Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a atterri en Israël mercredi matin, avant les pourparlers sur la sécurité régionale ainsi que la propagation du coronavirus. La délégation américaine n’a pas mentionné si Pompeo prévoyait de discuter des plans de l’État juif d’annexer des parties de la Cisjordanie.

Ynetnews

Pompeo a atterri à Tel Aviv tôt le matin et s’est rendu directement à Jérusalem, recevant une exemption de la quarantaine obligatoire d’Israël pour les arrivées en raison de l’épidémie de coronavirus.

Sa visite est la première effectuée en Israël par un responsable étranger depuis janvier, avant que le pays ne ferme ses frontières pour stopper la propagation de la pandémie.

« Heureux d’être en Israël pour coordonner avec @IsraeliPM @Netanyahu et @Gantzbe sur la lutte contre deux menaces critiques: COVID-19 et l’Iran », a déclaré Pompeo dans un tweet à son arrivée. «Israël et les États-Unis relèveront ces défis côte à côte.»

Pompeo a prévu de rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le nouveau ministre de la Défense et le leader Ka’hol Lavan, Benny Gantz, un jour avant qu’un gouvernement d’unité convenu entre les deux hommes ne soit assermenté.

Netanyahu et son nouveau partenaire de coalition, le chef du parti Ka’hol Lavan Benny Gantz, ont reporté l’assermentation de leur gouvernement jusqu’à jeudi pour accueillir Mike Pompeo.

Netanyahu et Gantz se sont affrontés lors de trois élections non concluantes en moins d’un an avant de convenir d’une administration de trois ans pour le partage du pouvoir. Netanyahu, ailier droit au pouvoir depuis 2009, exercera les fonctions de Premier ministre pendant 18 mois avec Gantz, ancien chef de l’armée, comme son suppléant, après que ce dernier a démissionné mardi de ses fonctions de président du Parlement en vue de son nouveau poste. Les deux échangeront leurs rôles à mi-chemin de l’accord.

Leur accord de coalition indique que le gouvernement israélien peut, à partir du 1er juillet, envisager de mettre en œuvre les annexions en Cisjordanie détaillées dans le plan de paix du président Donald Trump pour le Moyen-Orient.

Dévoilé en janvier, le plan controversé donne le feu vert de Washington à Israël pour annexer les villages juifs et d’autres territoires stratégiques de Cisjordanie.

Les Palestiniens ont rejeté le plan de Trump et ont coupé les liens avec l’administration Trump en 2017 sur sa position pro-israélienne. Leur négociateur en chef, Saeb Erekat, a déclaré que l’équipe de Pompeo n’avait pas communiqué avant la visite. « L’administration Trump collabore avec Israël dans son plan d’annexion dans ce qui est à la fois une tentative d’enterrer les droits du peuple palestinien ainsi qu’une attaque flagrante contre un système international fondé sur des règles », a-t-il déclaré.

Israël contrôle la Cisjordanie depuis sa prise lors de la guerre des Six Jours de 1967. Près de trois millions de Palestiniens y vivent aux côtés de plus de 400 000 Israéliens résidant dans des villages considérés comme illégals par le droit international. Pour les Palestiniens et une grande partie de la communauté internationale, les annexions israéliennes laisseraient tout espoir d’une solution à deux États au conflit.

Dans une interview avant sa visite au journal Israel Hayom, Pompeo aurait déclaré que si et comment procéder à l’annexion était « une décision qu’Israël prendra ».
« Je veux comprendre ce que le nouveau gouvernement en pense », aurait déclaré Pompeo, notant que l’initiative de Trump avait été dévoilée plusieurs mois avant l’accord Netanyahu-Gantz.

Le plan américain reconnaît Jérusalem comme la capitale indivise d’Israël, défiant les aspirations palestiniennes à ce que la partie orientale de la ville devienne leur future capitale.

Pompeo a déclaré qu’il discuterait également des prétendues ambitions iraniennes en matière d’armes nucléaires avec les dirigeants israéliens.

L’ancien ambassadeur du président américain Barack Obama en Israël, Daniel Shapiro, a déclaré qu’il pensait que Pompeo était « hypocrite » en affirmant que les décisions d’annexion seraient laissées à Israël. « Je pense que l’administration Trump souhaite vivement que cette annexion ait lieu », a déclaré Shapiro, chercheur invité à l’Institut d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv. « Il est probablement moins préoccupé par les frontières spécifiques, mais il veut avoir une réalisation dans l’annexion israélienne qu’il puisse vanter aux partisans évangéliques du président Trump (et) aux partisans juifs de droite pour les dynamiser », avant les élections américaines. en novembre, a déclaré Shapiro.

Netanyahu pourrait être tenté d’agir rapidement pour aider Trump dans ce vote et pour s’assurer que l’annexion est un fait accompli avant un éventuel changement défavorable à la tête de la Maison Blanche, a noté Shapiro. Mais cela créerait des risques importants au niveau international et pourrait provoquer une profonde division au sein de la coalition de Netanyahu, a ajouté l’ancien ambassadeur. La précédente coalition de Netanyahu avait des extrémistes de droite pro-annexion à des postes clés, notamment le ministre de la Défense sortant, Naftali Bennett.

Gantz a salué le plan Trump mais a mis en garde contre les mesures qui menacent la stabilité régionale. Des experts ont déclaré que la Jordanie pourrait se retirer de son accord de paix historique de 1994 avec l’État juif si Israël annexait la vallée du Jourdain, une région frontalière stratégiquement cruciale qui représente environ 30% de la Cisjordanie.

Shapiro a noté qu’avant d’aller de l’avant, Israël devra soupeser les « conséquences diplomatiques » régionales ainsi que la présomption du candidat démocrate présidentiel Joe Biden selon lequel les annexions unilatérales sont « imprudentes ».

Pour rappeler les tensions toujours présentes en Cisjordanie, un soldat israélien a été tué mardi dans un village près de Jénine par un gros rocher lancé par un Palestinien. Tsahal a capturé des suspects dans la région, a indiqué l’armée israélienne.

%d blogueurs aiment cette page :