Avec des explosions dans plusieurs régions de l’Ukraine, y compris dans les principaux centres de population, il ne fait aucun doute qu’une guerre potentiellement dévastatrice est en cours, malgré les appels des membres du Conseil de sécurité de l’ONU, alors même que la Russie lançait son « opération militaire spéciale », comme son représentant permanent à l’ONU a appelé l’incursion.

Le Chalia’h Habad à Kharkov, à la frontière est de l’Ukraine, Rav Moshé Moskowitz, a fait référence dans une interview à Ynet aux attaques de la Russie en Ukraine et a déclaré :
« à 5 heures du matin, nous avons entendu des missiles et des explosions et nous nous sommes levés et avons tout de suite emballé nos affaires. Nous ne croyions pas que quelque chose d’étranger pouvait arriver, mais nous sommes des gens de foi et nous sommes responsables. »

Concernant la communauté juive, il a dit : « Il y a 20 000 Juifs ici qui nous appellent maintenant ». Nous nous préparons dans la synagogue à fermer les fenêtres avec des sacs de sable. Les gens n’ont nulle part où aller. Nous organisons une option de venir à la synagogue pour nous défendre.  »

Des roquettes russes ont frappé Kharkov, la deuxième plus grande ville d’Ukraine, située près de sa frontière orientale avec la Russie. La Russie a affirmé qu’elle ne visait que les infrastructures militaires, mais des images de Kharkiv montrent ce qui semble être la queue d’une roquette tirée d’un lance-roquettes multiple lourd Smerch, rapporte The Guardian, qui est tombée dans le centre-ville, près d’une église. Cette fusée en particulier n’a pas explosé.

Les Juifs d’Ouman ne partent pas

Malgré la menace de frappes russes à l’intérieur de l’Ukraine, les Juifs d’Ouman ne prévoient pas de partir.

L’école de garçons locale, sous les auspices du rabbin d’Ouman, le Rav Yaakov Jann, organise des cours réguliers ; pendant ce temps, des prières constantes sont offertes sur la tombe du rabbin Nachman de Breslev, située à Ouman.

Il y a déjà une semaine et demie, le Rav Jann a appelé les Juifs locaux à quitter l’Ukraine s’ils en étaient capables.

« Répondre à cette question de toutes les questions à l’heure actuelle – celle de savoir s’il faut partir ou rester – n’est pas simple », écrivait alors le Rav Jann. « Ce qui est clair, cependant, c’est que nous ne devons ni paniquer ni rester complaisants.

« Après avoir consulté des dirigeants de la Torah et des experts de la situation », a poursuivi le Rav Jann, « je recommande à tous les touristes de quitter l’Ukraine d’ici mercredi [il y a plus d’une semaine]. Ceux qui vivent ici avec leurs familles devraient également partir s’ils le peuvent. le faire en toute simplicité, jusqu’à ce que la crise passe. »

Le Rav Jann a conclu sa lettre avec l’assurance que personne ne serait laissé sans l’assistance nécessaire. Une semaine plus tard, la plupart des Juifs d’Ouman ont choisi de rester.

 

 

 


Il n’y a pas d’abris – les Ukrainiens se cachent dans le métro de Kiev 


L’espace aérien est fermé : tous les vols en provenance de Kiev ont été annulés – environ 8 000 Israéliens sont restés en Ukraine

 

 

 

 


Plus aucun vol dans le ciel ukrainien

Fuite massive de civils à Kiev

 

 

 




A LIRE…

Le Parisien : Bobigny : un piéton (Jérémie Cohen) décède après avoir été heurté par un tramway


 

%d blogueurs aiment cette page :