C’est ce qu’a déclaré le secrétaire d’État américain lors d’une réunion avec Netanyahu à Jérusalem. Le responsable américain a ainsi entamé une tournée de cinq jours au Moyen-Orient pour promouvoir la normalisation des relations entre certains pays arabes et Israël. “Les Etats-Unis garantiront notre avantage qualitatif”, a déclaré le Premier ministre.

Ynet

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a rencontré aujourd’hui le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem lors d’une visite de cinq jours au Moyen-Orient. Pompeo a précisé que les États-Unis avaient l’intention de vendre des armes aux Émirats arabes unis. “Nous entretenons des relations militaires avec les Émirats arabes unis et nous leur avons fourni des armes. Nous continuerons d’évaluer ce processus pour leur fournir les armes nécessaires pour protéger leur peuple contre la menace iranienne. Nous le ferons d’une manière qui respecte notre engagement de préserver l’avantage qualitatif de Israël”.

Netanyahu a soutenu que l’accord avec les Émirats arabes unis n’incluait pas le consentement d’Israël à un accord sur les armes et qu’il n’était pas au courant de cet accord. “Notre position n’a pas changé”, a déclaré le Premier ministre à l’issue de la réunion. Il a ajouté: «J’ai entendu de Pompeo un engagement fort que les États-Unis garantiront l’avantage qualitatif d’Israël. Cela a été prouvé pendant quatre décennies avec l’Égypte et deux décennies avec la Jordanie. Washington a respecté cet engagement et je suis convaincu qu’il le fera avec celui-ci. ”

Sur la question des sanctions contre l’Iran, Netanyahu a déclaré: “Voir que le Conseil de sécurité non seulement n’adhère pas à la clause Snapback pour abroger les sanctions, mais se tient également prêt, est un scandale. Cela signifie que ce régime obtiendra des chars, des avions et des armes pour continuer sa campagne d’agression dans la région et dans le monde. ” Il a ajouté: «Aujourd’hui, les pays du golfe Persique peuvent être entendus parler aussi fermement que moi. Je suggère à nos amis européens que lorsque les Arabes et les Israéliens s’entendent sur quelque chose, ils y prêtent attention. ”

Netanyahu a ajouté à propos de l’accord de normalisation avec les Émirats arabes unis: “C’est le début d’une nouvelle ère dans laquelle plus de pays vont se joindre. Cela apporte un changement au Moyen-Orient pour la première fois en un quart de siècle”, ajoutant, pour un autre partie, qui, avec les États-Unis, évalue la possibilité de combiner les efforts pour trouver un vaccin contre le coronavirus.

Mike Pompeo a entamé lundi une tournée de cinq jours au Moyen-Orient en Israël, au cours de laquelle il tentera de convaincre d’autres pays arabes de normaliser leurs relations avec l’État hébreu, suite à l’accord avec les Émirats arabes unis.

Pompeo a marché sur le sol israélien, le visage couvert d’un masque aux couleurs du drapeau de son pays, et a commencé peu de temps après sa rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

La tournée a lieu dix jours après l’annonce surprise de l’accord de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis.

Le chef de la diplomatie américaine rencontrera également son homologue Gabi Ashkénazi et le ministre de la Défense Benny Gantz. Après l’accord entre les Émirats et Israël, les spéculations se sont multipliées sur la question de savoir si d’autres pays arabes pourraient emboîter le pas, comme Bahreïn, Oman ou même le Soudan.

Après Israël, Pompeo se rendra à Khartoum pour discuter de la «transition» au Soudan, qui a mis fin l’année dernière à trois décennies de règne d’Omar el Beshir. Le secrétaire d’État se rendra ensuite à Bahreïn et aux Émirats, a déclaré son porte-parole.
“Il existe de nombreux pays qui offrent des possibilités (pour la paix). Je ne veux citer personne en particulier … mais nous nous attendons à des progrès très, très rapides dans les semaines ou les mois à venir”, a déclaré l’ambassadeur d’Israël à Washington, Ron Demer, à la chaîne Al Arabiya.

Suite à leur accord, Israël et les Emirats espèrent multiplier les échanges, notamment le pétrole de ces derniers en échange de produits technologiques israéliens, et renforcer leurs secteurs touristiques respectifs avec des vols directs entre Tel Aviv et Dubaï et Abu Dhabi.

Netanyahu a déclaré qu’il souhaitait que ces vols traversent l’espace aérien saoudien, bien que Riyad ait exclu tout accord avec Israël avant que le conflit entre Palestiniens et Israéliens ne soit résolu.

Le plan de Donald Trump pour le Moyen-Orient, annoncé en janvier, prévoit une coopération entre Israël et les pays arabes hostiles à l’Iran, l’ennemi juré d’Israël, ainsi que l’annexion de zones de Cisjordanie par les Israéliens.

Les Emirats assure que l’accord avec l’Etat hébreu suppose “de mettre fin à toute annexion supplémentaire” de zones de Cisjordanie, bien que Netanyahu ait déclaré que l’annexion avait simplement été “reportée”.

Suite à l’annonce de l’accord le 13 août, les dirigeants palestiniens ont dénoncé “un coup de couteau dans le dos” . Du Fatah laïc de Mahmoud Abbas aux islamistes du Hamas au pouvoir à Gaza, ils tentent de mobiliser des puissances régionales comme la Turquie et l’Arabie saoudite, voire l’Iran et le Qatar, pour entraver la normalisation.

Au pouvoir à Gaza, un territoire palestinien de deux millions d’habitants, le Hamas a appelé lundi à “rompre le silence” et à faire pression sur Israël pour “mettre fin” au blocus imposé à cette enclave. La “normalisation” avec Israël contribue au “maintien des crimes et des violations” contre les Palestiniens, a déclaré le mouvement islamiste dans un communiqué.

La normalisation “permettra de changer la trajectoire de la région, d’un passé d’hostilités et de conflits à un passé d’espoir, de paix et de prospérité”, a déclaré Yousef Al Otaiba, l’ambassadeur des Emirats à Washington, dans une lettre publiée vendredi à la première page du journal israélien Yediot Ahronot, le plus lu du pays. Sans remettre en cause l’accord, il a néanmoins averti que des «difficultés» pourraient survenir.

Une question sensible est la vente éventuelle d’avions de combat américains aux Émirats arabes unis. Dans le cadre de cette discussion, Pompeo a déclaré: “Nous continuerons à examiner ce processus pour leur fournir les armes nécessaires pour protéger leur peuple de la menace iranienne. Nous le ferons d’une manière qui respecte notre engagement à préserver l’avantage qualitatif d’Israël.”

Les Emirats possèdent environ 60 avions militaires Mirage 2000, mais, selon le New York Times, l’administration Trump a «accéléré» son offensive pour lui vendre des F-35 de nouvelle génération après le rapprochement avec Israël.

Historiquement, les dirigeants israéliens se sont opposés à la vente de ces avions de combat à d’autres pays du Moyen-Orient, dont la Jordanie et l’Égypte avec lesquels ils ont normalisé leurs relations, car ils veulent préserver leur supériorité militaire et technologique dans la région. Netanyahu a soutenu que l’accord avec les Emirats ne comprenait pas de clause sur les F-35.

 

 

WhatsApp Rédaction de Hassidout.org