Le procureur met en garde le ministère de la Santé contre des poursuites judiciaires si les Israéliens guéris du coronavirus ne sont pas autorisés à se faire vacciner.

De nombreux Israéliens qui se sont rétablis d’un coronavirus et ont découvert qu’ils avaient de faibles niveaux d’anticorps sont en colère de ne pas être autorisés à recevoir le vaccin et craignent d’être réinfectés.

T., une résidente de 57 ans du centre d’Israël, a déclaré à Yediot Aharonot qu’elle s’était rétablie du coronavirus il y a plus de six mois, et « dans un test sérologique que j’ai payé de ma poche, il a été constaté que je risquais de contracter un coronavirus, comme tout le monde.  »

« Il est inconcevable que la définition générale de ‘guéri’ inclue tous ceux qui ont déjà eu un coronavirus. Alors pourquoi ne suis-je pas éligible pour recevoir le vaccin contre le coronavirus de ma propre volonté? Quel est mon crime? J’ai peur de quitter mon domicile. »

Jusqu’à présent, le fonds de santé de T. a rejeté sa demande et ceux de sa famille, qui ont également de faibles niveaux d’anticorps, de recevoir le vaccin. Selon le fonds de santé, le ministère israélien de la Santé n’autorise pas ceux qui se sont rétablis d’un coronavirus à recevoir la vaccination.

Le procureur Assaf Sharaf, expert en droit civil, a envoyé mercredi au directeur général du ministère de la Santé, le professeur Hezi Levi, une lettre avertissant que des mesures juridiques pourraient être prises si T. et sa famille ne sont pas autorisés à recevoir le vaccin.

Le ministère de la Santé a répondu: « Un faible taux d’anticorps dans le sang ne signifie pas nécessairement qu’une personne n’est pas à l’abri. Le ministère de la Santé examine la question de la vaccination de ceux qui se sont rétablis d’un coronavirus et discutera de la question au comité des vaccins, avec le personnel en charge de la gestion des pandémies. »

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :