Dans le Dvar Mal’hout sur la Paracha Vayètsé, le Rabbi rapporte que l’Admour Haemtsaeï naquit et quitta ce monde le même jour, le 9 Kislev. Ce fait particulier fut aussi vrai pour Moché Rabbénou, car il naquit et quitta ce monde le 7 du mois d’Adar, ainsi qu’il est dit (Dévarim, 31, 2): ‘Aujourd’hui ont étés remplis mes jours et mes années; ce jour-ci je suis né et ce jour-ci. Je mourrai’ (Rachi).

Le Rabbi explique que le fait qu’un Tsaddik naisse et quitte ce monde un même jour, exprime la volonte profonde du Tsaddik d’unir la terre (le corps dans lequel s’habille l’âme pour y accomplir sa mission) avec le ciel (dans lequel son âme s’élève lorsqu’elle quitte le corps).

Le Juste parfait (Tsaddik) parvient à ce que la perfection de sa vie spirituelle se reflète aussi dans sa vie matérielle. Avec lui, le matériel devient un prolongement du spirituel. l’âme fusionne avec le corps, le ciel se fond dans la terre. En d’autres termes, il agit sur son propre corps et sur le corps de ce monde matériel de manière à ce qu’ils se fondent dans la volonté du Saint béni soit-Il.

C’est là un point essentiel, car seule l’Essence divine détient le pouvoir d’unir la matière à l’esprit, et si le Tsaddik parvient à unir ce monde et les enfants d’Israël avec Or ein Sof, la terre avec le ciel, c’est parceque l’essence de son âme, qui est enracinée dans l’Essence divine, illumine constamment son corps et toutes les forces de son âme.

Le Rabbi nous en donne l’illustration au moyen de l’exemple de notre père Yaakov. Il est en effet raconté au début de notre Paracha, que lorsque Yaakov parvint sur le Mont Moriah (sur lequel allait être construit par la suite le Beït-Ha-Mikdach), le soleil se coucha et il s’allongea à cet endroit pour y dormir.

La Torah nous enseigne qu’avant de s’endormir Yaakov prit soin de mettre des pierres autour de sa tête pour se protéger des animaux sauvages. Les pierres symbolisent ici la force et la puissance, et l’action de Yaakov qui consiste à entourer sa tête avec des pierres, signifie que Yaakov renforce son intellect. La tête ainsi renforcée, peut alors dominer tous les autres membres du corps, et guider Yaakov dans tout ce qu’il entreprend, en le protégeant constamment ‘des animaux sauvages’, c’est-à-dire de tout ce qui peut s’opposer à la volonté du Saint béni soit-Il.

Par ailleurs, Rachi nous enseigne que les pierres qu’il mit autour de sa tête se disputèrent, car chacune d’entre-elles voulait être celle sur laquelle la tête de Yaakov reposerait. Aussi l’Eternel, remédia à leur dispute en les unissant toutes en une seule pierre.

C’est au sujet de cette dispute que le Rabbi nous rapporte l’enseignement des Sages selon lequel Yaakov ne mit pas seulement des pierres tout autour de sa tête. Il en mit également tout autour de son corps. Les pierres qui entouraient le corps de Yaakov se disputèrent, car elles estimaient qu’elles étaient aussi importantes que celles qui entouraient sa tête

L’Eternel entendit alors leurs plaintes, et immédiatement Il acquiesça à leur demande. Il fondit toutes les pierres en une seule, afin que chacune ait le mérite que Yaakov repose sa tête sur elle. En élevant les pierres du corps au même niveau que celles de la tête, l’Eternel révéla le niveau et l’origine très élevée de l’Inanimé.

La pierre appartient en effet au stade de l’Inanimé. Or, bien que l’Inanimé soit le plus inférieur parmi tous les stades de la Création (l’Inanimé, le Végétal, l’Animal et l’Homme), il n’en demeure pas moins que sa racine céleste est plus élevée que celles du Végétal et de l’Animal.

C’est à cela que se rapporte l’explication du Rabbi selon laquelle l’Essence divine se révèle dans les endroits les plus inférieurs. La terre, par exemple, bien qu’elle soit l’élément le plus bas dans ce monde, possède la force de l’Ein Sof, de faire pousser des fruits des plantes et des arbres à l’infini.

Nous pouvons dès-lors comprendre la plainte des pierres qui entouraient le corps de Yaakov, car l’origine du corps est très élevée. Le Saint béni soit-Il forma le corps d’Adam Ha Richon à partir de la poussière de la terre de l’endroit sur lequel fut bâti par la suite le Beït-Ha-Mikdach (Rachi). Cet endroit est aussi celui sur lequel Yaakov s’étendit pour dormir.

Les pierres qui entouraient le corps de Yaakov, et les pierres qui entouraient sa tête, ne formèrent qu’une une seule et même pierre, car l’Essence divine était révélée à l’endroit où Yaakov s’endormit, ainsi qu’il est dit (Vayetsé, 28, 17): ‘Comme cet endroit est redoutable! Ce n’est autre que la Maison de D.ieu et ceci est la porte du ciel’.

Face à l’Essence divine, le corps est au même niveau que la tête, la terre est au même niveau que le ciel, et c’est à ce sujet que se rapporte la déclaration des Sages selon laquelle, dans les Temps messianiques ‘l’âme sera nourrie par le corps’.

Il est possible d’expliquer cet enseignement du Rabbi de la manière suivante. Il est écrit que lorsque Yaakov sortit de son sommeil, et de son rêve dans lequel l’Eternel llui apparut, ‘il se leva tôt le matin, prit la pierre qu’il avait mise autour de sa tête la plaça (comme) un monument et il versa de l’huile sur son sommet’.

La goutte d’huile, dont la forme est telle un point, pourrait être symbolisée par la lettre ‘Youde’ du nom de Yaakov, laquelle représente l’attribut de Hokhmah du monde d’Atsilout.

La pierre est symbolisée par les lettres du nom ‘Ekev’, ‘le ‘talon’, lequel représente la matière inanimée de ce monde matériel.

Le nom Yaakov qui se décompose ainsi: Youde-Ekev, exprime donc le fait de faire pénétrer le divin (‘Youde’, l’huile) dans les parties les plus dures et les plus insensibles de ce monde (‘Ekev’, la pierre). Lorsque l’essence de l’âme (la goutte d’huile) se révèle dans le corps (la pierre), le corps devient un prolongement de l’âme. L’huile a le pouvoir de se répandre aussi bien dans le corps de l’homme, que dans celui de ce monde matériel et obscur. Dans ce cas, même l’endroit le plus inférieur devient une demeure pour Dieu.

Pour comprendre cela, il suffit de porter notre regard sur le Rabbi. Du fait que l’âme et le corps du Rabbi brillent de la lumière de l’Essence divine, le Rabbi détient le même pouvoir que Yaakov. Celui de ‘répandre les sources à l’extérieur’, de repandre une source d’huile à l’extérieur, de faire pénétrer ‘l’huile’ dans ‘la pierre’, de faire pénétrer L’Essence de la Torah (la Hassidout, qui est comparée à de l’huile) dans ‘la pierre’, dans les parties les plus dures, dans les coeurs des hommes les moins sensibles à la Parole de D.ieu.

Il détient le pouvoir d’unir ce monde à la volonté la plus profonde et la plus intérieure du Saint béni soit-Il. Sa volonté de révéler ‘une terre nouvelle, un ciel nouveau, et une Torah nouvelle’, lors de la venue de notre Juste Machia’h, très bientôt et de nos jours.

%d blogueurs aiment cette page :