Un haut responsable émirati a noté que la demande d’achat d’avions de combat est antérieure à l’accord Abu Dhabi-Jérusalem. Les remarques interviennent un jour après que Trump a affirmé que la vente de l’avion était en cours d’examen, malgré le refus israélien.

Ynet

Le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Anwar Gargash a noté que “l’accord entre Israël et les Emirats devrait ouvrir la voie à l’achat d’avions de combat américains F-35”. Ces propos interviennent quelques heures après que le président des États-Unis, Donald Trump, ait confirmé qu’il envisageait de vendre les avions de combat à l’État du Golfe .

L’accord de normalisation des relations avec Israël devrait lever “tout obstacle” à la vente de l’avion, a déclaré le ministre émirati, ajoutant que les demandes de son pays d’acheter les avions sont antérieures au nouvel accord.

“Nous y avons déposé une demande légitime. L’idée d’un état de belligérance ou de guerre contre Israël n’existe plus”, a souligné Gargash dans une interview au think tank américain Atlantic Council.

 


Le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Anwar Gargash

 

«Ils ont l’argent et ils aimeraient acheter quelques F-35. C’est le plus gros avion de combat au monde », a déclaré Trump hier lors d’une conférence de presse. “Il est en cours de révision, mais ils ont fait une percée dans la paix au Moyen-Orient.”

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a nié avec véhémence que l’accord naissant entre Jérusalem et Abu Dhabi comprenait une clause secrète pour faciliter la vente des avions aux Émirats arabes unis.

Ynet a révélé mardi l’existence d’une clause secrète dans l’accord récemment conclu entre Israël et les Émirats arabes unis pour établir des relations diplomatiques, qui permet aux États-Unis de fournir aux Emiratis des F-35 et des drones avancés. Grâce à son compte Twitter, Netanyahu a qualifié ces informations de «fausses nouvelles».

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :