Plus qu’un lieu de culte, c’est le souvenir final d’une communauté autrefois florissante, qui à son apogée, dans les années 1950, comptait environ 15 000 personnes.

La dernière synagogue de Beyrouth a désespérément besoin de plus de 500 000 dollars de financement pour aider à réparer les dommages causés par la récente explosion dans la ville qui a dévasté Beyrouth .

Au milieu du dernier épisode qui a dévasté la ville déchirée par la guerre le 4 août, une grande partie du plafond de la synagogue autrefois spectaculaire s’est effondré dans l’explosion. Tous les cadres des fenêtres et des portes ont été brisés et l’étoile de David s’est également écrasée au sol.

Dans une double tragédie, cela ne faisait que quelques années que la synagogue Maghen Abraham, à un kilomètre du port dévasté, a été restaurée. Après avoir été gravement endommagé pendant la guerre civile et rouvert en 2014 pour un grand accueil, il a été suivi par des dignitaires de la population religieuse diversifiée de la ville. Cependant, il n’a jamais tenu de services depuis.

Plus qu’un lieu de culte, c’est le souvenir final d’une communauté autrefois florissante, qui à son apogée, dans les années 1950, comptait environ 15 000 personnes. Aujourd’hui, les moins de 30 Juifs de la ville prient chez eux, dont beaucoup ont maintenant changé de nom et gardent leur identité religieuse secrète, dans un monde qui n’est plus ce qu’il était autrefois.

L’historien chrétien franco-libanais, auteur de la publication récente, Les Juifs du Liban, Nagi Zeidan, est au cœur de la communauté mourante, à la recherche de son dernier livre, depuis 25 ans. «La communauté a cruellement besoin de soutien pour les réparations», explique-t-il.

La synagogue est un élément central de la communauté depuis des décennies, un point de rencontre pour tous les juifs du Liban depuis son inauguration en août 1926, tant pour la politique que pour la religion. Il a été donné par Moshe Sasson, un juif syrien vivant en Inde à l’époque. Elle était réputée comme la plus belle synagogue du pays, conçue dans un style arabe classique, avec ses grands lustres, ses intérieurs en marbre, ses détails colorés et ses couvertures ornées. «Même les Juifs de Sidon, qui avaient leur propre synagogue, préféraient se marier à Maghen Abraham», dit Zeidan. «C’est un endroit plein de beaux souvenirs qui resteront à jamais dans l’esprit des juifs libanais et des non-juifs.»

Sa préservation est essentielle à l’histoire des Juifs de la ville, dont la présence à Beyrouth remonte à 1800 lorsque la famille Levy s’est installée à Bagdad. À l’échelle nationale, cependant, l’histoire juive remonte à plus de 3000 ans, l’une des plus anciennes communautés juives de la région, remontant à la colonisation de Sidon. «Cette synagogue est le seul bâtiment qui démontre la présence de la plus ancienne communauté juive du Liban parmi les 17 autres communautés religieuses», dit Zeidan.

Il n’y a pas eu de rabbin à la synagogue depuis 1985 et les derniers juifs survivants de la ville prient chez eux. Au cours des années 1950 et 1960, il y avait 18 synagogues à travers le pays, et le Liban était la seule nation arabe après la création de l’État d’Israël, à voir sa population juive croître. Ce n’est qu’après la guerre dévastatrice du Yom Kippour en 1967, qu’ils ont commencé à partir, et rapidement.

Moshe Zaafarani a grandi à Beyrouth, et pour la communauté, la synagogue était le noyau. De la charité à l’éducation, du sport à la musique, c’était le cœur battant de la communauté. Il a quitté la ville à l’âge de 14 ans et dit que même maintenant, elle tient une place au plus profond de son cœur. «Je pense que cela doit être préservé», déclare Zaafarani, directeur des langues au ministère israélien de l’Éducation. «Je sais que certaines personnes se demandent pourquoi, alors que personne ne prie là-bas, mais j’espère vraiment qu’un jour, les Juifs pourront à nouveau y prier. Symbole du passé vibrant de la ville, il a accueilli toutes les grandes cérémonies, la plus grande des nombreuses synagogues de la ville, et avec une paix émergente dans la région depuis les récents accords d’Abraham, il espère qu’il pourrait encore y avoir une place pour la synagogue dans la vie juive de la région.

«C’était très beau et quand tu es entré, c’était spécial», se souvient-il. «Même ceux qui ont fréquenté d’autres synagogues sont venus pour ces grands événements comme les mariages et les funérailles, donc c’était le seul endroit où nous nous sommes tous réunis. Même des personnalités comme le président et le premier ministre, en plus d’autres chefs de religion, visiteraient la synagogue et offriraient leurs respects lors des fêtes saintes.

Désormais, Zaafarani espère que les Juifs, tant au Liban qu’à l’étranger, pourront se rassembler pour soutenir les efforts de restauration. «Si les gens veulent en savoir plus, ils peuvent contacter l’ILAI, la communauté juive libanaise en Israël», dit-il.

Le rabbin Elie Abadie, a quitté Beyrouth à seulement 10 ans. Maintenant basé à New York, il a grandi dans la communauté de la synagogue, le fils de l’un des Beth Din de la communauté, le rabbin Abraham Abadie. Il dirige toujours des conférences pour la petite communauté à distance, comme il l’a été pendant les jours sacrés. «Cela représente l’histoire. Il doit être sauvé », dit-il. «Ne pas sauver cette synagogue reviendrait à effacer plus de 2 000 ans d’histoire des juifs au Liban», mais lui aussi espère qu’un jour, une communauté pourra revenir prier là-bas une fois de plus, à la suite des accords de paix naissants de la région.

L’histoire juive est rapidement anéantie dans le pays. À Sidon, au sud du Liban, une synagogue est actuellement occupée par une famille palestinienne d’origine syrienne, explique l’historien Zeidan, qui a personnellement visité chaque point de repère du pays dans le cadre de ses recherches approfondies. Il y a aussi une synagogue à Bhamdoun, presque détruite, et la même chose dans la ville d’Aley, où la synagogue a été détruite il y a de nombreuses années.

«Il y a toujours une synagogue à Tripoli dans le nord du Liban, occupée par une usine de teinture de tissus», dit Zeidan, tandis que le cimetière juif de Tripoli a été transformé en usine de verre et station-service. Il ne reste plus que deux cimetières juifs, l’un à Beyrouth et l’autre à Sidon. Zeidan dit: «Quatre-vingt dix pour cent des maisons juives de Sidon ont été réquisitionnées et envahies par des Libanais.»

Le rabbin Abadie a déclaré que les responsables de l’explosion devraient payer les dommages causés ce jour tragique. « Pas seulement la synagogue, mais tous les bâtiments endommagés ce jour-là devraient être la responsabilité directe de ceux qui sont derrière l’explosion. »

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :