La pression dans les communautés juives d’Ukraine est malheureusement bien réelle. En ces temps difficiles, le rôle des émissaires Habad est avant tout d’encourager, de renforcer et de soulager la pression et les préoccupations des communautés juives.

La Russie a amassé des troupes à la frontière ukrainienne depuis novembre, ce qui fait craindre à beaucoup que le pays ne se dirige vers une version plus sanglante de ce qui s’est passé lorsque Moscou a envahi en 2014 et s’est emparé de la Crimée.

Comme les États-Unis, Israël exhorte ses citoyens qui se trouvent en Ukraine – il y en a jusqu’à 15 000 – à quitter le pays. Mardi, la compagnie aérienne israélienne Arkia doit envoyer l’un de ses avions de passagers sur un vol d’urgence vers Kharkiv, une ville de l’est de l’Ukraine. Il partira vide et reviendra avec tout Israélien intéressé à revenir.

Pendant ce temps, l’Agence juive aurait élaboré des plans d’urgence pour évacuer les Juifs qui souhaitent partir au cas où les tensions éclateraient en une véritable guerre. L’Ukraine compte environ 43 300 personnes qui s’identifient comme juives et environ 200 000 qui sont éligibles pour immigrer en Israël en vertu de sa loi sur le retour des juifs et de leurs proches, selon une étude démographique de 2020 sur la communauté juive européenne.

Bien que l’ambassade d’Israël (ainsi que d’autres pays occidentaux) encouragent activement tous ses citoyens à quitter immédiatement l’Ukraine par tous les moyens nécessaires, les Chlou’him Habad restent pour aider ceux qui ne peuvent pas quitter l’Ukraine.

Les Chlou’him organisent depuis plusieurs mois différentes actions en cas scénarios graves, D.ieu nous en préserve, sans les publier, afin de ne pas provoquer de pression et de peur parmi les Juifs.

Jusqu’à présent, les Chlou’him Habad ont acheté de manière préventive 1000 sacs de couchage, pour être mieux préparés au cas où des réfugiés juifs des régions de Kharkiv, Kiev et Dniepr finiraient par chercher refuge à Odessa, 30 tonnes de farine, 20 tonnes de sucre, 30 tonnes de macaronis, 25 tonnes de riz et près de 40 tonnes de sarrasin.

Ces achats dont le coût s’élève à plus de 300 000 dollars (principalement des prêts de banques locales), permettront de nourrir les centaines d’enfants qui grandissent dans des orphelinats, les centaines d’étudiants de toute l’Ukraine qui vivent avec nous et les centaines de survivants de l’Holocauste qui vivent dans les maisons de retraite de la communauté juive.

Dans les prochains jours, les agences de sécurité israéliennes enverront du personnel pour compléter les services de sécurité locaux qui travaillent déjà avec les Chlou’him, c’est un besoin vital tout au long de l’année mais beaucoup plus critique dans ces moments-là. Les coûts associés sont extrêmement élevés.

Bien que la communauté travaille sans relâche pour se préparer à toutes les éventualités, les Chlou’him encore beaucoup à faire.

Il manque toujours de matériel médical, d’équipements de protection, de produits de première nécessité et d’une très grande quantité de denrées périssables et non périssables pour les milliers de Juifs qui ne peuvent pas quitter le pays et n’ont nulle part où aller.

 


Merci de soutenir nos efforts pour la diffusion du judaïsme.
Soyez partenaire, en cliquant ici

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :