La pastèque Malali est connue pour ses grosses graines croquantes, qui sont une collation populaire en Israël, et bien que 97% des fruits soient jetés sur le terrain, une nouvelle étude montre qu’elle pourrait être utilisée pour produire de l’énergie renouvelable.

 

Ynet / Science News Agency

Les chaudes journées d’été israéliennes sont le moment idéal pour manger une délicieuse tranche fraîche de pastèque froide et sucrée. La pastèque Malali n’est pas connue pour sa pulpe savoureuse, mais pour ses graines croquantes.

Malheureusement, les graines sont la seule partie de la pastèque qui est utilisée. Le reste du fruit est jeté dans le champ où il est gaspillé.

Cependant, une nouvelle étude israélienne a révélé que les résidus de fruits peuvent être utilisés pour produire de l’éthanol, un biocarburant alternatif pour les véhicules, qui est également l’ingrédient principal de l’alcool.

La pastèque Malali tire son nom de la ville de Kfar Malal dans le centre d’Israël, où la variété a été cultivée pour la première fois. Les recherches suggèrent que la variété Malali est un croisement entre le Mahasni local et le Negro chilien. Aujourd’hui, le Malali pousse en Israël sur une superficie totale de 40 000 km2.

Contrairement aux autres variétés israéliennes, qui contiennent peu ou pas de graines, la pastèque Malali en est criblée. Les usines locales de pastèques fournissent à l’industrie 2 800 tonnes de graines par an.

À un moment donné de la croissance des pastèques, les agriculteurs arrêtent de les arroser pendant environ deux semaines, ce qui provoque un stress sur les fruits. Ce stress les encourage à accélérer le processus de maturation des graines. Lorsque les graines sont mûres, une moissonneuse-batteuse sépare les graines du fruit et les recueille.

Cependant, la pulpe et la peau, qui représentent ensemble 97 pour cent du poids de la pastèque, ne sont pas collectées mais jetées au champ.

«Les déchets ici sont clairs et éblouissants», déclare le professeur agrégé Yoram Gerchman du département de biologie et d’environnement de l’université de Haïfa et du Collège universitaire Oranim, qui a supervisé les recherches effectuées par l’un de ses étudiants dans son laboratoire.

Ces déchets ont également des conséquences environnementales. La pulpe représente 59 pour cent du poids de la pastèque Malali, mais elle n’est pas vendue comme aliment car la variété Malali n’est pas célèbre pour sa saveur. Ainsi, chaque année, environ 56 000 tonnes de pulpe de pastèque sont gaspillées dans les champs, dont 5 600 tonnes de sucres. Lorsque diverses bactéries et champignons du sol commencent à se nourrir de sucres, ils libèrent des gaz (principalement du dioxyde de carbone), qui contribuent à l’effet des gaz à effet de serre et donc à la crise climatique.

Les chercheurs estiment qu’un total de 8200 tonnes de dioxyde de carbone sont rejetées dans l’atmosphère chaque année à partir des déchets de pastèque. Du dioxyde de carbone supplémentaire est libéré pendant le processus de production de la pastèque en raison de l’utilisation d’outils agricoles, d’engrais et d’eau, le tout pour un produit, dont 97 pour cent sont gaspillés.

Dans la nouvelle étude, qui a été menée dans le laboratoire de Gerchman dans le cadre d’un projet de diplôme en biologie par son étudiante Maya Maliniak, les chercheurs ont examiné la possibilité de produire de l’éthanol à partir de la pulpe de pastèque.

Il existe maintenant des moteurs alimentés à l’éthanol, mais même un moteur à essence ordinaire peut fonctionner avec de l’essence contenant jusqu’à 10% d’éthanol.

L’un des avantages de l’utilisation du bioéthanol et des biocarburants en général est la réduction de la dépendance aux combustibles fossiles: charbon, pétrole et gaz naturel, dont les réserves sont épuisées sans pouvoir se régénérer et dont l’utilisation génère des émissions importantes de gaz à effet de serre. serre.

Cependant, l’utilisation de l’éthanol présente également des inconvénients, le plus important étant que pour sa production, les terres agricoles sont utilisées pour des cultures industrielles ou non alimentaires.

Dans plusieurs pays, les céréales et autres plantes comestibles (principalement le maïs et la canne à sucre) sont explicitement cultivées pour la production d’éthanol, un phénomène qui exacerbe les pénuries alimentaires mondiales et augmente les prix des denrées alimentaires.

Dans le petit pays d’Israël, où il est encore nécessaire d’importer la plupart des graines de céréales consommées, il n’y a actuellement aucune industrie de l’éthanol. Cependant, l’utilisation de résidus de pastèque permettra la production d’éthanol sans gaspiller de terres agricoles.

Lorsqu’une pastèque n’est pas arrosée, elle perd ses liquides, mais pas sa teneur en sucre. Par conséquent, le pourcentage de sucre dans les pastèques mûres Malali est élevé, jusqu’à 18 pour cent, contre seulement 10 pour cent dans les variétés comestibles.

En plus de l’éthanol, les chercheurs ont également examiné la possibilité d’utiliser des résidus de pastèque pour produire du lycopène – un complément alimentaire vendu dans les magasins d’aliments naturels comme antioxydant.
Le lycopène, présent en grande quantité dans la pastèque et lui donnant sa couleur rouge, est généralement produit à partir de tomates cultivées spécifiquement à cet effet.
«Les pastèques contiennent beaucoup de lycopène qui est simplement jeté dans le champ», explique Gerchman. Selon lui, l’avantage de l’utilisation du lycopène dans les pastèques peut aider les agriculteurs. «Les agriculteurs ne font pas grand-chose avec les graines de pastèque, et l’agriculture est généralement un domaine très peu rentable. Les agriculteurs apprécieraient tout argent supplémentaire.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont collecté plusieurs dizaines de pastèques pendant la période de récolte dans la région de la vallée de Jezreel et ont fermenté le jus de pastèque dans de l’éthanol.
“Il s’avère que les pastèques fermentent très bien”, explique Gerchman, qui a étudié la production d’éthanol à partir de divers matériaux, tels que les déchets de taille, l’huile d’olive et le papier. “C’est le déchet le plus simple avec lequel j’ai jamais travaillé.”

De plus, les chercheurs ont découvert que chaque pastèque pouvait produire huit capsules de lycopène.

Gerchman et son équipe travaillent actuellement à lever des fonds pour les faire passer à la prochaine étape de l’enquête. Cette prochaine étape comprendra de plus grandes quantités de pastèques et sera réalisée en dehors des conditions de laboratoire, dans le domaine agricole, à l’aide d’outils utilisés par les producteurs de pastèques.

Gerchman espère qu’à l’avenir, la production d’éthanol à partir de déchets de pastèque deviendra une réalité mise en œuvre dans les champs.
“Il n’est pas difficile de développer une moissonneuse-batteuse qui transfère le jus de pastèque dans le réservoir au lieu de le jeter dans le champ”, dit-il.

Il convient de noter que, comme l’industrie de la pastèque en Israël est assez petite, la quantité totale d’éthanol pouvant être produite par cette méthode n’est, selon les chercheurs, que de 2900 tonnes par an (en comparaison, la quantité d’essence utilisée dans Israël chaque année est de 3,2 millions de tonnes).

Au-delà, la croissance est saisonnière, les déchets ne sont donc disponibles qu’à certaines périodes de l’année. Cependant, selon Gerchman, il vaut toujours la peine d’extraire de l’éthanol des pastèques.
«Lorsqu’il s’agit de créer une usine d’éthanol dans un pays comme Israël, qui n’a aucun historique de production d’éthanol, il faut commencer quelque part», dit-il.

Selon Gerchman, les propositions de production d’éthanol en Israël se concentrent sur les matières premières telles que les déchets de taille, qui sont disponibles en grandes quantités tout au long de l’année. Cependant, contrairement aux pastèques, la production d’éthanol à partir d’autres matériaux nécessite un traitement précoce complexe.

Bien que les chercheurs n’aient pas procédé à une analyse économique complète pour évaluer la rentabilité de la production d’éthanol à partir de pastèques, selon Gerchman, elle serait encore économiquement viable. «Dans l’industrie de l’éthanol d’aujourd’hui, l’essentiel du coût réside dans la matière première, qui dans ce cas est gratuite», conclut-il.

WhatsApp Rédaction de Hassidout.org