Le grand rabbin de Kiev Yaakov Dov Bleich dirige la cérémonie commémorative et l’inauguration de la synagogue symbolique sur le site du massacre nazi de Babi Yar.

 

La communauté juive de Moldavie, qui s’est préparée ces dernières semaines à aider des milliers d’Israéliens et de Juifs fuyant la zone de guerre émergente en Ukraine, a déclaré qu’elle était prête à transporter des juifs Ukrainiens et d’Israéliens de la frontière ukrainienne vers la Moldavie.

Elle a également préparé des vivres, des logements et des soins médicaux d’urgence pour des centaines de personnes.

Les membres de la communauté et le grand rabbin de Moldavie, Rav Pinhas Saltzman, sont en contact permanent avec les communautés juives des villes ukrainiennes situées dans les zones de guerre. « Nous nous attendons à l’arrivée de centaines de Juifs et d’Israéliens qui ont quitté l’Ukraine », a déclaré la communauté dans un communiqué.

Dans le contexte de l’invasion russe, la Fédération juive d’Ukraine a juré de rester dans le pays, et a appelé les Juifs ukrainiens à se conformer aux consignes de l’État et à éviter de quitter leurs maisons.

Les 160 rabbins des communautés juives ukrainiennes ont également donné des instructions spéciales aux dirigeants communautaires pour qu’ils prennent soin de tous les Juifs de leurs villes respectives. Ils devraient tenir une réunion d’urgence jeudi pour discuter de la possibilité d’envoyer les femmes et les enfants des communautés juives d’Ukraine orientale en sécurité dans l’ouest du pays.

Les rabbins ont également souligné que « quiconque peut quitter l’Ukraine en toute sécurité doit le faire par les postes frontières. »

Ariel Markowitz, membre de la communauté juive de Kiev, a déclaré que son téléphone n’a cessé de sonner depuis les premières heures du matin, lorsque des explosions et des sirènes ont été entendues à travers la capitale. Markowitz est le fils du grand rabbin de Kiev, Jonathan Markowitz.
« Kiev est dans le chaos, avec de nombreux résidents, y compris, bien sûr, des Juifs, qui tentent de s’échapper », a-t-il déclaré. « Il y a des embouteillages. Nous essayons d’aider ceux qui veulent partir. Nous avons mis en place un groupe de voyage vers Lviv [dans l’ouest de l’Ukraine], mais ce n’est pas facile. Il y a beaucoup de trafic et on parle d’explosions. Tous ceux qui sont complaisants se sont réveillés et nous tendent maintenant la main », a-t-il déclaré.

Le Beth Habad de Kiev se prépare à accueillir tous les Juifs dans le besoin.

« Ceux qui le veulent peuvent venir au Beth Chabad et nous ferons tout ce que nous pouvons pour les aider. Nous avons fait nos valises et déménagé avec toute la famille dans le Beth Chabad. Il y a beaucoup de nourriture, des matelas, nous avons tout prévu ces derniers jours », a-t-il déclaré.

Le grand rabbin de la ville de Kharkiv, dans le nord du pays, Rav Moshe Moskovitz, a parlé d’informations selon lesquelles la ville était encerclée par des chars russes et des soldats agitaient le drapeau russe dans la ville.

« Nous nous sommes réveillés au bruit des explosions », a-t-il déclaré. Rav Moskovitz a également déclaré que la ville de Lviv, vers laquelle la plupart des gens fuient, est à 13 heures de route de Kharkiv, et étant donné que l’essence est difficile à trouver, le voyage est impossible.

« Ils disent qu’il y a des tanks autour de la ville. Je ne sais pas s’il y a des soldats dans la ville. Je n’ai pas quitté la synagogue » depuis le matin, a-t-il dit.

Les membres de la communauté juive « répondent aux appels téléphoniques des Juifs de la ville et d’Israël et essaient d’aider. La police est en contact avec nous en permanence, personne ne sait ce qui se passe. Il n’y a pas d’instructions claires sur ce qu’il faut faire. Je dis aux gens de rester près des abris ».

Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré être en contact permanent avec l’ambassade d’Ukraine, qui a été transférée ces derniers jours à Lviv et est prête à aider les Israéliens qui veulent quitter le pays. Le ministère devrait se réunir mardi pour procéder à une évaluation de la situation.

Les résidents juifs d’Ouman se sont également réveillés à la réalité de la guerre.

Le vice-président de la branche ukrainienne de United Hatzalah, Shlomi Elisha, a déclaré que des explosions ont été entendues dans la ville dès les premières heures du matin. L’organisation a déclaré dans un communiqué que le plan d’évacuation d’urgence qu’elle avait préparé était en suspens, les chauffeurs de bus refusant de se déplacer.

« Aucun chauffeur n’est prêt à conduire vers la frontière », indique le communiqué. « Tous nos efforts sont concentrés sur l’organisation d’autant de bus que possible et plusieurs partiront sous escorte de sécurité. »

 




A VOIR …

Le Parisien : Bobigny : un piéton (Jérémie Cohen) décède après avoir été heurté par un tramway

%d blogueurs aiment cette page :