L’«accord du siècle» comprendrait un État palestinien sans armée, sans contrôle des frontières ou des alliances, la souveraineté israélienne sur toutes les colonies et l’intégralité de Jérusalem, en totale inversion du plan Clinton en 2000

Ynetnews

De hauts responsables israéliens ont déclaré que les détails du plan de paix tant attendu de Donald Trump, qui sont maintenant révélés, ont été présentés au Premier ministre Benjamin Netanyahu ces dernières semaines et que l’invitation à Washington pour une présentation du plan a été organisée en coordination avec lui.

Netanyahu a déclaré qu’il avait demandé que le leader des Blue & White Benny Gantz soit également invité, peut-être afin de déjouer toute opposition de Gantz au plan proposé.

L’invitation la semaine prochaine coïncide avec les délibérations de la Knesset sur l’immunité de poursuites demandées par Netanyahu, qui fait face à des accusations de corruption, de fraude et d’abus de confiance.

La visite de responsables israéliens coïncide également avec le procès de destitution actuel de Trump au Sénat.

Le président a également déclaré que les informations rapportées par les médias détaillant des parties du plan étaient incorrectes.

Des sources israéliennes qui ont vu le plan autorisent Israël à annexer 30% à 40% de la zone C de Cisjordanie, qui est aujourd’hui sous contrôle civil et sécuritaire israélien. Dans ces zones, la souveraineté israélienne sera étendue à ses seules colonies, y compris celles situées en dehors des blocs principaux et dans d’autres zones, la domination israélienne inclura l’ensemble du territoire.

Le plan américain suggère qu’Israël étend immédiatement sa souveraineté à toutes les colonies de Cisjordanie sauf 15 pour créer l’intégrité territoriale.
Le plan de paix laisse également Jérusalem dans son intégralité entre les mains d’Israël, les Palestiniens ne bénéficiant que d’un accès symbolique à la ville.

Cela met fin aux paramètres proposés par Bill Clinton à partir de 2000, qui ont laissé le bassin sacré et les quartiers palestiniens de Jérusalem-Est entre les mains de l’Autorité palestinienne.

Les Palestiniens se verraient attribuer leur propre État, bien qu’il soit sévèrement restreint. Il ne serait pas autorisé à avoir une armée, ne serait pas autorisé à forger des alliances avec d’autres pays et n’aurait aucun contrôle sur son espace aérien ou ses frontières.

Les Palestiniens devraient également démilitariser la bande de Gaza et désarmer ses dirigeants du Hamas.

Le plan américain comprend une intention déclarée de voir les réfugiés juifs qui ont fui les pays arabes en parité avec les réfugiés palestiniens qui ont fui l’État israélien naissant, annulant ainsi la nécessité d’une solution au droit de retour des réfugiés palestiniens en Israël, bien qu’un nombre symbolique être autorisé à revenir.

Le plan américain suggère également un échange de terres pour compenser les Palestiniens pour une partie du territoire qu’ils risquent de perdre.
La Maison Blanche estime que le plan économique dévoilé lors de la conférence de Bahreïn en juin 2019 fournira une incitation au peuple palestinien, qui exigera que son leadership adhère à l’Accord du siècle.

Des sources proches de la Maison Blanche disent que le gendre et assistant de Trump, Jared Kushner, a engagé des pays sunnites pour promettre 50 milliards de dollars d’aide à l’Autorité palestinienne.

L’équipe Trump visait également à créer un pare-feu entre les dirigeants palestiniens et les pays arabes modérés afin de déjouer toute tentative de bloquer le plan proposé.

Des dirigeants arabes tels que le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman auraient déclaré qu’ils avaient auparavant gaspillé de l’argent pour les Palestiniens, mais cela allait maintenant changer.

La différence entre les plans de paix antérieurs et le plan Trump est qu’il y a plus de deux partenaires dans l’accord proposé. Avec les dirigeants du Golfe à bord, selon la Maison Blanche, les Palestiniens ne seront pas en mesure de créer un faux récit.

« Les plans passés étaient un théâtre qui n’a causé que violence et mort », ont déclaré des responsables américains. « Ce plan n’a pas de date butoir, il faudra de la patience. »

Les responsables israéliens, cependant, pensent qu’il n’y a pas d’option pour qu’un plan de paix réussisse avec une seule des parties au conflit à bord.
L’administration a tenté de recruter des faiseurs d’opinion de droite pour soutenir le plan. Ils sont principalement préoccupés par la réaction du ministre de la Défense Naftali Bennett, qui s’est déjà prononcé contre la création d’un État palestinien.

%d blogueurs aiment cette page :