Le président palestinien Mahmoud Abbas, a réitéré son rejet du plan pour le Moyen-Orient de l’administration Trump, qui a qualifié de « cadeau » Israël, dans une adresse au Conseil de sécurité de l’ONU mardi. Un projet de résolution s’opposant à la proposition américaine a été retiré par l’administration palestinienne à la dernière minute.

Ynetnews

Le président Donald Trump a dévoilé l’initiative américaine pour mettre fin au conflit israélo-palestinien le 28 janvier. Il envisage un État palestinien décousu qui cède des parties clés de la Cisjordanie à Israël, se rangeant avec Israël sur des questions litigieuses clés, y compris les frontières et le statut de Jérusalem et ses colonies.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a lancé son discours sur un ton belliqueux, affirmant que le plan de paix du président Trump « légitime les colonies et l’annexion des terres palestiniennes », ainsi que renforce « le régime d’apartheid ».
« La paix entre les Israéliens et les Palestiniens est toujours possible », a-t-il dit, mais a déclaré que les Etats-Unis « ne pouvaient pas être le seul médiateur ». « Nous avons essayé mais nous ne pouvons plus l’accepter », a-t-il déclaré.

Agitant une copie d’une carte que le plan américain envisage pour une solution à deux États pour Israël et la Palestine, Abbas a déclaré que l’État découpé pour les Palestiniens ressemble à un « gruyère suisse ».

Abbas, malgré les critiques sévères, a rejeté les affirmations selon lesquelles le plan de paix – ainsi que l’occupation israélienne continue de la Cisjordanie – déclencherait un autre soulèvement palestinien violent. « Nous ne recourrons pas au terrorisme », a-t-il dit.

Il semble également être revenu sur sa prétention selon laquelle l’Autorité palestinienne a mis fin aux liens de sécurité avec Israël, ce qu’il a fait peu de temps après le dévoilement de l’initiative américaine. « Nous devons rester partenaires », a-t-il dit, ajoutant « chacun dans son pays souverain ».

Abbas a ajouté que les Palestiniens ne sont « pas contre les Juifs » et que tout musulman qui nourrit des sentiments d’antisémitisme commet un « blasphème ».

L’ambassadeur de l’ONU Danny Danon, qui a pris la parole peu de temps après Abbas, a déclaré que le président palestinien n’était pas sérieux au sujet des négociations avec Israël, quelle que soit l’initiative de paix sur la table. « Le président Abbas a refusé d’être pragmatique. Il refuse de négocier. Il n’est pas intéressé à trouver une solution réaliste au conflit ».

L’envoyé a déclaré que tant qu’Abbas resterait au pouvoir, il n’y aurait aucune chance de pourparlers de paix. « Ce n’est que lorsqu’il se retirera qu’Israël et les Palestiniens pourront avancer. »

Danon, avant la session, a appelé le projet que le Palestinien était censé présenter comme une alternative au plan de Trump, « une résolution anti-américaine ».

La résolution devait être mise aux voix mardi lorsque Abbas s’est adressé au conseil. Mais les diplomates ont déclaré que nombre de ses dispositions n’étaient pas acceptables pour les membres européens du conseil, qui soutiennent une solution à deux États fondée sur les frontières d’avant 1967, et pour les autres membres du conseil.

Plus tôt, un haut responsable palestinien, Saeb Erekat, a démenti les informations selon lesquelles le projet de résolution avait été retiré en raison d’un manque de soutien, affirmant dans un communiqué que la « rumeur » selon laquelle les Palestiniens avaient retiré la résolution n’était « pas vraie et totalement sans fondement ».

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :