déplaçant leurs ambassades à Jérusalem.

“Les liens étroits entre les pays se sont renforcés au fil des ans grâce à la coopération dans les domaines de l’exportation et du commerce, de l’agriculture et de la sécurité”, a-t-il ajouté.

Le président Cartes, qui quittera ses fonctions le 15 août, a déclaré: “C’est ma deuxième visite en Israël en tant que président, mais maintenant je suis sûr que je vais venir vous visiter plus souvent, je me sens chez moi en Israël”.

“Beaucoup me demandent pourquoi nous avons décidé de déménager l’ambassade à Jérusalem, et je peux répondre: Nous mettons les choses au bon endroit, nous ne vous devons rien, et vous ne nous devez rien. C’est tout simplement la bonne chose à faire “, ajoute Cartes.

Dimanche soir, le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a accueilli Cartes à l’aéroport Ben Gourion et lui a déclaré: “Je vous remercie, au nom de l’Etat d’Israël, de votre décision de transférer l’ambassade du Paraguay à Jérusalem. Ceci contribue au renforcement de notre souveraineté à Jérusalem.” 

M. Erdan a ajouté que “la décision du Président Cartes de transférer l’ambassade à Jérusalem est un geste important qui reconnaît le droit d’Israël à déterminer sa propre capitale, il rejoint les Etats-Unis et le Guatemala, et je ne doute pas que d’autres pays suivront”.


Le ministre Erdan, à droite, avec le président du Paraguay Horacio Cartes (Photo: Shlomi Amsalem)

 

“La reconnaissance de Jérusalem représente un changement dans la carte diplomatique mondiale: de plus en plus de pays soutiennent nos positions et souhaitent renforcer les liens avec nous”, at-il poursuivi. “Au cours des dernières années, le Paraguay a prouvé, avec une série de décisions courageuses, que c’est un véritable ami et je félicite le président pour son soutien à Israël et à son leadership.”


Le Paraguay est le troisième pays à transférer son ambassade à Jérusalem, après les États-Unis et le Guatemala. La semaine dernière, le président guatémaltèque Jimmy Morales était en Israël pour inaugurer l’ambassade de son pays dans la capitale, deux jours après l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem.

La décision de transférer l’ambassade à Jérusalem a été controversée au Paraguay.Le mois dernier, Cartes a annoncé son intention de transférer l’ambassade du Paraguay d’Herzliya à Jérusalem avant la fin du mandat de son gouvernement le 15 août.


Le Président du Paraguay Horacio Cartes arrive en Israël (Photo: Shlomi Amsalem)

 

Le président paraguayen a surpris les participants avec cette annonce lors d’un événement célébrant le 70ème anniversaire de l’indépendance d’Israël à Asunción. Parmi les invités figuraient l’ambassadeur d’Israël au Paraguay Ze’ev Harel, le successeur de Cartes, Mario Abdo Benitez, le vice-président élu Hugo Velazquez, le ministre des Affaires étrangères du pays et d’autres dignitaires.

Benitez a dit qu’il n’avait pas été consulté au sujet du mouvement de l’ambassade.

La plupart des pays maintiennent des ambassades à Tel-Aviv et ont hésité à les déplacer jusqu’à ce que le statut juridique international de la ville ait été résolu.Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré en avril que “au moins une demi-douzaine” de pays “discutaient sérieusement” à la suite de l’initiative américaine, mais il ne les a pas identifiés.

 

Le Paraguay est un pays enclavé situé entre l’Argentine, le Brésil et la Bolivie. Il abrite de vastes régions marécageuses, une forêt subtropicale ainsi que le Chaco, des étendues sauvages composées de savane et de brousse. Sur les rives du fleuve Paraguay, la capitale Asunción comporte l’imposant Palais du Gouvernement.

 

Hayom Tom 7 Sivan

Hayom Tom 7 Sivan

7 Sivan

SECOND JOUR DE CHAVOUOT

Le comportement à adopter pendant la bénédiction des Cohanim (Sidour p.268) est le suivant:
Lorsque les Cohanim disent “Yevare’he’ha”, celui qui est béni a la tête au milieu. Lorsqu’ils disent “Hachem”, il penche la tête à droite, qui est la gauche du Cohen le bénissant. “Veyichmere’ha”, sa tête est au milieu. “Yaer”, il l’incline à gauche, qui est la droite du Cohen le bénissant. Et ainsi de suite jusqu’à “Chalom”: sa tête est alors au milieu.

On dit le “Ribono Chel Olam” pendant que les Cohanim chantent. Par contre, lorsqu’ils prononcent les mots de la bénédiction, il faut écouter.
Pendant que les Cohanim chantent “Vayassem”, on lit de “Ribono Chel Olam” à “Tsaddik”. Lorsqu’ils chantent le mot “Le’ha”, on lit de “Veim” à “Elicha”. Avant “Chalom”, on lit de “Oukechem” jusqu’à “Letova”.

Lorsque les Cohanim disent le mot “Chalom”, on dira “Vetichmereni Oute’honeni Vetirtseni”.
“Adir Bamarom” est récité après avoir répondu Amen, en ayant encore le Talit sur le visage. le mot Nitlou orthographié avec un Teth à la place du Tav signifie repris.

 

Le Paraguay devrait inaugurer son ambassade à Jérusalem mardi prochain

Le Paraguay devrait inaugurer son ambassade à Jérusalem mardi prochain

 

Le Paraguay inaugurera dans les jours à venir son ambassade à Jérusalem, imitant ainsi les Etats-Unis et le Guatemala, a confirmé jeudi le chef de la diplomatie Eladio Loizaga.

Inauguration mardi ? Le ministre n’a pas précisé la date de cette inauguration. Selon des sources non officielles, celle-ci pourrait intervenir mardi, en présence du président paraguayen Horacio Cartes. “Le président a planifié cette décision il y a environ huit mois. Nous en avons discuté et voilà, le moment est arrivé. La décision n’a rien à voir avec le fait que d’autres gouvernements aient fait la même chose”, a dit Eladio Loizaga à la radio 780 AM de Asuncion.

“Les visites officielles se font à Jérusalem”. Selon le chef de la diplomatie, le président paraguayen a pris sa décision après un voyage en juillet 2016 en Israël, où il a pu observer que c’est à Jérusalem que tous les ambassadeurs en poste dans ce pays viennent présenter leurs lettres de créances auprès des autorités. “Le siège du gouvernement (d’Israël) est à Jérusalem, le bureau du Premier ministre, celui du président, les visites officielles se font à Jérusalem”, a énuméré Eladio Loizaga. Le transfert de son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem n’empêche pas le Paraguay d’entretenir une relation “intense et très étroite” avec la Palestine, a-t-il assuré.

 

Horacio Cartes a étudié dans l’école jésuite Cristo Rey aux États-Unis. Il poursuit des études d’ingénierie aéronautique, en suivant les pas de son père Ramón Telmo Cartes Lind, un homme d’affaires qui détient la franchise de la firme Cessna au Paraguay.
Il se lance dans les affaires dès son retour au Paraguay et est condamné en 1985 pour trafic de devise1. En 1989, il crée la société Cambios Amambay qui devient ensuite la banque Amambay en 1992. En 1994, il devient actionnaire de Tabacalera del Este SA, propriétaire de la marque de cigarettes Palermo, et deux ans plus tard, il crée Tabacos del Paraguay SA. En 2001, il achète la société Licorería Acosta, qui devient alors Bebidas del Paraguay, productrice des boissons Pulp et Puro Sol, et distributrice de plusieurs marques internationales.
Outre ses activités dans le monde des affaires, Horacio Cartes s’est aussi illustré comme dirigeant sportif. En 2001, il devient président du Club Libertad au Paraguay, mandat au cours duquel il obtiendra 4 titres de champion, ainsi qu’une qualification pour la demi-finale de la Copa Santander Libertadores en 2006. Cartes exerce également la charge de directeur des sélections de l’association paraguayenne de football durant les éliminatoires de la coupe du monde de football de 2010, tournois dans lequel la sélection est arrivée jusqu’en quart de finale.

 

Hayom Tom 7 Sivan

Hayom Tom 7 Sivan

7 Sivan

SECOND JOUR DE CHAVOUOT

Le comportement à adopter pendant la bénédiction des Cohanim (Sidour p.268) est le suivant:
Lorsque les Cohanim disent “Yevare’he’ha”, celui qui est béni a la tête au milieu. Lorsqu’ils disent “Hachem”, il penche la tête à droite, qui est la gauche du Cohen le bénissant. “Veyichmere’ha”, sa tête est au milieu. “Yaer”, il l’incline à gauche, qui est la droite du Cohen le bénissant. Et ainsi de suite jusqu’à “Chalom”: sa tête est alors au milieu.

On dit le “Ribono Chel Olam” pendant que les Cohanim chantent. Par contre, lorsqu’ils prononcent les mots de la bénédiction, il faut écouter.
Pendant que les Cohanim chantent “Vayassem”, on lit de “Ribono Chel Olam” à “Tsaddik”. Lorsqu’ils chantent le mot “Le’ha”, on lit de “Veim” à “Elicha”. Avant “Chalom”, on lit de “Oukechem” jusqu’à “Letova”.

Lorsque les Cohanim disent le mot “Chalom”, on dira “Vetichmereni Oute’honeni Vetirtseni”.
“Adir Bamarom” est récité après avoir répondu Amen, en ayant encore le Talit sur le visage. le mot Nitlou orthographié avec un Teth à la place du Tav signifie repris.

 

Le Paraguay devrait inaugurer son ambassade à Jérusalem mardi prochain

Le Paraguay devrait inaugurer son ambassade à Jérusalem mardi prochain

 

Le Paraguay inaugurera dans les jours à venir son ambassade à Jérusalem, imitant ainsi les Etats-Unis et le Guatemala, a confirmé jeudi le chef de la diplomatie Eladio Loizaga.

Inauguration mardi ? Le ministre n’a pas précisé la date de cette inauguration. Selon des sources non officielles, celle-ci pourrait intervenir mardi, en présence du président paraguayen Horacio Cartes. “Le président a planifié cette décision il y a environ huit mois. Nous en avons discuté et voilà, le moment est arrivé. La décision n’a rien à voir avec le fait que d’autres gouvernements aient fait la même chose”, a dit Eladio Loizaga à la radio 780 AM de Asuncion.

“Les visites officielles se font à Jérusalem”. Selon le chef de la diplomatie, le président paraguayen a pris sa décision après un voyage en juillet 2016 en Israël, où il a pu observer que c’est à Jérusalem que tous les ambassadeurs en poste dans ce pays viennent présenter leurs lettres de créances auprès des autorités. “Le siège du gouvernement (d’Israël) est à Jérusalem, le bureau du Premier ministre, celui du président, les visites officielles se font à Jérusalem”, a énuméré Eladio Loizaga. Le transfert de son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem n’empêche pas le Paraguay d’entretenir une relation “intense et très étroite” avec la Palestine, a-t-il assuré.

 

Horacio Cartes a étudié dans l’école jésuite Cristo Rey aux États-Unis. Il poursuit des études d’ingénierie aéronautique, en suivant les pas de son père Ramón Telmo Cartes Lind, un homme d’affaires qui détient la franchise de la firme Cessna au Paraguay.
Il se lance dans les affaires dès son retour au Paraguay et est condamné en 1985 pour trafic de devise1. En 1989, il crée la société Cambios Amambay qui devient ensuite la banque Amambay en 1992. En 1994, il devient actionnaire de Tabacalera del Este SA, propriétaire de la marque de cigarettes Palermo, et deux ans plus tard, il crée Tabacos del Paraguay SA. En 2001, il achète la société Licorería Acosta, qui devient alors Bebidas del Paraguay, productrice des boissons Pulp et Puro Sol, et distributrice de plusieurs marques internationales.
Outre ses activités dans le monde des affaires, Horacio Cartes s’est aussi illustré comme dirigeant sportif. En 2001, il devient président du Club Libertad au Paraguay, mandat au cours duquel il obtiendra 4 titres de champion, ainsi qu’une qualification pour la demi-finale de la Copa Santander Libertadores en 2006. Cartes exerce également la charge de directeur des sélections de l’association paraguayenne de football durant les éliminatoires de la coupe du monde de football de 2010, tournois dans lequel la sélection est arrivée jusqu’en quart de finale.

 

Philippines : Le Beth Habad d’El Nido sur l’île de Palawan, de l’obscurité à la lumière

Philippines : Le Beth Habad d’El Nido sur l’île de Palawan, de l’obscurité à la lumière

.

El Nido est une municipalité des Philippines, située sur l’île de Palawan. Classée par les touristes comme un “paradis tropical”. Le Rav Yossi Marom , sa femme Efrat et leurs enfants ont établi un Beth Habad actif et dynamique, un restaurant casher, des cours de Torah, des offices de prières et une maison ouverte toute la journée – et souvent même la nuit.

 

“L’île de Palawan s’étend sur une superficie d’environ la moitié de celle d’Eretz Yisroel”, souligne l’émissaire Habad local, le Rav Yossef Its’hak Marom, qui est actuellement dans sa deuxième année de Chli’hout à El Nido avec sa famille. “Le tourisme est situé à la pointe de l’île. Alors que l’île était autrefois un village de pêcheurs, depuis son développement en une attraction touristique, l’endroit a changé. Les vues sont magnifiques, on a l’impression de vivre dans une carte postale. Ces dernières années, des milliers d’Israéliens, des routards sont venus visiter l’île. “

Au cours des dernières années, de nombreux hommes d’affaires israéliens sont également venus vivre sur l’île. Cela rendait tout à fait clair que Palawan avait besoin d’un Chalia’h permanent. “Nous avons rapidement réalisé le formidable potentiel de Chli’hout dans cette ville”, se souvient le Rav Marom. “A Pessa’h l’année dernière, six cents Israéliens nous ont rejoint pour les nuits du Seder. L’histoire est assez similaire à chaque fête juive, alors que des milliers d’Israéliens franchissent chaque année les portes de notre Beth Habad. “

LE CHOC INITIAL

Il s’avère que la République des Philippines était la deuxième experience de Chli’hout pour la famille Marom. Ils avaient déjà fait un «stage» en remplaçant le Chali’ah à Rishikesh en Inde, pour une période d’un an. Quand ils ont terminé leur Chli’hout, il était clair pour eux que leur objectif était de trouver un autre endroit sur le globe. Quand la proposition d’une Chli’hout aux Philippines s’est présentée, nous sommes tout de suite partis  aux Philippines. “Sans beaucoup de préparation et avec peu de connaissance de l’endroit, nous sommes allés à El Nido”.

“Nous sommes d’abord arrivés à la capitale philippine, Manille, et de là nous avons embarqué sur un vol vers l’île de Palawan. Quand nous avons atterri à l’aéroport de fortune, après plusieurs heures de voyage, nous avons réalisé que nous étions arrivés au fin fond d’une jungle. Une vieille jeep militaire utilisée auparavant par l’armée américaine nous a menés à une cabane improvisée en bois au bord de l’aéroport, où les bagages ont été apportés lentement par deux travailleurs groggy. “

Puis, le Rav Marom a demandé au chauffeur de l’emmener dans magasin pour acheter des produits de base, des fruits et légumes. “Après avoir voyagé pendant environ six minutes, le chauffeur s’est arrêté, “C’est le marché”, dit-il en désignant quelques stands en bois improvisés …

«Il y avait six stands vendant une variété de produits: bananes, aubergines, moteurs à pousse-pousse, jouets, sucre, riz, ballons à gaz, concombres et œufs. Chacun des six stands avait la même marchandise. Nous avons alors réalisé pour la première fois que les tomates et les concombres étaient une denrée très chère ici. En raison de l’humidité étouffante de l’île, ces légumes ne restent pas frais très longtemps et cela ne vaut pas la peine que les marchands les importent en grandes quantités. “

L’électricité sur l’île fonctionne entièrement sur un seul générateur, donc les pannes de courant sont fréquentes, tout comme les services d’eau sporadiques. Assez souvent, l’eau du robinet est mélangée avec des morceaux de boue. “D.ieu merci, nous avons récemment installé une nouvelle pompe dans le Beth Habad”, explique le Rav Marom.

“Il n’y a pas longtemps, j’ai vécu quelque chose d’assez amusant. J’étais assis au Beth Habad, racontant  à un jeune touriste comment le Rabbi envoie des émissaires aux quatre coins du globe, partout où des Juifs peuvent être trouvés, même dans un village isolé en Russie où vivent quelques Juifs âgés qui puisent leur eau dans un puits. Il fut stupéfait, et soudainement nous éclatâmes tous le deux de rire pour la même raison – les conditions de cette Chli’hout sont assez semblables à celles rencontrées par ce Chalia’h dans le lointain village russe. “

LE DÉSESPOIR DE CES DERNIERS JOURS

Lorsque les Marom et leurs enfants sont arrivés à El Nido, ils ont loué une chambre dans une maison d’hôtes locale pendant qu’ils cherchaient un établissement approprié pour servir de base à leurs activités. “El Nido était un petit village de pêcheurs et qui a soudainement acquis une reconnaissance mondiale. Ses habitants sont rapidement devenus très riches grâce à l’industrie du tourisme. La plus petite parcelle de terre sur cette île coûte maintenant très cher et chaque cabane s’est transformée en mine d’or. La ville avait très peu de maisons, et celles qui étaient disponibles étaient transformées en commerces ou en hôtels”.

“La chaleur et l’humidité, le jour de notre arrivée, était tout simplement insupportables. Un soleil brûlant frappait pendant que nous allions de maison en maison, interrogeant sur les logements disponibles. Ceux qui étaient prêts à nous louer une place demandaient une prix astronomiques.”

Pendant une semaine, les Marom ont fait le tour du village pendant qu’ils laissaient leurs trois enfants avec une fille au pair Habad venue avec eux. “Je dois avouer qu’il y avaient des moments où nous étions tourmentés par le doute: Pourquoi avons-nous besoin de tout cela et pourquoi n’avons-nous pas vérifié les choses à fond avant de partir en voyage? Quand je me sentais perdre espoir, ma femme m’encourageait en me rappelant les réponses que nous avons reçues du Rabbi. Pendant cette semaine, c’était notre chambre d’hotel qui servait de Beth Habad. “

Après une semaine de recherches infructueuses, les Marom s’assirent sur un banc dans la cour de l’hôtel – fatigués et assoiffés. “Peut-être étions-nous un peu impétueux quand nous avons pris la décision de sortir en Chli’hout?” Pensai-je. “Nous sommes déjà là depuis une semaine, mais nous n’avons pas réussi à faire quoi que ce soit. C’est une chose de ne pas avoir d’endroit organisé, mais nous n’avons même pas fait d’activités! »

Subitement, un touriste avec un grand sac à dos qui sortait de l’hôtel. Il avait l’air juif, et je lui ai dit en anglais: “Es-tu juif? Il m’a regardé avec surprise et a dit non”.

Ce furent des moments où Dieu mit les mots dans ma bouche. J’étais extrêmement fatigué et je ne pensais vraiment pas à ce que je disais. Je suis généralement un peu plus respectueux et n’essaye pas d’ennuyer les gens.

Avez-vous des amis ou des connaissances juives?”, lui ai-je demandé, même si je pouvais voir qu’il était pressé. Il me regarda surpris et me répondit: “Amis? Ma grand-père maternel était juive. Elle a émigré de Pologne au Paraguay où elle a épousé mon grand-père, qui n’était pas juif. Et maintenant, si vous voulez bien m’excuser, je dois prendre un taxi pour l’aéroport”.

“Quand j’ai entendu cela, tout mon épuisement disparu en un instant, et j’ai commencé à lui poser plus de questions. «Savez-vous ce que sont les Tefillines? Attendez quelques minutes”, ai-je demandé. Je ne lui ai même pas demandé s’il était prêt ou pas – j’ai simplement retroussé sa manche et lui ai mis les Tefillines. Pendant ce temps, d’autres Israéliens sont arrivés et ont commencé à danser autour de nous. «Maintenant, nous allons faire une bar-mitsva pour vous», lui dis-je joyeusement en lui expliquant qu’il était juif à tous les égards.

Au début, il était gelé sur place, cependant, il s’est rapidement réchauffé et a fini par danser avec nous. Comme nous nous séparions les uns des autres, j’ai remarqué qu’une heure s’était écoulée. “Qu’en est-il de votre vol?”, lui ai-je demandé. Il me répondit, les yeux remplies de larmes “Aucune importance, les Tefilines sont beaucoup plus importants. Je prendrai un autre vol”. Je l’ai pris en photos avec les Tefilines, puis je lui ai demandé d’envoyer les photos à sa grand-mère, dans l’espoir que cela susciterait des souvenirs positifs.

Ce réveil spirituel a également eu un effet sur les autres jeunes Israéliens venus participer à cet événement joyeux. Même moi, j’ai retrouvé un sentiment de force et une conscience qu’il y avait de quoi faire ici et que nous n’étions pas venus ici pour rien. Depuis lors, toute l’approche de notre Chli’hout a pris une direction plus appropriée. Toutes les difficultés précédentes semblaient avoir disparu. ”

UNE CRISE INATTENDUE AU MILIEU DE LA NUIT

Le jour suivant, tout a commencé à se faire miraculeusement. Un riche propriétaire avec des dettes bancaires et des créanciers a accepté de nous louer sa maison spacieuse en échange d’un dépôt raisonnable. “Après avoir bien examiné la question et constaté que tout était correct et légal, nous avons demande une bénédiction au Rabbi et nous avons signé le contrat et le Beth Habad El Nido venait d’ouvrir. ”

Les nouvelles se sont rapidement répandues, et l’endroit est devenu un un phare spirituel pour des milliers de touristes israéliens. Une synagogue a été fondée, des cours de Torah ont été établis, et une cuisine casher a commencé ses opérations. Des dizaine de touristes juifs venus du monde entier visitent la Beth Habad chaque jour. Chaque Chabbat, environ deux cents Juifs participent aux prières et aux repas de Chabbat. Des centaines d’autres viennent pour les programmes de vacances Habad.

“Après quelques mois, nous avons fait l’inauguration officielle du bâtiment. En l’honneur de l’ouverture, les autres émissaires aux Philippines sont venus et nous avons publié une annonce qu’un nouveau Beth Habad avait ouvert ses portes dans le pays. Le maire d’El Nido était l’invité d’honneur.”

Le Rav Marom parle avec beaucoup d’enthousiasme du soutien sans réserve du maire d’El Nido pour les nombreux programmes. “Il est un véritable ami, et il contribue même une grande partie de son temps et de son argent à nos activités”. Lorsqu’un émissaire se trouve dans un endroit éloigné comme El Nido, il est responsable de toutes les questions juives de l’endroit. Parfois, il faut aussi faire face à des situations complexes et désagréables. Le premier défi important auquel nous avons été confronté après l’ouverture du Beth Habad, a été l’accident de moto tragique d’un restaurateur israélien local.

Le téléphone dans notre maison a sonné vers minuit et j’ai entendu quelqu’un pleurer sur la ligne. Dans une voix étouffée par les sanglots, un homme m’a parlé de la mort subite de son ami. Les amis de l’israélien n’étaient pas en ville ce jour-là, après avoir volé plus tôt en Thaïlande. Je me suis levé et je suis rapidement allé à l’hôpital local pour m’assurer qu’il n’y avait pas encore eu d’autopsie. Selon la coutume locale, les défunts sont généralement incinérés. Au début, les autorités de l’hôpital ne m’écoutaient pas, jusqu’à ce que le maire se soit impliqué et leur a ordonné de faire tout ce que je demandais: “Il est le chef juif d’El Nido et malheur à quiconque ne suit pas ses instructions!”, leur avait-il dit.

Nous avons traversé deux jours très difficiles. Pour être honnête, je n’avais jamais traité de tels problèmes auparavant. Après avoir demandé conseil au Rabbin Yosef Levy de Manille, qui était à nos côtés pendant tout le processus, nous nous sommes assurés que l’affaire était traitée de manière appropriée. Vous devez vous rappeler que souvent il n’y a pas d’électricité en ville – pas de système de réfrigération, pas d’ordinateur en état de marche, et cela rendait impossible l’impression de documents de sortie sur un certificat de décès. Dans des circonstances normales, nous attendrions simplement que l’électricité soit rétablie. Cependant, il ne s’agissait pas de circonstances normales et je n’acceptais pas d’attendre.  Après deux jours de travail acharné et sans sommeil et grâce à l’intervention du maire, les certificats et permis de police nécessaires ont été écrits à la main.

Mais ce n’est pas seulement pour de mauvaises nouvelles que le Rav Marom a besoin de l’aide du maire; c’est aussi dans les moments de joie. Pessah dernier, il y avaient environ six cents touristes à la table du Seder. La veille de la fête, le Rav Marom s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de place pour accueillir autant de monde, alors il s’est tourné vers le maire, qui a accepté d’utiliser la salle des événements municipaux.

En raison de la croissance des activités à El Nido, les Chlou’him envisagent d’élargir leurs programmes de sensibilisation et d’acheter une parcelle de terrain pour construire un Beth Habad spacieux. L’installation comprendra une synagogue, une salle de réunion, un jardin d’enfants, une cuisine casher et un mikvé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’entrepreneur de défense israélien Rafael vend le “dôme de fer” à la Roumanie

L’entrepreneur de défense israélien Rafael vend le “dôme de fer” à la Roumanie

.

Dans le cadre de l’accord, Rafael fournira à la Roumanie des connaissances techniques et des licences pour la fabrication de systèmes de défense aérienne et d’armes.

Yoav Stoler, Ynet, traduit par Hassidout.org

L’entrepreneur israélien Rafael Advanced Defence Systems Ltd. a signé mercredi un accord avec la société aéronautique roumaine Romaero SA pour la fabrication locale de Iron Dome et d’autres systèmes de défense aérienne et terrestre, a déclaré mercredi un porte-parole de Rafael à Calcalist.Dans le cadre de cet accord, Rafael fournira à Romaero les connaissances techniques et les licences nécessaires pour fabriquer plusieurs systèmes de défense, notamment des systèmes de défense antiaérienne Iron Dome et naval, des stations d’armes télécommandées Samson et des missiles Spike.

Selon un rapport sur les dépenses militaires mondiales publié plus tôt ce mois par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), la Roumanie a augmenté ses dépenses militaires de 50% entre 2016 et 2017, ce qui représente le taux d’augmentation le plus élevé au monde. Le SIPRI attribue cette augmentation au plan d’achat, de modernisation et d’expansion militaires du pays, qui sera mis en œuvre d’ici 2026.

C’est le premier contrat de fabrication local pour Rafael en Roumanie. La société a des collaborations similaires avec une cinquantaine d’entreprises dans le monde, notamment en Inde, aux États-Unis, en Allemagne et en Pologne. Rafael a vendu son système Iron Dome à plusieurs pays, y compris le Royaume-UniEn février, Rafael a annoncé un accord de 133 millions de dollars pour fournir des missiles antichars Spike à l’armée lettone. Les missiles seraient fabriqués par la société allemande EuroSpike GmbH, une coentreprise de Rafael, Überlingen, basée en Allemagne Diehl BGT Defense GmbH & Co. KG, et Rheinmetall Defense Electronics GmbH de Brême, en Allemagne.
Rafael a également conclu un accord de 500 millions de dollars pour fournir des missiles Spike et des lance-missiles en Inde, qui seront fabriqués localement grâce à une co-entreprise avec le groupe industriel Kalyani Group basé en Inde. L’accord a été annoncé pour la première fois en 2016, rejeté un an plus tard, et son statut actuel n’est pas clair.