« Dans les Temps futurs, déclare le Talmud, les poutres de la maison d’un homme témoigneront sur lui ».

 

Mieux que des micros et des caméras miniatures, le vieux bois ou le béton le plus solide viendront rapporter au grand jour ce que nous tenions pour secret.

Pour l’instant, ses paroles et ses actes sont « absorbés » par la matière mais lors de la venue du Machia’h, tout se révèlera.

C’est ce qui explique l’usage antique, chez certains Maîtres, de se faire fabriquer leur cercueil avec la table sur laquelle ils avaient étudié la Torah ou sur laquelle ils avaient nourri des pauvres. Pour que la matière témoigne de leur fidélité à la Torah et à ses commandements.

Qu’est ce qui nous permet d’avancer une telle affirmation ? La réponse se trouve dans le récit de l’évènement fondateur de notre identité : le don des dix commandements.

Le texte de la Torah nous rapporte que la  grande» voix (divine) du Sinaï n’eut pas d’écho ! Etrange phénomène, quand on sait qu’un écho est à la mesure de la puissance de la voix. D’autant plus que le désert du Sinaï était entouré de montagnes, une situation idéale pour créer un écho ?!

Cette absence, en fait, n’est nullement l’indication d’une faiblesse. Bien au contraire, elle traduit la puissance infinie de la voix du Sinaï qui pénétra la matière du monde, et donc, tout naturellement, ne produisit pas d’écho.

Le monde n’est pas une masse brute et inerte. Même si les manifestations des milliers de vie qui le composent ne sont pas les mêmes que les nôtres, chaque objet recèle en lui un pouvoir insoupçonné.

On savait déjà que les murs avaient des oreilles. LaTorah va plus loin. Elle nous apprend qu’ils ont aussi une bouche.

C’est le grand Maître de la Tradition ésotérique moderne, le Ari zal (1534-1572) qui nous l’a révélé : même le monde minéral (inanimé) possède une âme de vie.

Bien évidemment, la pierre ne bouge pas, ne grandit pas, mais son existence même est la preuve qu’elle possède une existence intrinsèque vivifiée par le Créateur. Et cet apport est un avant goût de l’ère messianique.

Expliquons nous : la venue de Machia’h révèlera au monde que D.ieu est présent au sein de la création. Depuis les temps anciens, nous savons que la vie anime le monde humain, le monde animal et le monde végétal mais jusqu’au Ari zal, personne ne pensait qu’une pierre ou du sable possédait une forme de vie. En l’affirmant, il mettait en place la dernière phase de la révélation messianique où la création dans sa totalité reconnaîtra D.ieu.

Et la science elle-même le prouve quand une pile, un téléphone portable ou un poste de radio, des objets a priori inanimés, peuvent émettre des sons, des informations, tout en étant le support infini d’échanges entre les hommes. N’est-ce pas là la preuve que l’ère messianique est à notre porte et qu’il faut s’y préparer ?

%d blogueurs aiment cette page :