(JTA) – Face à la baisse du nombre de membres, une congrégation protestante principale du quartier Lakeview de Chicago a mis en vente son complexe religieux historique à l’été de l’année dernière. On a dit aux dirigeants de l’Église qu’il faudrait au moins un an pour conclure l’accord. Mais en quelques jours, une offre attrayante est arrivée et quelques mois plus tard, la vente de l’immeuble pour 2,85 millions de dollars a été conclue.

Les acheteurs étaient deux émissaires Habad qui servaient les Juifs du quartier de North Side depuis leur appartement loué depuis 2015. En convertissant le complexe, le couple hassidique, le Rav David Kotlarsky et son épouse Devorah Leah, pouvaient désormais réaliser leur rêve d’étendre l’empreinte de Habad et établir une synagogue et une école maternelle.

Selon Habad.org, la clé de l’achat a été un don de 2 millions de dollars du procureur fiscal de Chicago, Jaques Aaron Preis, qui dirige le Phillip Leonian et Edith Rosenbaum Leonian Charitable Trust. Preis a été cité comme faisant l’éloge de «l’authenticité et de l’attitude accueillante de Habad».

La transaction immobilière à Lakeview – une plaque tournante de la vie juive à Chicago, où de grandes synagogues réformées, conservatrices et orthodoxes ont longtemps fonctionné à partir de bâtiments majestueux – ne représente qu’un des dizaines d’investissements de Habad dans de nouveaux bâtiments ou dans la rénovation et l’agrandissement de propriétés existantes.

À certains égards, Habad semble être une anomalie dans le monde juif. De nombreuses institutions juives non orthodoxes ne sont pas sûres de ce que l’avenir réserve à leurs espaces physiques après un an et demi d’engagement largement numérique – et après des décennies de déclin des adhésions aux synagogues des plus grandes confessions américaines du judaïsme. Habad, quant à lui, dont les émissaires strictement orthodoxes recherchent des adeptes de toutes les croyances et pratiques juives, semble confiant dans sa capacité à attirer un grand nombre de personnes dans ses centres.

Le mouvement s’est lancé dans au moins 137 millions de dollars de projets immobiliers depuis le début de la pandémie du Covid-19, selon les chiffres compilés par Habad.org et examinés par l’Agence télégraphique juive.

À Greenwich, Connecticut, le Beth Habad local a payé 20 millions de dollars pour reprendre le site d’une école juive qui a fermé l’année dernière. À Durham, en Caroline du Nord, une rénovation de 3 millions de dollars d’une auberge historique – soutenue en partie par Sarah Bloom Raskin, professeur de droit à l’Université Duke qui est mariée au représentant américain Jamie Raskin – a été consacrée la semaine dernière . Et le Beth Habad de l’Université de l’Illinois dépense plus de 7 millions de dollars pour posséder et rénover une immense maison de la fraternité de style Tudor.

Parce que les milliers d’émissaires Habad à travers le monde collectent des fonds de manière indépendante, le service d’information et de relations publiques de Habad a dû collecter les données en rassemblant des reportages dans les médias et en menant une enquête informelle, selon le Rav Motti Seligson, un porte-parole de Habad.

L’enquête a révélé un certain nombre de projets d’immobilisations qui n’ont pas encore été annoncés publiquement, y compris certains achats qui sont actuellement en cours. Le rav Seligson a déclaré que l’étendue réelle de la récente expansion immobilière de Habad est probablement beaucoup plus importante que le chiffre de 137 millions de dollars l’indique.

Mais il a dit qu’il voulait divulguer les informations qu’il avait en conjonction avec la 38e Conférence internationale annuelle des émissaires Habad-Loubavitch, qui a lieu il y a quelques semaines à New York.

« Nous faisions une exploration de l’impact et de la croissance de Habad pour examiner l’efficacité de divers programmes pendant cette période difficile de la pandémie », a-t-il déclaré. « Ces chiffres sont devenus très nets lorsque nous avons examiné le niveau d’engagement et la croissance de nos institutions et de nos infrastructures. »

Le Rav Seligson a également souligné que pendant la pandémie, 250 nouveaux couples d’émissaires sont sortis pour desservir les centres Habad existants ou en établir de nouveaux.

Même avant la poussée de croissance pandémique, Habad avait déjà engagé quelque 37% des adultes juifs américains dans des activités, selon les données d’un récent sondage du Pew Research Center.

Au cours des 20 dernières années, le nombre de Beth Habad aux États-Unis a presque triplé, atteignant 1 036 en 2020, selon un décompte de Joel Kotkin, professeur à l’Université Chapman qui étudie les tendances démographiques, et chercheur indépendant Edward Heyman. Au cours de la même période, le nombre total de synagogues a diminué de 29 %.

« Alors que leurs homologues laïques diminuent, les Hassidim et d’autres communautés juives plus traditionnellement observatrices en Amérique connaissent une forte croissance », ont écrit Kotkin et Heyman dans un article du magazine Tablet analysant leurs données.

Alors que de nombreux groupes hassidiques se développent principalement par le biais de la procréation, Habad, axé sur la sensibilisation, semble rassembler une partie importante des Juifs qui se sont désaffiliés des mouvements réformés ou conservateurs ou qui n’ont jamais eu beaucoup d’affiliation institutionnelle. Dans son récent sondage, Pew a estimé que parmi les juifs qui fréquentent les Beth Habad, 24% sont orthodoxes, 26% sont réformés, 27% sont conservateurs et 16% ne s’identifient à aucune branche particulière du judaïsme.

« À l’heure actuelle, les besoins sociaux fondamentaux du monde juif sont comblés par deux types d’organisations : l’une est Habad, qui se développe rapidement et offre une gamme complète de services », ont écrit Kotkin et Heyman . (L’autre type d’organisation est la fédération juive locale et ses centres communautaires juifs affiliés.)

Au fur et à mesure que Habad prolifère, il trouve parmi les Juifs qu’il sert de nombreux donateurs volontaires. Parfois, des contributeurs individuels comme la famille Preiss à Chicago jouent un rôle démesuré, mais leur don était accompagné de 500 000 $ en petits dons, selon Chabad.org.

Dans des commentaires sur Chabad.org, la famille Preiss a expliqué pourquoi elle ont donné à Habad. « Ils se concentrent sur chaque Mitsva sans critiquer. Ils sont tellement accueillants», a déclaré Jacques Preis, qui a été élevé réformiste. « Ce n’est pas un judaïsme dilué », a déclaré Evelyn, sa femme.

« Une grande partie du financement de ces campagnes est collectée localement auprès de personnes dont la vie est personnellement enrichie par le Beth Habad de leur communauté », a déclaré le Rav Seligson. « Ils représentent des personnes allant de grands donateurs à un grand nombre de petits donateurs comme des étudiants qui se sont engagés à soutenir la vie juive et les programmes qui les inspirent avec tout ce qu’ils peuvent en fonction de leurs moyens. »

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :