Le chef de la communauté juive de Bahreïn, Ebrahim Daoud Nonoo : « Le roi de Bahreïn a réalisé que la seule façon d’avancer était de donner. Il va y avoir beaucoup de nouvelles idées, et ça va être génial ! »

 

Jusqu’à la création de l’État d’Israël, il y avait environ 800 Juifs vivant à Bahreïn, faisant partie d’une communauté qui remonte au tournant du siècle précédent, lorsque les commerçants juifs irakiens ont décidé de s’installer dans l’avant-poste commercial en pleine Inde. Aujourd’hui, Bahreïn compte moins de 40 Juifs – membres de seulement six familles – sur une population totale d’environ 1,7 million d’habitants. Traditionnellement bien tolérés par leurs voisins, les Juifs étaient autrefois au centre du commerce et du commerce à Bahreïn, à tel point que les marchés fermaient le Shabbat car il n’y avait aucun intérêt à s’ouvrir si les Juifs ne travaillaient pas.

Néanmoins, la politique était généralement un sujet qu’il valait mieux ne pas discuter lorsqu’il s’agissait de quoi que ce soit concernant Israël, et les Juifs de Bahreïn n’étaient pas autorisés à visiter l’État juif. Tout cela va-t-il changer maintenant? Le 14 août, juste un jour après la publication des premiers rapports d’un accord de normalisation en cours entre Israël et les Émirats arabes unis , Bahreïn était parmi les rares pays arabes à annoncer son soutien à cette initiative (les autres pays à faire des déclarations similaires étaient Égypte et Oman). Et puis, 29 jours plus tard, Bahreïn a annoncé qu’il signerait lui-même un accord.

Arutz Sheva s’est entretenu avec le chef de la communauté juive de Bahreïn, Ebrahim Daoud Nonoo, pour avoir ses impressions sur ce développement historique.

«Nous avons été étonnés et très enthousiastes lorsque nous avons entendu parler de l’accord entre Israël et Bahreïn», dit Nonoo. «Même si, quand nous avons entendu parler de l’accord avec les EAU, nous nous sommes dit – eh bien, Bahreïn pourrait être le prochain, on ne sait jamais… mais c’était quand même une surprise totale. Nous n’avions aucune idée du timing, rien ».

Malgré la percée politique, cependant, Nonoo minimise l’impact que l’accord aura sur le plan personnel entre les Arabes et les Juifs vivant à Bahreïn. «Malgré les tensions mondiales au fil des ans, nous sommes très bien intégrés ici», raconte-t-il. «Nous sommes presque comme des juifs arabes. Nous nous mêlons aux Arabes et mes meilleurs amis sont des Arabes. Les gens ici ne se soucient pas de savoir si vous êtes juif ou arabe, chiite ou sunnite.

Nous nous demandons si ce genre de tolérance ouverte est susceptible de s’appliquer également aux touristes israéliens, et Nonoo admet que les Israéliens se sentiront certainement un peu étrange dans les rues de Bahreïn et en entendant parler l’arabe partout. « Mais ça va être super d’avoir des touristes israéliens ici! » s’exclame-t-il. «Le grand rabbin de Jérusalem, le rabbin Shlomo Amar, était en fait ici il n’y a pas longtemps. Je l’ai accompagné à la synagogue, et il ne se sentait pas à sa place, habillé comme il l’était – mais je l’ai rassuré en lui disant qu’il n’avait rien à craindre. Tout le monde s’est rendu compte qu’il était juif, bien sûr, mais il n’y avait aucun problème.

Nous demandons à Nonoo s’il craint que la nouvelle phase dans les relations entre Israël et Bahreïn puisse conduire à une pression accrue sur Israël pour qu’il avance vis-à-vis des Palestiniens et peut-être faire des concessions de grande portée, mais il écarte les préoccupations. «Le roi de Bahreïn a déjà montré qu’il comprend que la seule façon d’avancer est de donner», explique-t-il. «Je pense que de nouvelles idées seront peut-être avancées pour résoudre ce problème séculaire et que ce sera également formidable d’entendre ces nouvelles idées.

«C’est vraiment un monde nouveau», ajoute-t-il, confirmant qu’il considère la signature d’un traité comme le signe d’une nouvelle ère. «Et nous avons tous hâte d’y être.»

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :