L’atterrissage d’un avion El Al survolant l’Arabie saoudite a scellé la visite historique dans le Golfe qui a été qualifiée de succès. 160 projets ont été échangés, les émirats veulent promouvoir le tourisme le plus rapidement possible et les Américains ont envoyé un message sur l’accord F-35. Résumé de la visite à Abu Dhabi

 

Ynet

Avec l’ atterrissage d’un avion El Al à l’aéroport Ben Gourion dans l’après-midi (mardi), la visite historique de la délégation israélienne aux Émirats arabes unis s’est terminée avec succès. Au cours de la dernière journée, un certain nombre de questions dans l’accord de normalisation entre les pays ont été discutées et 160 projets entre les représentants ont été remplacés. Les juristes et les émirats israéliens ont déjà commencé à travailler sur le libellé.

Israël a salué la courte visite comme un succès et a noté que les émirats voulaient avancer rapidement, tout en parlant de la signature de l’accord de paix entre les deux pays dans les semaines à venir.

Pour la même raison, et craignant de rater la cérémonie de signature historique, l’ambassadeur des États-Unis en Israël David Friedman, qui est aux États-Unis depuis un mois, s’est abstenu de retourner en Israël en raison de la nécessité de passer 14 jours en isolement – et ne pourrait pas se rendre à Washington s’il était signé dans les deux prochaines semaines. Les Américains se sont fixé comme objectif de signer dans les deux semaines, avant Rosh Hashanah, qui tombe le 18 du mois.

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz, a également déclaré qu’il ne serait pas surpris que des vols directs entre Israël et les Émirats figurent sur l’horaire des vols à l’aéroport Ben Gourion plus tard cette année. Les parties discutent de la mise en place d’un mécanisme de visa électronique qui sera rapide et efficace.

Les directeurs des bureaux qui faisaient partie de la délégation israélienne ont déclaré que le côté émir avait été révélé dans les pourparlers en tant que professionnel. “Ils connaissent très bien ce qui se passe en Israël et savent exactement ce qu’ils veulent accomplir et ce dont ils ont besoin de nous. “Ils avaient des demandes spécifiques pour lesquelles ils souhaitent que nous coopérons”, a déclaré l’un des PDG.

Lors de la visite, les premiers accords entre les parties ont été signés. Le vice-Premier ministre Ronen Peretz et le gouverneur des Émirats arabes unis, Abd al-Hamid Said, ont signé le premier protocole dans les domaines de la banque et des finances, et le ministère des Finances et les régulateurs financiers concernés en Israël sont parvenus à un accord sur la création d’un comité conjoint pour promouvoir la coopération dans les finances et les investissements.

Les parties devraient également discuter dans ce contexte de la promotion de la coopération dans le domaine des services financiers pour réaliser des investissements entre les pays et de la promotion des investissements conjoints sur les marchés des capitaux.

Le chef de la division de la planification politique du ministère des Affaires étrangères des Emirats, Jamal al-Musharq, a déclaré dans un briefing pour les journalistes israéliens que “si je devais résumer ces derniers jours, trois mots me viennent à l’esprit: histoire et beaucoup d’espoir. Je pense que les discussions sur les questions discutées étaient prometteuses. Cela prouve que la voie vers la paix et la prospérité passe par la coopération. La région doit avancer, la stabilité est essentielle”, a-t-il déclaré.

Al-Musharqh a ajouté que “notre technologie et notre expertise communes permettront de résoudre des problèmes tels que la sécurité alimentaire, la crise climatique, le Corona et plus encore. Un message de partenariat et un regard vers l’avenir. Nous voulons aller au-delà de l’exploitation de l’impasse au profit des deux peuples.”

Interrogé pour savoir si la coopération pouvait également inclure une coopération militaire avec Israël, al-Musharrach a déclaré que la coopération avec les États-Unis pourrait devenir un triangle à l’avenir. Il a également condamné la déclaration du dirigeant iranien selon laquelle les émirats ont trahi les palestiniens et le monde arabe: “Nous restons avec le consensus arabe, des décisions arabes et décisions internationales. Ce que nous avons fait, c’est arrêter l’annexion. La solution est entre les mains des Israéliens et des Palestiniens.”

On lui a ensuite demandé ce qui se passerait si Israël annexait néanmoins des parties de la Cisjordanie, et si la paix entre les deux pays s’effondrait. Il a répondu: «Ce n’est pas le cas. Comme nous l’avons dit, l’une des conditions préalables pour faire progresser les relations était de mettre fin à l’annexion. Nous sommes confiants dans les garanties que nous avons reçues de nos partenaires. ”

En réponse à une autre question, le responsable de l’émirat a déclaré que les EAU souhaitaient que les Israéliens puissent se rendent dans les Emirats le plus rapidement possible, ainsi que l’ouverture des ambassades et une cérémonie de signature à la Maison Blanche: “Nous progressons. Notre rythme est très sain. Deux semaines seulement se sont écoulées depuis l’annonce. Nous espérons que la délégation des Emirats Arabes Unis pourra se rendre en Israël bientôt.”

Al-Musharrach a également abordé la question de la vente des F-35 aux Émirats arabes unis, affirmant qu’il s’agissait d’une demande de l’État, mais a noté que ce n’était pas le motif de l’accord. “C’est une chose légitime, et je ne lierais pas les progrès avec Israël à la question de l’avion. Ce qui s’est passé ces derniers jours prouve que nous recherchons un partenariat dans divers domaines – pas seulement la sécurité.”

Auparavant, le conseiller principal du président Trump, Jared Kushner, et le conseiller américain à la sécurité nationale, Robert O’Brien, ont visité la base aérienne Emirates à Abu Dhabi, où il y a également une présence américaine massive. Des F-35 américains stationnés à la base et un avion américain AWACS.

Seuls les journalistes américains ont assisté à la visite de la base américaine. Des sources et déclarations américaines ont souligné que le but de la visite était de renforcer les relations bilatérales – indépendamment d’Israël. Une source américaine a ajouté que l’accord sur les F-35 n’était pas à l’ordre du jour de la visite de la base, mais n’a pas exclu la possibilité qu’il “ait augmenté pendant la visite”. Amener les journalistes américains à la base visait en fait à faire comprendre aux déclarations que l’accord progressait.

Et pendant que les Américains visitaient la base de l’armée de l’air émiratie, les journalistes israéliens ont été emmenés visiter la mosquée Sheikh Zeid – l’une des plus grandes et des plus magnifiques au monde. La mosquée est construite en marbre avec des pierres précieuses incrustées, et avant l’épidémie du coronavirus, pas moins de 50000 personnes venaient y prier. Dans la mosquée, vous pouvez voir le plus grand tapis persan du monde, tissé par 1000 artistes. Descendant du plafond, sept immenses lustres sertis de pierres de cristal pesant chacun pas moins de 12 tonnes.

La circulation dans la mosquée s’est déroulée dans des voiturettes de golf et les journalistes israéliens ont été invités à s’envelopper dans une galabiya et d’un châle. Lorsque le châle ne cachait pas leurs cheveux, on leur a demandé de les arranger. À l’intérieur de la mosquée se trouve un mausolée où est enterré Sheikh Zeid, le fondateur des Émirats arabes unis. Il y a un imam qui lit les versets coraniques 24 heures par jour, 365 jours par an, à l’exception d’une pause de 10 minutes dans chacune des cinq prières quotidiennes.

Malgré la chaleur insupportable, les touristes israéliens apprécieront sans aucun doute Abu Dhabi. Les EAU se sont révélés être un pays convivial, rempli de centres commerciaux occidentaux et de nombreuses attractions avec de nombreuses boutiques. Les prix sont similaires à ceux d’Israël et les citoyens des Émirats font preuve de gentillesse et de chaleur.

Et pourtant, il ne faut pas oublier que c’est un pays très conservateur, sans liberté de presse, avec un dirigeant tout-puissant. Il n’est pas certain qu’ils s’entendront avec la franchise israéliennes. Les Israéliens devront agir en conséquence s’ils ne veulent pas s’impliquer.

Un vol EL AL dont le numéro est passé de 971 (la zone de numérotation des Emirats) à la zone de numérotation israélienne 972, a décollé d’Abu Dhabi à Tel Aviv et est revenu sur sa route en survolant l’Arabie saoudite à nouveau. Jusqu’à la dernière minute en Israël, ils n’étaient pas sûrs que les Saoudiens permettraient à l’avion de survoler leur pays, car contrairement à un vol aller-retour, la délégation américaine a continué à se rendre dans les États du Golfe. En fin de compte, les Saoudiens n’ont pas déçu – et le vol israélien est revenu à nouveau dans le ciel de l’Arabie saoudite.

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :