En direct, chaque vendredi, étude du Likoutei Si’hot
avec le Rav Levi Azimov de 10h30 – 11h30
Tél.: +33159423068 – code: 33 41 593#

ET SUR RADIO HASSIDOUT
RADIO HASSIDOUT

Pekoudé – Le « gage » du Tabernacle
Source : Likouté Si’hot volume 11, seconde Si’ha de Pekoudé

  1. Le fait que la Torah mentionne uniquement la destruction des Temples, en les qualifiant de « gage », sans évoquer au préalable leur construction ni la destruction du Michkane de Chilo, soulève plusieurs interrogations. En particulier, si le second Temple était censé être la restitution du « gage » du premier, pourquoi est-il si différent en majesté et en sainteté ?
  2. Pour résoudre ces questions, il faut comprendre la distinction fondamentale entre un « Mikdach » (Temple), bâtisse fixe et pérenne destinée à être la demeure permanente de la Présence divine, et un « Michkane » (Tabernacle), structure mobile et provisoire ayant un statut de « Tente ».
  3. Ainsi, malgré leurs différences, le premier et le second Temple partagent le même caractère essentiel de « Maison de D.ieu ». Le second Temple est donc bien, sur le plan conceptuel et spirituel, la restitution du gage du premier, tandis que le Michkane de Chilo appartient à une autre catégorie.
  4. La mention des « fautes d’Israël » comme cause de la destruction vient préciser que le Temple lui-même n’a pas été anéanti mais seulement « confisqué » provisoirement. C’est la relation entre le Temple et le peuple qui a été affectée, pas l’existence propre du Temple. Cela explique aussi pourquoi la destruction du Michkane de Chilo, due à des fautes individuelles, n’est pas évoquée ici.
  5. Plus profondément encore, cette précision exprime l’amour infini et la patience extraordinaire de D.ieu, qui a repoussé autant que possible l’heure de la destruction pour laisser au peuple l’opportunité de se repentir. La destruction elle-même est en réalité une manifestation d’amour, par laquelle D.ieu « met en gage » Sa propre Demeure pour permettre à Ses enfants de se ressaisir.
  6. Il en découle un merveilleux enseignement : de même que D.ieu a fait preuve d’une infinie miséricorde, il nous incombe d’aider et d’encourager notre prochain, avec une patience inlassable, même lorsque sa conduite est inappropriée. En l’assistant dans l’étude de la Torah et la pratique des Mitsvot, nous l’aidons à construire en lui un sanctuaire digne de ce nom.
  7. En méditant sur la souffrance que cause à D.ieu la destruction du Temple, nous réalisons que nos propres pleurs ne sont qu’un pâle reflet des Siens. Cette prise de conscience de Son amour dévorant pour nous nous donne la force de nous amender et de hâter la venue de Machia’h et la reconstruction du troisième Temple, puissions-nous le mériter rapidement !