Alors que le monde juif célébrait la Hilloula de Guimel Tamouz, une opération clandestine était en cours pour sauver une lettre historique écrite de la main du Rabbi qui avait été découverte dans un funérarium du Connecticut.

Le peuple juif vient de marquer en grande pompe le quatre-vingtième anniversaire du 28 Sivan, célébrant l’arrivée miraculeuse du Rabbi et de la Rebbetzin aux États-Unis, il y a quatre-vingts ans.

Alors que l’on se concentrait sur la célébration de Gimmel Tammuz et que plus de cinquante mille personnes visitaient le Ohel du Rabbi le jour de Guimel Tamouz, une opération clandestine était menée par quelques personnes, qui allait révéler un précieux trésor historique.

Le directeur d’une entreprise de pompes funèbres juives du Connecticut reçoit de temps en temps des collections de livres et de documents de Juifs décédés, en vue de leur inhumation ou de leur mise à la gueniza. Ces derniers jours, une boîte à chaussures contenant des documents était destinée à un destin similaire mais, en feuilletant les documents, une lettre spécifique a attiré son attention. Il ne reconnaissait pas l’écriture, mais quelque chose en lui l’a poussé à photographier la lettre et à la télécharger, le jour du Guimel Tamouz, sur un groupe de médias sociaux à la recherche de toute personne ayant des informations supplémentaires sur cette lettre.

En quelques minutes, plusieurs ‘hassidim Loubavitch ont identifié l’écriture du Rabbi et ont contacté le directeur pour lui demander de retirer le message d’Internet et de faire en sorte que des experts en la matière examinent le contenu de la boîte pour une enquête plus approfondie.

Des représentants de la bibliothèque centrale de Agoudat Habad et de la société de publication Kehot se sont rendus au domicile du directeur des pompes funèbres et ont découvert que la lettre faisait partie d’une collection de grande valeur historique, et l’ont gracieusement reçue du directeur des pompes funèbres. Se dépêchant de retourner à Crown Heights, ils ont rapporté la découverte au secrétaire du Rabbi et exécuteur testamentaire, Rav Yehouda Krinsky, qui a eu le mérite par le passé de sauver diverses collections de cette nature pour le Rabbi et la bibliothèque.

Le jeudi 7 Tamouz, les documents uniques ont été apporté à la bibliothèque centrale Chabad de Agoudat Hassidei Habad, et transmis au directeur de la bibliothèque, le Rav Shalom DovBer Levine. Ainsi, la collection a rejoint sa famille – la grande collection de documents et de lettres conservée dans le centre d’archives de la bibliothèque.

Le document le plus précieux de la collection découverte est une lettre écrite par le Rabbi quelques semaines seulement après son arrivée aux États-Unis, en 1941. Il s’agit de la première lettre connue du Rabbi à cette époque.

L’équipe de rédacteurs travaillant sur les Iguerot Kodesh du Rabbi s’est immédiatement mise au travail, analysant et annotant la lettre Juste à temps pour Youd beth Tamouz. Cette lettre du Rabbi, vieille de quatre-vingts ans est publiée par Kehot.

Il est intéressant de noter qu’une autre lettre fascinante, datée du 8 Tammuz 5702 (1942), a également été découverte ces dernières semaines. Cette lettre a été écrite à Reb Asher Segal, qui avait été parmi les réfugiés juifs à Lisbonne, au Portugal, avec le Rabbi et la Rebbetzin – alors qu’ils attendaient de traverser l’océan Atlantique pour se mettre en sécurité.

Cette lettre est arrivée à la bibliothèque grâce aux efforts du Rav Yaakov Yosef Raskin, Chalia’h en Jamaïque, où vivait Reb Asher Segal.

*

Pour en savoir plus sur cette incroyable découverte, nous nous sommes rendus dans le bureau du Rav Haïm Shaul Bruk, directeur de Lahak Hanachos et l’un des éditeurs de la série Igrot, qui a raconté l’effort de sauvetage et expliqué la signification de cette découverte.

Pourquoi êtes-vous tous si enthousiastes cette semaine ?

« Tout d’abord, nous avons découvert une nouvelle lettre du Rabbi qui n’était pas connue auparavant. Deuxièmement, les lettres écrites de la main du Rabbi sont extrêmement rares. Troisièmement, et c’est le plus important, c’est la seule lettre de l’année 5701, l’année où le Rabbi et la Rebbetzin sont arrivés aux États-Unis – il y a exactement quatre-vingts ans (il y a la traduction d’un télégramme envoyé de Nice, mais pas une seule lettre). »

Que contient exactement cette lettre ?

« En général, nous n’avons pas de lettres antérieures au 28 Sivan 5701. Toutes les lettres publiées dans les Iguerot de ces années-là étaient celles conservées dans les Reshimos du Rabbi. Même après l’arrivée du Rabbi en Amérique et sa nomination à la tête des Merkos, Machne et Kehos, il n’existe aucune lettre de cette année-là. Le fait qu’elle nous parvienne aujourd’hui, quatre-vingts ans plus tard, est une incroyable Hachga’ha Pratit.

« De plus, cette lettre contient un récit de première main sur la vie du Rabbi et de la Rebbetzin, et plus particulièrement sur les années difficiles de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été écrite le 19 Tamouz 1941, moins d’un mois après leur arrivée en Amérique.

« Au cours des vingt dernières années, des budgets et des efforts considérables ont été investis pour documenter la vie du Rabbi. Des chercheurs et des historiens experts ont travaillé sans relâche pour rassembler chaque document et chaque morceau de papier qui pouvait faire la lumière sur les débuts de la vie du Rabbi, comme cela a été récemment publié dans le livre « Early Years » de Jem, par le Rav Barou’h Oberlander et le Rav Elkana Shmotkin.

« Cependant, les années du Rabbi sous l’occupation nazie ont été principalement documentées par le bouche-à-oreille de personnes qui ont passé du temps avec le Rabbi et la Rebbetzin ou qui les ont rencontrés dans un endroit ou un autre. La seule fois où nous avons eu l’occasion d’entendre un récit à la première personne a été lors de la publication d’Iguerot Kodesh en 1983, lorsque le Rav Sholom Ber Levin, de la bibliothèque du Rabbi, a eu l’opportunité de rendre visite à la Rebbetzin et d’entendre son récit des événements.

« Mais ici, dans cette lettre, le Rabbi décrit clairement l’ordre de leurs voyages de ville en ville et de pays en pays. Outre son immense valeur historique, c’est une révélation étonnante pour les ‘hassidim qui ont soif de chaque information qu’ils peuvent obtenir sur le Rabbi. »

 

 

Comment expliquez-vous le miracle de la découverte de cette lettre quelques instants avant d’être enterrée à jamais ?

« Barou’h Hachem, j’ai eu le mérite de passer près de quarante ans à trouver et obtenir les Iguerot, Reshimot, Maanot, Sihot et Hanachot du Rabbi pour les mettre sous presse. Je pense que la récompense est dans la Mitsva elle-même – « Se’har Mitsva Mitsva ». Au mérite de la publication de la Torah des Rebbeïm, et de la Torah du Rabbi en particulier, nous avons reçu cette lettre de manière miraculeuse – même vingt-sept ans après Guimel Tamouz.

« La leçon la plus importante que je retiens de cet événement est que tous les écrits et les possessions du Rabbi appartiennent au Rabbi, et leur place est dans la bibliothèque du Rabbi. De même que nous avons réussi à ramener cette lettre, ainsi que de nombreux autres documents et possessions, à leur véritable place dans la bibliothèque du Rabbi au 770, de même, toutes les autres possessions et documents – leur place est dans la bibliothèque du Rabbi et j’espère qu’ils y arriveront tous très bientôt !

« Nous devons mettre fin aux ventes honteuses des biens du Rabbi au plus offrant. Malheureusement, certains de nos propres Anash sont impliqués dans ces ventes ; pour quelques dollars, ils sont prêts à se séparer de précieuses possessions du Rabbi et de la Rebbetzin, ainsi que des Rebbeim. Nous devons dire les choses telles qu’elles sont : C’est un crime, et cela cause une douleur indicible et au Rabbi.

« Nous nous souvenons tous de la façon dont le Rabbi a parlé avec douleur du fait que les biens du Rabbi précédent étaient mis en vente au plus offrant, sans aucun égard pour leur caractère sacré et précieux. Comme l’a dit le Rabbi, il s’agit de la vie même du Rabbi ! Selon la Torah, a expliqué le Rabbi, il est interdit de vendre un esclave juif sur un marché d’esclaves ordinaire en raison de la honte qu’il subirait ; vendre les biens du Rabbi précédent aux enchères  constituait une humiliation similaire. Le Rabbi a dit ces mots : « Vous devez savoir que vous jouez avec une bombe explosive ! ».

« J’espère vraiment que ces ventes cesseront et que les sites internet et les institutions de Habad ne coopéreront pas du tout avec elles. »

Dites-nous en plus sur la lettre ?

Le Rabbi a écrit cette lettre récemment découverte au Rav Shimon Aryeh Leib Greenberg, originaire de Varsovie, qui avait été étudiant à Tomchei Temimim à Loubavitch et ensuite à Schedrin. Il était un baal menagen et un ‘Hazan bien connu. En 5692 (1932), il a été envoyé par le Rabbi précédent à Paris où il a occupé plusieurs fonctions : Shadar, Sho’het, Sofer et Mashpia. En 5699 (1939), il a immigré, seul, aux Etats-Unis et s’est installé à Hartford, Connecticut, en 5707 (1947), où il a servi la communauté juive jusqu’à son décès le 1er Adar II 5719 (1959). Il est enterré près du Ohel.

La lettre a été découverte par M. Levi Yonasan Holtz, directeur de la Hevra Kadisha de Hartford, dont le père, Haïm Leib Holtz, était le directeur avant lui. Après avoir découvert la lettre, il a reçu la visite du Rav Avraham Berkowitz et du Yirmi Berkowitz, qui représentaient la bibliothèque de Agoudat Hassidei Habad et Kehot, qui lui ont expliqué la signification de la lettre et le grand mérite qu’il aurait à rendre un bien du Rabbi à la bibliothèque de Agoudat Habad, comme le souhaitait le Rabbi.

Au début, il a douté que ce soit la meilleure façon d’agir. Au cours de sa réflexion, il a sorti le livre de la Hevra Kadisha qui donne la liste de tous les membres de la communauté décédés avec leurs dates de décès et leurs lieux de sépulture. Soudain, un livret est tombé d’entre les pages : un livret publié il y a une dizaine d’années en l’honneur de Guimel Tammuz, avec la photo du Rabbi sur la couverture.

Tout le monde dans la pièce a été surpris. Le message était clair. De plus : La brochure contenait un article sur deux Ha’hourim qui s’étaient rendus en Alaska dans le cadre du Merkaz Chlihout et qui avaient incité une jeune fille de cet endroit lointain du monde à allumer les bougies de Chabbat. En lisant l’histoire, il découvrit le nom de l’un des Ba’hourim : ce n’était autre que Rav Avraham Berkowitz lui-même.

M. Holtz était abasourdi. Bien que cela ait pris plusieurs minutes supplémentaires, il était clair qu’il était déjà d’accord.

Télécharger les Kuntres ici.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars