Le président américain a adressé une lettre au dictateur nord-coréen Kim Jong-un lui annonçant qu’il annule la rencontre prévue entre les deux dirigeants à Singapour le 12 juin prochain.

Dans cette lettre le président américain explique sa décision: “J’étais très impatient de vous y rencontrer. Malheureusement, compte tenu de l’énorme colère et de l’hostilité exprimée dans votre déclaration la plus récente, je crois qu’il est inapproprié, à l’heure actuelle, d’avoir cette réunion planifiée depuis longtemps”. En effet, la nuit dernière, un communiqué officiel de la présidence nord-coréenne qualifiait le vice-président Mike Pence “d’ignorant et stupide”. Ce dernier avait menacé la Corée du Nord de subir le même sort que la Libye de Mouammar Kadhafi et prévenu le dictateur nord-coréen qu’il n’arriverait pas à “rouler le président Trump”.

Selon les analystes, cette raison officielle n’est qu’un prétexte. Le président américain et ses conseillers considèrent que les conditions ne sont pas réunies pour la réussite d’un tel sommet, notamment la haute probabilité que les Coréens du Nord refusent d’annuler totalement leur programme nucléaire et que l’objectif de Kim Jong-un était uniquement d’obtenir une légitimité internationale.

Dans sa lettre, le président américain laisse toutefois une porte entrouverte pour une future rencontre, espérant qu’en fin de compte, le président Kim prendra les bonnes décisions dans l’intérêt de sa population. Mais dans l’immédiat, il a demandé au secrétaire d’Etat à la Défense Jim Mattis ainsi qu’au chef d’Etat-major Joseph Dunford de mettre l’armée en état d’alerte afin de parer à tout scénario. Dans la conférence de presse qu’il a donnée, le président américain a émis des menaces à peine voilée: “Les forces américaines n’ont jamais été aussi prêtes qu’à l’heure actuelle”. LPH

%d blogueurs aiment cette page :