L’un des principaux sujets racontés dans la section de la Torah de Vayéra est l’histoire de la naissance d’Isaac et de sa circoncision « le huitième jour » (Vayéra 21,1-4). Ensuite, il est rapporté le conflit entre Isaac et son demi-frère Ismaël, fils de Hagar, la servante d’Abraham (né avant lui, comme raconté dans la section précédente) : « Il se disputait avec Isaac au sujet de l’héritage, disant : ‘C’est moi le premier-né, je dois donc avoir le double de part’, et ils sortent dans les champs et il prend son arc et lui tire des flèches ». À la suite de cela, Sarah a dit à Abraham : « Chasse cette servante et son fils » (ibid. 21,10 et Rachi sur ce verset), et le Tout-Puissant a dit à Abraham : « Tout ce que te dira Sarah, écoute sa voix, car c’est par Isaac que sera appelée ta postérité » (ibid. 12), « c’est par Isaac que sera appelée ta postérité » – et non par Ismaël.

Lorsque le Tout-Puissant a promis à Abraham que Isaac lui naîtrait, comme raconté dans la section de Lekh Lekha (17,15-18), la réaction d’Abraham a été – « Abraham tomba sur son visage et il rit, et il dit en son cœur : ‘À un homme âgé de cent ans naîtra-t-il [un fils] ? Et [comment] Sara, âgée de quatre-vingt-dix ans, enfantera-t-elle ?!’ Et Abraham dit à D.ieu : ‘Que Ismaël vive devant Toi !' » Rachi explique : « Plaise que Ismaël vive, je ne suis pas digne d’un tel bienfait ». Autrement dit, dans sa grande humilité, Abraham pensait qu’il n’était pas digne d’un tel miracle que la naissance d’Isaac alors qu’il a cent ans, et donc il a demandé : « Que Ismaël vive devant Toi » – « qu’il vive dans Ta crainte » (Rachi). Abraham s’est contenté de demander que Ismaël soit un homme craignant le Ciel.

Le Tout-Puissant lui a répondu : « Mais ta femme Sara t’enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom d’Isaac » (ibid. 19). Autrement dit, ne te contente pas d’Ismaël ! Et cela même si, en ce qui concerne sa demande pour Ismaël, Il lui a dit : « Et pour Ismaël, Je t’ai entendu » (ibid. 20) – c’est-à-dire qu’il est possible que cette demande aussi se réalise et qu’Ismaël soit un homme craignant le Ciel, mais ce n’est pas cela ton sujet, ce n’est pas ton affaire. Le sujet d’Abraham est d’établir le peuple d’Israël, par la naissance d’Isaac de Sara en particulier, « et J’établirai Mon alliance avec lui en une alliance éternelle pour sa descendance après lui » !

Entre Isaac et Ismaël

Il en ressort un message extrêmement important concernant l’essence du peuple juif. Si nous voulons connaître la supériorité d’Isaac sur Ismaël, nous devons comparer Ismaël à Isaac. En pratique, Ismaël était « un âne sauvage d’homme » (Lekh Lekha 16,12) alors qu’Isaac était un grand juste. Mais même si se réalisait « et pour Ismaël, Je t’ai entendu », c’est-à-dire que se réalisait la demande d’Abraham que Ismaël « vive dans Ta crainte », dans une véritable crainte de D.ieu selon les perceptions d’Abraham notre ancêtre – cela n’aurait aucune valeur par rapport à Isaac, dont est issu le peuple d’Israël !

Isaac était le premier Juif à être né Juif, fils d’Abraham et de Sarah, et par conséquent les propos susmentionnés expriment la différence essentielle entre un Juif et un non-Juif. Et encore : si nous parlons de païens méchants et corrompus etc, il n’est pas nécessaire de beaucoup d’explications, mais il ressort de ce qui précède que même s’il s’agit d’un non-Juif chez qui se réalise l’aspect de « et pour Ismaël, Je t’ai entendu », un non-Juif honnête qui croit en D.ieu et Le craint, il n’est cependant pas comparable à l’élévation d’un Juif.

Et en effet, on trouve deux différences notables entre Isaac et Ismaël, qui en fait se rejoignent en un seul point – A) dans la façon dont ils sont nés, B) dans la circoncision.

Naissance et existence surnaturelles

La naissance : Ismaël est né de manière naturelle, alors qu’Isaac est né de manière miraculeuse. Selon la nature, il n’y avait aucune possibilité pour la naissance d’Isaac. Abraham avait déjà cent ans, Sarah avait quatre-vingt-dix ans, et en plus elle était stérile. Pour que la naissance d’Isaac soit possible, il a fallu que la nature soit complètement bouleversée. Et comme Abraham a dit : « Je ne suis pas digne d’un tel bienfait », car c’est un très grand miracle !

Ce fait montre que l’essence du peuple d’Israël est d’être au-delà des limites de la Création !

Le caractère miraculeux du peuple juif se manifeste aussi dans son existence historique, car « dans chaque génération ils se dressent contre nous pour nous anéantir », « une brebis au milieu de soixante-dix loups et elle est préservée ». Du point de vue des lois de la Création, l’existence du peuple juif n’est pas du tout compréhensible. Ainsi, par son existence même, Israël montre qu’il n’est pas dans les limites de la Création, et on ressent clairement que les enfants d’Israël appartiennent au Tout-Puissant, qui est au-delà des limites de la Création et de la nature.

Le récit de la Torah sur la naissance d’Isaac enseigne que non seulement l’existence historique, mais déjà à l’origine, le commencement et la formation du peuple d’Israël est de manière miraculeuse et n’a pas de place dans la nature. C’est ce que le Tout-Puissant dit à Abraham : ne place pas ton espoir en Ismaël, qui est né de toi de manière naturelle. Ce n’est pas ainsi qu’est créé le peuple d’Israël. Mais « ta femme Sara t’enfantera un fils », une femme stérile, et en plus âgée de quatre-vingt-dix ans, alors qu’Abraham a cent ans. C’est ainsi, de la manière la plus merveilleuse, qu’Isaac naîtra, et de lui se lèvera le peuple d’Israël – « et J’établirai Mon alliance avec lui en une alliance éternelle pour sa descendance après lui » !

Qui conclut l’alliance

La circoncision : Isaac a été circoncis à l’âge de huit jours. Cela est souligné dans la Torah dans le commandement de la circoncision, dans le même discours à Abraham où il y a eu la promesse de la naissance d’Isaac (auparavant) : « Et un enfant de huit jours, vous le circoncire » (Lekh Lekha 17,12). De même dans notre section, après qu’il soit rapporté que « l’Éternel a visité Sara » et qu’Isaac est né, il est dit immédiatement « Et Abraham circoncit Isaac son fils, à l’âge de huit jours, comme D.ieu le lui avait ordonné » (Vayéra 21,4). En revanche, Ismaël a été circoncis à l’âge de treize ans, comme il est dit « et Ismaël son fils était âgé de treize ans lorsqu’il fut circoncis dans sa chair » (ibid. 25).

À propos de cette différence, il est rapporté dans le Midrash (dans notre section, sur le verset « Et il arriva après ces événements ») : « Isaac et Ismaël se disputaient l’un contre l’autre. Celui-ci disait : ‘Je suis plus cher que toi car j’ai été circoncis à l’âge de treize ans’, et celui-là disait : ‘Je suis plus cher que toi car j’ai été circoncis à l’âge de huit jours’. Ismaël lui a dit : ‘Je suis plus cher que toi, pourquoi ? Parce que j’avais la possibilité de refuser et je ne l’ai pas fait' » (Béréchit Rabba 55,4).

À première vue, l’argument d’Ismaël semble logique. Celui qui est circoncis alors qu’il est adulte et a accepté la chose de son plein gré est plus cher. Bien au contraire, c’est justement ainsi que l’acte a la signification d' »alliance » entre le circoncis et le Tout-Puissant, lorsqu’il comprend la signification de l’acte et choisit d’entrer dans l’alliance avec D.ieu par la circoncision. En revanche, quand on circoncit un nourrisson de huit jours qui ne comprend rien, quelle signification et quelle supériorité y a-t-il à sa circoncision ? Donc, quel est le sens de l’argument d’Isaac « Je suis plus cher que toi car j’ai été circoncis à l’âge de huit jours » ? Où est la cherté dans cela ?

L’explication est la suivante : Ismaël pensait qu’il était plus cher parce qu’il a été circoncis à l’âge de treize ans, de sorte que l’alliance était de son fait. Il décide de se connecter au Tout-Puissant. C’est pourquoi le fait qu’il le fasse avec conscience et choix a de l’importance. Alors que pour Isaac, c’est une circoncision d’un tout autre type. Dans la circoncision juive, c’est le Tout-Puissant qui conclut l’alliance. C’est une toute autre affaire. Et cela s’exprime justement dans la circoncision d’un nourrisson de huit jours qui ne comprend rien.

Il y a une personne qui décide de se connecter au Tout-Puissant. C’est une personne dotée de bon sens et de bonnes qualités, qui arrive à la conclusion qu’il y a un dirigeant de cet univers et qu’il faut se connecter à Lui et Le servir. Une telle connexion, si forte soit-elle, est limitée, car elle émane de l’homme, de son intellect et de ses sentiments, qui sont tous limités. Alors que concernant la conclusion de l’alliance avec Isaac et sa descendance, le Tout-Puissant a dit à Abraham : « et J’établirai Mon alliance avec lui en une alliance éternelle pour sa descendance après lui », une alliance éternelle, illimitée !

Comment peut-il y avoir une éternité dans l’alliance d’une créature ? Car la créature est limitée par sa nature même et toutes ses actions sont limitées. Son intellect et sa connaissance de D.ieu sont également limités. L’intellect est susceptible de changer. Aujourd’hui il comprend ainsi, et demain il comprendra autrement. Comment peut-il y avoir une « alliance éternelle » ? C’est que ce n’est pas la créature qui conclut l’alliance, mais le Saint-béni-soit-Il. Lorsque le Tout-Puissant conclut une alliance – c’est une alliance éternelle ! Certes, D.ieu a voulu qu’il y ait de notre part une action à ce sujet, l’action de la circoncision, mais cela ne signifie pas que nous concluons une alliance avec Lui, mais plutôt qu’Il conclut une alliance avec nous, et c’est pourquoi c’est une « alliance éternelle ».

Cette idée est suggérée dans les propos de Rachi sur le verset « lorsqu’il fut circoncis dans sa chair » au sujet d’Abraham : « Le Saint-béni-soit-Il a tendu la main et s’est associé à lui, comme il est dit : ‘et Il a conclu avec lui une alliance’ ; il n’est pas dit ‘avec lui’, mais ‘avec lui' » (17,24 et ancien Rachi). Matériellement, cela était dû au fait qu’Abraham « craignait d’être vieux », et le Tout-Puissant l’a aidé, mais spirituellement, la signification est que l’alliance n’est pas une action de l’homme, de la créature, mais c’est le Tout-Puissant qui tend pour ainsi dire Sa main et c’est Lui qui conclut l’alliance.

Et comme mentionné, ce point, que la circoncision juive est une alliance que le Tout-Puissant conclut, est souligné par le fait qu’on la fait spécifiquement sur un enfant de huit jours. Lorsque l’homme est déjà adulte, l’alliance est interprétée comme une action de sa part, provenant d’une compréhension intellectuelle et d’un choix. C’est une alliance de créature et donc une alliance limitée, qui n’a pas de permanence. C’est pourquoi on la fait spécifiquement sur un nourrisson de huit jours, qui ne sait et ne comprend rien, pour montrer qu’il s’agit d’une alliance divine, qui n’a pas besoin de la compréhension de la créature, mais c’est une alliance éternelle que le Tout-Puissant conclut avec l’âme du nourrisson circoncis.

De manière similaire à ce qui a été expliqué ailleurs concernant le commandement de Lekh Lekha, où jusqu’à ce stade, pendant toute la vie d’Abraham, il s’est connecté au Tout-Puissant par sa propre connaissance et compréhension, tandis que son récit dans la Torah commence par le commandement divin « Va pour toi… vers le pays que Je te montrerai » – vers le pays que Moi Je te montre. Là a commencé la relation du côté du Tout-Puissant et non du côté de l’homme. C’est seulement alors qu’il peut y avoir « Je ferai de toi une grande nation », comme disent nos Sages « que Je te crée comme une nouvelle créature », une réalité complètement différente, un Juif lié au Tout-Puissant. Cette idée est encore plus soulignée et évidente en ce qui concerne Isaac, qui est né Juif, et l’essence juive s’exprime par son entrée dans l’alliance avec le Tout-Puissant en tant que nourrisson de huit jours précisément, sans lien avec sa connaissance et sa compréhension ; c’est une alliance du côté du Tout-Puissant.

Un Juif n’est pas une partie de la Création. Les deux différences expliquées ci-dessus expriment ce point : Ismaël est un homme, une partie de la Création. Il y a des créatures à différents niveaux, inanimé, végétal, animal et intelligent. Et parmi les « intelligents » il y a des imbéciles et des sages, des gens aux mauvaises qualités et aux qualités nobles et élevées. Mais même l’homme le plus élevé n’est qu’un homme, une partie de la Création. Cela s’exprime d’abord dans le fait qu’il naît de manière naturelle, comme tout le monde. Il fait partie de la nature de la Création. Même lorsqu’il s’agit de sa relation avec la divinité – c’est une relation de créature, qui se fonde sur la compréhension de l’homme. Même un « Ismaël » qui « vit dans Ta crainte », n’est pas plus qu’un homme. Et cela s’exprime dans le fait que son alliance a eu lieu à l’âge de treize ans. C’est une alliance de par sa propre force de créature, et elle n’est pas une « alliance éternelle » mais limitée.

Et en effet, à la fin « il se disputait avec Isaac au sujet de l’héritage » ! Quelle que soit la connexion d’Ismaël avec le Tout-Puissant pour ainsi dire, étant donné que le fondement de cette relation est la réalité et la compréhension personnelle, dès que cela entra en conflit avec un intérêt matériel mineur, il s’est immédiatement déchargé de toute cette affaire…

Par contre, Isaac est né Juif ! Un Juif n’est pas une partie de la Création, mais le Tout-Puissant Se trouve en lui. Il a une âme qui est « une parcelle divine d’en-haut même » ! Cela n’a pas de lien avec les limites d’une créature, mais cette relation est quelque chose que le Tout-Puissant met en lui. Cela s’exprime dans le fait que sa naissance a été spécifiquement miraculeuse, complètement au-delà des limites de la nature, pour montrer qu’un Juif n’est pas une partie de la nature mais est lié à la divinité au-delà de la limite du monde ! De même, l’alliance d’Isaac avec le Tout-Puissant a eu lieu spécifiquement à l’âge de huit jours, lorsqu’il n’a aucune compréhension et connaissance. Pour montrer que l’alliance n’est pas de son fait, mais c’est le Tout-Puissant qui conclut avec chaque Juif une « alliance éternelle ». Seulement, la volonté du Tout-Puissant est qu’avec les mâles soit accomplie l’action de la circoncision, mais ce n’est pas l’action de l’homme qui fait l’alliance, mais c’est une alliance que le Tout-Puissant fait (comme expliqué dans les livres que c’est l’explication du fait que « une femme est comme une circoncise » (Avodah Zarah 27a). Chez elle, l’action de l’homme n’est pas requise et le Tout-Puissant conclut une « alliance éternelle » avec chaque Juive). Et c’est pourquoi on voit chez tous les Juifs qu’ils sont « des croyants, fils de croyants » par nature, et prêts à sacrifier leur vie pour la sanctification du Nom divin. Cela provient du fait que le Tout-Puissant a conclu avec chaque Juif une « alliance éternelle » ! De plus, c’est « Mon alliance dans votre chair en une alliance éternelle » (Lekh Lekha 17,13). L’alliance pénètre même dans le corps physique du Juif. Car ce n’est pas une question de compréhension ou de sentiment, mais une alliance divine infinie venant de la part du Tout-Puissant, et donc elle n’a aucune limite, et même le corps physique du Juif est relié au Tout-Puissant dans une « alliance éternelle ».

(D’après Likoutei Sichos vol. 1, p. 18 et suivantes; vol. 25, p. 86 et suivantes)