Lors d’un Farbrenguen, le Rav Nahum Erntroy a raconté une histoire émouvante qui lui est arrivée vendredi dernier : « Je suis arrivé au Ohel vendredi après-midi », raconte le Rav Erntroy, « et je me suis assis pour écrire un « Pan » (une requête) au Rabbi. Alors que j’écrivais le « Pan », un Juif russe est entré dans la tente et a demandé de l’aide et des conseils pour écrire au Rabbi.

Je me suis approché de lui et j’ai commencé à lui parler en russe. Il m’a raconté qu’il avait beaucoup entendu parler du Rabbi et qu’il était en train de se rapprocher de la Torah et des Mitsvot. C’était la première fois de sa vie qu’il venait voir le Rabbi. Ensuite, il a demandé comment on écrivait au Rabbi.

Je lui ai dit que le Rabbi avait une fois écrit à un Juif : « J’ai lu ta lettre, et aussi ce qu’il y avait entre les lignes », c’est-à-dire que le Rabbi comprend ce qu’il a sur le cœur même s’il lui est difficile d’exprimer par écrit tout ce dont il a besoin.

Le Juif s’est assis, a contemplé longuement la photo du Rabbi et a commencé à écrire son « Pan ». J’ai continué à écrire mon propre « Pan ».

En plus du « Pan », j’avais apporté avec moi une lettre que j’avais récemment reçue de la municipalité. Il y a quelques mois, la municipalité m’avait proposé de prendre en charge la synagogue juive, en échange du paiement des anciennes dettes accumulées par la synagogue au fil des années. J’ai accepté, même s’il s’agissait d’une grosse somme d’argent, mais depuis, plusieurs mois se sont écoulés et je n’ai toujours pas réussi à réunir la somme manquante. Je venais de recevoir une lettre de la municipalité m’informant que si je ne payais pas la dette rapidement, le bâtiment me serait retiré et vendu aux enchères publiques.

Quand j’ai fini d’écrire et que je suis venu entrer dans l’Ohel, il était tard et Chabbat approchait. Je me suis tourné vers le Juif russe qui était assis et écrivait avec beaucoup de sérieux, et je lui ai dit qu’il ferait mieux de se dépêcher de rentrer chez lui, car Chabbat approchait.

À ma grande surprise, le Juif russe m’a demandé : « Qu’est-ce que cette feuille que tu tiens dans ta main ? » C’était la feuille du « dernier avertissement » que j’avais reçue de la municipalité, que j’avais l’intention de remettre au Rabbi pour demander une bénédiction afin de réussir à réunir l’argent.

« Ce n’est rien », ai-je répondu au Juif. « Qu’est-ce que c’est ? », a insisté le Juif pour savoir.

Je lui ai raconté toute l’histoire, et alors, à ma grande surprise, il m’a demandé quel était le montant qui me manquait. Au début, j’ai évité de répondre, mais il a insisté pour que je réponde et j’ai mentionné la somme. J’ai été très étonné de l’entendre me dire : « Je prends en charge le paiement, tu n’as plus besoin de remettre au Rabbi l’avertissement de la municipalité… »

Émissaires, cette histoire nous montre à quel point le Rabbi prend soin de nous et nous donne des forces. Notre rôle est de nous dévouer et d’accomplir la tâche qui nous incombe, et le Rabbi trouvera déjà le moyen de nous répondre et de nous donner sa bénédiction. Le’haim !

 


Screenshot

Rabbi Nahum Chaim Erntroy est un émissaire du Rabbi de Loubavitch en Ukraine. Il est né en 1977 à Kfar Habad en Israël.

  • En 2001, lui et son épouse ont été envoyés comme émissaires par le Rabbi à Zaporijia en Ukraine. Ils y ont fondé une communauté juive florissante avec de nombreuses institutions.
  • Sous sa direction, un grand centre communautaire juif a été construit à Zaporijia, abritant une synagogue, une école, un jardin d’enfants, un Mikvé, etc.
  • Il a supervisé la rénovation de la synagogue historique de Zaporijia qui avait été confisquée à l’époque soviétique. Après une longue bataille juridique, la synagogue a été restituée à la communauté juive en 2005.
  • Il a ouvert la première école juive de la ville ainsi qu’un jardin d’enfants. Des centaines d’enfants y reçoivent une éducation juive.
  • Pendant 20 ans, il a développé un vaste réseau d’institutions et d’activités au service de la communauté juive de Zaporijia et des environs.
  • En 2022, suite à l’invasion russe de l’Ukraine, il a supervisé l’évacuation de centaines de membres de la communauté vers l’Europe occidentale et Israël. Malgré la guerre, il continue à diriger la communauté à distance.