Le roi Hamad bin Isa Al Khalifa est allé en mission dans les communautés juives du Royaume-Uni et des États-Unis en 2008, pour les inviter à revenir, offrant des incitations financières à ce qu’il disait être leur foyer.

DUBAI – La communauté de moins de 50 Juifs de Bahreïn en déclin s’est vu offrir une nouvelle vie à la suite de la signature des accords historiques d’Abraham de ce mois-ci, beaucoup en Israël étant impatients de renouer avec leur patrie.

La plupart ont perdu leur passeport lors de leur alyah, donc les chiffres actuels ne sont pas clairs. L’Agence juive n’a que deux enregistrements officiels, mais les chiffres sont certainement bien plus élevés que cela. Munir Akirav, 35 ans, est l’un des rares Juifs d’origine bahreïnite vivant en Israël, né à Givatayim. Sa mère et sa famille ont quitté Bahreïn en 1970.

«Mon lien personnel avec Bahreïn est basé sur des histoires, des photos, des vidéos de la famille de ma mère», dit-il. «Le lien est celui de la nostalgie et du désir d’une époque dont vous n’avez jamais été séparés. Donc, pour moi, c’est un sentiment très, très fort », explique le comptable et analyste crédit. Lorsqu’il a entendu la nouvelle des Accords d’Abraham, surmontant des décennies d’annexion politique d’Israël, il a dit qu’il «a sauté de joie».

Ce sentiment de nostalgie s’est manifesté de nombreuses manières au fil des ans, notamment en ressentant de la tristesse à l’idée que ses amis puissent retourner sur les terres de leurs ancêtres, se reconnecter et en apprendre davantage sur leurs origines, comme la Pologne et l’Allemagne, mais il n’a pas pu. Avant l’accord, son retour «à la maison» n’était jamais une option, mais maintenant, tout a changé. Il a maintenant un drapeau bahreïnite brandissant fièrement devant la maison de sa famille et aspire au jour où il se promènera dans les rues de Manama.

Et les Juifs bahreïnis sont les bienvenus. Le roi Hamad bin Isa Al Khalifa est allé en mission dans les communautés juives du Royaume-Uni et des États-Unis en 2008, pour les inviter à revenir, offrant des incitations financières à ce qu’il disait être leur maison. Il a toujours maintenu un dialogue ouvert avec les chefs religieux du monde entier et a ouvertement soutenu la communauté juive du pays.

Avec une communauté en déclin à Bahreïn, les pensées d’Akirav se tournent maintenant vers les possibilités d’aider à la reconstruction. L’économie bahreïnite est forte et la qualité de vie est élevée. Il dit que si la communauté est la bienvenue à nouveau et qu’il peut conserver sa citoyenneté israélienne, ce serait un rêve très réel pour lui.

«Les racines de mes parents, Bahreïn et l’Irak, vivent ici dans mon cœur», dit-il. «C’est très profond. Avoir une expression concrète, ressentir et sentir l’atmosphère là-bas, c’est vraiment irréel. Ce sera un endroit très différent de celui du départ de sa mère; Manama est maintenant une ville moderne parsemée de gratte-ciel, et la maison de ses grands-parents est maintenant un KFC.

Les JUIFS font depuis longtemps partie de la société bahreïnite, avec un siège du parlement réservé à un membre de la communauté juive, beaucoup occupant des postes très influents tels que Houda Nonoo, ancien ambassadeur de Bahreïn aux États-Unis. La communauté a été construite vers les années 1880 ou 1890, principalement à partir de juifs irakiens et iraniens venus pour des opportunités économiques dans des métiers comme les textiles.

On pense que les Juifs ont vécu à Bahreïn depuis l’époque du Talmud. La grande majorité de la population juive d’environ 1 500 personnes a quitté Bahreïn à la suite de la création de l’État d’Israël lorsque les troubles sont survenus à Manama. On pense que les ressortissants étrangers ont incendié la seule synagogue de la région au milieu des troubles qui ont suivi le vote de partition de l’ONU en 1947. La violence a vu des maisons et des magasins juifs pillés, des manifestants jetant même des pierres sur des membres de la communauté, faisant de nombreux blessés et un mort.

C’est la jeune génération qui, selon beaucoup, pourrait être l’espoir de régénérer le nombre décroissant. La mère d’Asaf Manassem est née à Bahreïn, il a donc toujours été connecté au pays à travers les histoires de famille et la culture.

«La jeune génération d’Israéliens n’est pas si attachée à être ici, elle est moins sioniste», dit l’ingénieur logiciel de 36 ans, car la mondialisation de la main-d’œuvre signifie que les opportunités d’emploi dans le monde sont de plus en plus accessibles – du moins avant la pandémie. «Si Bahreïn a des opportunités pour nous, une meilleure qualité de vie, je pense que les gens iront.»

Sa tante, Mona, née à Bahreïn et partie pour Israël à l’âge de 14 ans, en 1969, est d’accord. Avec la montée du chômage en Israël, des impôts élevés et ce qu’elle appelle «une vie difficile», avec des salaires bas et maintenant, les défis d’une pandémie, elle dit que le petit État du Golfe pourrait offrir de meilleures perspectives pour des personnes comme elle neveu.

«Pour ceux d’entre nous qui sont plus âgés, nous sommes à l’aise et installés, mais la jeune génération est très curieuse de revenir en arrière, de comprendre d’où elle vient. Peut-être que cela pourrait être attrayant pour nos enfants, mais d’abord, nous devons aller visiter », dit-elle.

Ebrahim Nonoo, chef de la communauté juive et ancien membre du Conseil de la Choura, le parlement du pays, a déclaré: «Que beaucoup ont déménagé [en Israël] – et vous parlez d’une sorte de peur qui a été créée parmi eux – alors ils ont paniqué et ils ont juste fait leurs valises et sont partis.

 


Roza Katzav et ses filles

Roza Katzav, connue sous le nom de Joza alors qu’elle était à Bahreïn, mais dont le nom a été changé à son arrivée en Israël, a maintenant 85 ans. Née à Manama, elle est partie à très contrecœur avec sa famille en 1953 à l’âge de 20 ans. et 23 membres de la famille ont pris un vol charter pour Israël, où son père a estimé que c’était le plus sûr. Contrairement à ceux qui ont fui en 1948, Roza s’est toujours sentie en sécurité à Bahreïn et elle a toujours eu envie d’y retourner. «Ça m’a tellement manqué», dit-elle. «Je voulais rester, mais je ne pouvais pas. Je n’ai que de bons souvenirs de ma jeunesse. C’était toujours très sûr. Nous avons été bien pris en charge par la communauté bahreïnite.

SA fille aînée, Ariela Dery, espère pouvoir ramener sa mère à la maison pour la visiter, se reconnecter à la terre qui lui a tant manqué pendant toutes ces décennies. «Nous avons hâte de visiter les maisons dans lesquelles vivait notre famille, l’école où notre mère est allée, et de rendre hommage aux tombes de notre famille», dit Dery. Ses propres enfants restent également ancrés dans leur ascendance, grâce à la narration et à la culture qui sont au cœur des réunions de famille.

Orna Darom, la plus jeune fille de Roza, dit que ses enfants sont également impatients de rentrer «chez eux», après avoir passé plus de 20 ans à retracer leur histoire, recueillie dans un livre d’ascendance à la maison familiale de Rehovot. Elle sait que l’expérience de sa famille était très différente de celle de beaucoup d’autres; ils vivaient même dans un quartier non juif, un quartier musulman riche de la ville. «Certains Juifs de l’époque ne veulent pas revenir en arrière car ils se souviennent d’une époque où ils craignaient pour leur vie, mais ce n’est pas l’expérience de ma mère. Elle se sentait très bien protégée et aurait adoré revenir.

Sur la petite île du Golfe, sa communauté juive ne compte plus que 40 à 50 personnes, y compris celles qui entrent et sortent de résidences secondaires comme au Royaume-Uni et aux États-Unis, où elles résident dans de fortes communautés juives telles que New York. et au nord de Londres. Nonoo dit que la communauté n’a peut-être eu que 10 ans de plus avant de parvenir à l’extinction sans les accords. «Cela aurait été si difficile pour nous, car notre population est si âgée», explique-t-il. «Ma mère a 85 ans. Il y a une autre femme qui a plus de 85 ans, et il y a des femmes qui ont plus de 70 ans. Les chiffres sont trop faibles pour pouvoir continuer à être une communauté viable. »

Nonoo, maintenant la voix de la petite communauté, dit que vers les années 1980, les autorités ont cherché les Juifs qui étaient partis pour leur permettre de revenir en tant que citoyens à part entière, mais malheureusement, ils ne pouvaient pas les retrouver. «À l’époque, nous n’avions aucun lien avec l’Agence juive. Certains bahreïnis musulmans demandaient à rencontrer certains membres de la communauté juive parce qu’ils voulaient effacer toutes les dettes qu’ils avaient avant leur décès. Bien sûr, c’est aussi un principe important dans le judaïsme, et ici, ils ont estimé que c’était une dette qui n’avait pas été payée. En fin de compte, les recettes ont été versées à la dotation islamique, une organisation caritative pour les musulmans nécessiteux, au lieu de trouver les propriétaires d’origine. Nonoo, dont la propre famille est maintenant répartie dans le monde entier, en Israël, au Royaume-Uni et à Bahreïn.

Maintenant, la synagogue est en cours de rénovation, prête à redevenir le point focal de la communauté. Il espère qu’il sera prêt à rouvrir en février, sous la direction d’un rabbin supposé être d’origine bahreïnite, né et élevé à Londres. Ce sera la première fois en 40 ans que la communauté aura un chef religieux. «Nous sommes très reconnaissants d’avoir conclu cet accord de paix», déclare Darom. «Le puzzle devient de plus en plus clair sur notre histoire aujourd’hui et en tant que communauté internationale, nous nous reconnectons enfin à nos racines et les uns aux autres.» JerusalemPost

%d blogueurs aiment cette page :