Alors que le soleil se couche sur deux jours de chaos après l’effondrement partiel d’un immeuble en bord de mer de 12 étages à Surfside, la communauté juive très unie de la petite ville ont accuilli le Chabbat, le jour de la semaine où les Juifs pratiquants s’abstiennent de travailler.

Certains prennent le temps de prier pour une bonne nouvelle, un soupir de soulagement. D’autres travaillent en tant que bénévoles ou premiers intervenants pour porter secours aux personnes touchées.

L’effondrement catastrophique tôt jeudi matin, qui a fait, pour le moment, quatre morts et 159 disparus, a laissé la communauté sous le choc. Vendredi, les amis et la famille se préparaient à de mauvaises nouvelles mais priaient pour la paix.

« COMME UN MINI 11 SEPTEMBRE »
Rav Yankie Andrusier, le gendre du Rav Sholom Lipskar de la Shul Habad de Bal Harbour, a souligné que la loi juive impose des exceptions à ses propres règles en temps de crise.

« Quand il s’agit de sauver une vie, il n’y a pas de judaïsme ou de religion », a-t-il déclaré. « Vous devez transgresser le Chabbatpour sauver quelqu’un. En d’autres termes, si je voyais quelqu’un dans la rue s’étouffer, je suis autorisé à décrocher le téléphone le Chabbat et à composer le 911. »

Andrusier a déclaré que lui et d’autres bénévoles orthodoxes, y compris ceux du groupe de services médicaux d’urgence bénévoles dirigé par des Juifs Hatzalah, continueraient leurs services « 24 heures sur 24 » à la communauté pendant le jour de repos traditionnel, tout en « essayant de ne pas utiliser d’appareils électronique, si ils n’en ont pas besoin.

« C’est comme un mini 11 septembre pour nous, à l’exception du fait que ce n’était pas un acte terroriste, c’était un acte de D.ieu », a-t-il déclaré.

« CONSIDÉRÉ COMME UN QUARTIER JUIF »

Solomon, de la Fédération, a déclaré qu’il n’était toujours pas clair vendredi quel pourcentage des habitants de l’immeuble sont juifs, mais a qualifié le quartier de « zone juive assez densément peuplée ».

« Il est vrai qu’un pourcentage très important et disproportionné des personnes touchées par cette tragédie peut être juive », a-t-il déclaré.

Bien qu’il y ait un mélange de juifs traditionnels, de jeunes professionnels et de laïcs, Solomon a déclaré que « c’est considéré comme un quartier juif, et je pense qu’il y a un sens de la communauté qui traverse le sang juif ».

« Tout dans la religion juive est basé sur le fonctionnement en tant que communauté », a-t-il déclaré. « Et il y a un sens de la responsabilité mutuelle, il y a un sens des responsabilités les uns envers les autres, et il y a des impératifs comportementaux pour s’entraider et aider les étrangers, qui ne sont pas juifs non plus. »

UNE COMMUNAUTÉ RÉPOND

Localement, la communauté s’est mobilisée, coordonnant les dons pour les familles déplacées et faisant appel à des chefs spirituels pour aider les personnes en deuil ou celles qui attendent des nouvelles des disparus. Le Beth Habad de South Broward a fait circuler sa propre liste des disparus, et la Fédération juive du Grand Miami s’est associée à d’autres organisations pour collecter des dons.

Richard Silverstein, membre de longue date de la Shul de Bal Harbour, a déclaré qu’à son arrivée au centre de regroupement familial tôt jeudi, il avait immédiatement remarqué le manque de nourriture casher disponible.

Bien que la Croix-Rouge américaine ait fourni des collations et que la nourriture de chaînes comme Pizza Hut et Burger King ait été abondante dans tout le centre communautaire, les familles juives pratiquantes des victimes de l’effondrement manquaient de nourriture casher.

Silverstein, 58 ans, savait quoi faire. En appelant des amis du quartier, il y avait bientôt des pizzas casher des magasins locaux remplissant le centre, et vendredi, des boîtes de Hallots, des déjeuners de poulet casher, des bouteilles de vins et du jus de raisin pour le Kiddoush étaient empilées.

« Les premiers intervenants ont besoin de manger », a déclaré Silverstein, soulagé que les volontaires de Hatzalah soient nourris.

Plus tard vendredi, des plans de Chabbat ont été mis en place pour donner aux visiteurs de l’extérieur et aux familles touchées un repas chaud et un endroit pour prier.

À l’approche du Chabbat vendredi soir, la communauté juive pratiquante a rassemblé des colis de Hallot, de vin et d’autres produits de première nécessité pour le jour de repos rituel hebdomadaire.

À la synagogue de Bal Harbour, Kayla Schochet, 36 ans, et son mari, Dov Schochet, 40 ans, se préparaient à accueillir un grand groupe dans leur synagogue pour le Chabbat, dont le frère de Schochet, Eli, un volontaire d’urgence de Hatzalah qui s’est rendu à Surfside. de Hallandale Beach pour être plus proche au cas où il serait nécessaire.

« J’espère qu’au moment où nous allumerons nos bougies ce soir, nous aurons de bonnes nouvelles », a déclaré Kayla Schochet.

Un flux constant de dons a afflué jeudi dans la synagogue, où une vingtaine de volontaires ont déchargé des caisses de nourriture, des couvertures et plus encore pour être distribuées aux membres de la communauté qui ont été déplacés. Une collecte de fonds GoFundMe vérifiée hébergée par la synagogue avait collecté plus de 100 000 $ jeudi soir. La Fédération, qui a mis en place sa propre campagne, avait reçu plus de 2 500 dons vendredi après-midi.

Mendel’s Backyard BBQ, un restaurant de barbecue casher à un pâté de maisons de la synagogue, propose un dîner de Chabbat gratuit à toute personne – juive ou non – touchée par l’effondrement de l’appartement.

Maria Raquel, coordinatrice de l’événement du restaurant, a déclaré que 90 personnes ont répondu qu’elles prévoyaient d’y assister. Quarante autres personnes ont commandé la nourriture de Mendel, a déclaré Raquel lors d’un entretien téléphonique tout en livrant ces dîners gratuits directement au Grand Beach Hotel, où les familles déplacées ont été relogées vendredi.

Les familles qui choisissent de dîner chez Mendel auront droit à des tables débordant de produits de base juifs américains comme la poitrine, le poulet rôti, la purée de pommes de terre, le saumon, la soupe au poulet, le gefilte fish – et bien sûr, les Hallot et le jus de raisin, pour marquer le repas du Chabbat .

Young Israel de Bal Harbour, une autre synagogue orthodoxe du quartier, a également organisé un dîner de Chabbat sur invitation ouverte pour les personnes touchées par la tragédie.

Steve Eisenberg, un membre de la congrégation qui compte des amis proches parmi les personnes portées disparues, a déclaré que 50 à 60 personnes devraient y assister.

« Ce n’est pas le moment de demander pourquoi », a déclaré Eisenberg. « Il est maintenant temps de dire : « Que puis-je faire pour faire une différence dans la vie des gens ? »  »

Le Rav Gidon Moskovitz, le nouveau chef spirituel du Young Israël de Bal Harbour, n’était pas censé commencer avant septembre, mais lorsqu’il a entendu parler de la tragédie dans sa future communauté, il est monté dans un avion.

« Un fidèle est venu me voir à Houston après la prière et m’a montré ce qui se passait », a déclaré Moskovitz. « J’ai pensé, c’est là que je dois être. »

UNE LOURDE RESPONSABILITÉ

Au-delà de réconforter la communauté et de se nourrir et de prendre soin les uns des autres, la tradition juive exige également une responsabilité plus sérieuse : organiser les funérailles et les enterrements le plus tôt possible avec peu ou pas de période d’attente.

Les chefs religieux disent que les plans commenceront probablement dimanche.

Andrusier est membre de Chevra Kadisha du sud de la Floride, une société funéraire juive. Il a déclaré qu’en plus de prier pour les disparus, il se tenait prêt au cas où lui et d’autres seraient appelés à aider aux enterrements alors que les corps seraient retirés des décombres.

La loi juive, a déclaré Andrusier, dicte à quelqu’un l’obligation de s’occuper constamment du corps, en récitant certaines prières, jusqu’à ce que la personne soit enterrée.

« Dans la loi juive, quand vous mourez, vous devez retourner à votre créateur. C’est important », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas bon pour le corps de s’attarder. »

ACCOMPAGNEMENT DE PRÈS ET DE LOIN

Partout dans le pays et même dans le monde, la réponse a été rapide.

« Même une seule personne est le monde pour nous », a déclaré Kayla Schochet, notant la quantité de sensibilisation des amis et de la famille à travers le monde. « Même si une famille est touchée, cela nous affecte tous. »

Le consul général d’Israël à Miami, Maor Elbaz Starinsky, a déclaré avoir offert une aide immédiate à Surfside après l’effondrement et a déclaré avoir reçu des appels téléphoniques des ministres israéliens des Affaires étrangères et de la Diaspora lui demandant d’offrir « toute aide possible » aux communautés touchées par l’effondrement. .

« Nous avons acheté des médicaments, pour quelques milliers de dollars de médicaments pour Hatzalah », a déclaré Starinsky, faisant référence à la branche sud de la Floride du groupe de services d’urgence bénévoles dirigé par des Juifs qui a aidé les premiers intervenants.

Starinsky a également déclaré qu’il avait proposé aux responsables de la Floride et de Miami de voler avec une équipe d’experts en médecine légale et en recherche et sauvetage d’Israël à Miami.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars