8% des Israéliens ont déjà reçu la première dose de vaccin contre le coronavirus, soit plus de 10 fois le pourcentage d’Américains pour recevoir le vaccin.

Israël a vacciné environ 8% de sa population contre le COVID-19, tandis que les États-Unis en ont vacciné une fraction de pour cent, selon les données rapportées par les deux pays.

Le ministère israélien de la Santé a déclaré jeudi que le pays avait dépassé son objectif de 150 000 vaccinations quotidiennes pour la deuxième journée consécutive. Jeudi, près de 800 000 de ses près de 9 millions de citoyens avaient reçu la première des deux doses impliquées dans le vaccin Pfizer.

La Douzième chaîne israélienne a ajouté qu’un million de doses du vaccin Moderna, qui n’y ont pas encore été utilisées, sont déjà arrivées, bien avant la date cible de mars.

Pendant ce temps, la frustration s’est accrue aux États-Unis, car les Centers for Disease Control ont rapporté cette semaine qu’un peu plus de 2 millions d’Américains ont reçu la première dose de vaccin, bien moins que les 20 millions ciblés par l’opération Warp Speed ​​du président Donald Trump pour 2020. 11 millions de doses ont été expédiées à travers le pays.

Dans les deux pays, un retard dans la communication des données pourrait être à l’origine d’un biais dans les chiffres. Mais le Dr Anthony Fauci, le principal spécialiste des maladies infectieuses aux États-Unis, a exprimé son inquiétude à CNN mardi.

Les deux pays connaissent également des flambées de cas. Israël, qui a décrété un troisième verrouillage à l’échelle nationale, a signalé mercredi 5 253 nouveaux cas, son total le plus élevé depuis octobre. Aux États-Unis, la Californie a été particulièrement touchée et les premiers cas de la nouvelle variante COVID plus contagieuse trouvée pour la première fois au Royaume-Uni ont été découverts.

 

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.