à l’ombre de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, des milliers de Juifs fuient vers le village de réfugiés créé par Habad, nommé d’après la ville de «Un violon sur le toit»

La communauté juive de Kiev a passé le premier Chabbat sous les bombardements de la Russie.

Des milliers d’entre eux se sont barricadés ces derniers jours dans le village de réfugiés dirigé par Habad d’Anatevka, près de Kiev, où ils ont passé le Chabbat au son des bombardements continues.

Fondée par le Rav Moshe Reuven Azman, la communauté juive d’Anatevka répond non seulement aux besoins matériels des juifs d’Ukraine, dont la vie a été impitoyablement détruite, mais aussi pour aider à guérir leurs traumatismes et leurs âmes en les organisant en une communauté, en enseignant les valeurs juives et en autonomisant à se soutenir les uns les autres et à montrer à leurs compatriotes juifs des actes de bonté et de Tsedakkah.

En mai 2015, il n’y avait rien d’autre qu’un lopin de terre boueux et le désir sincère du Rav Azman d’aider. La découverte surprenante du Ohel (lieu de sépulture) de Rabbi Mordekhai Tversky de la célèbre dynastie hassidique de Tchernobyl a transmis les bénédictions du Tout-Puissant lui-même.

Il y a maintenant des milliers de juifs, hommes, femmes et enfants dans le village qui sont venus de Kiev et des environs à la lumière de la déclaration du Rav  Moshe Azman selon laquelle chaque juif est le bienvenu à Anatevka, où ils recevront un logement complet, de la nourriture et d’autres nécessités selon les besoins.

Le Rav Shmuel Azman, fils du grand rabbin Azman, déclare : « Nous sommes maintenant à Anatevka. C’est un village de réfugiés habité par des milliers de Juifs qui ont fui Kiev et ses environs. Il y a des Juifs âgés, des hommes et des femmes et de nombreux enfants.

« Nous sommes proches de Kiev, mais ici les Juifs sont plus protégés. Nous donnons un logement à tous ceux qui viennent, de la nourriture, des boissons et d’autres nécessités. De plus en plus de Juifs viennent tout le temps », note-t-il.

« Ce Chabbat n’a pas été facile du tout. Pour le moment, nous n’avons pas le droit d’allumer les lumières et la route vers le bunker n’est pas éclairée [en raison du couvre-feu imposé à Kiev]. Tout ici est sombre car il y a beaucoup de alerte qu’il va y avoir beaucoup d’explosions pendant la nuit. Vendredi soir, il y a eu beaucoup d’explosions. Nous avons mis du ruban adhésif sur toutes les fenêtres pour qu’elles ne se brisent pas à cause des explosions », a déclaré le Rav Azman.

« Pendant Chabbat, beaucoup de gens sont venus ici. Il y a beaucoup de panique. Deux fois ils ont essayé de sortir d’ici pour se diriger vers la frontière, certains sont revenus – certains, Dieu merci, sont sortis, la situation n’est vraiment pas simple du tout. De nombreux Juifs arrivent ici toutes les heures. La situation ici s’aggrave. Nous avons besoin de plus de nourriture et de pain pour nourrir ces milliers de Juifs. »

 

%d blogueurs aiment cette page :