Mariage l’Admour Hazaken, et de la Rabbanit Sternah Segal  le 12 Mena’hem Av 5520 (1760)

C’est en ce jour, le vendredi, veille du Chabbat Na’hamou, que fut célébré, à Vitebsk, le mariage de l’Admour Hazaken, à l’âge de quinze ans et de la Rabbanit Sternah, fille du riche Rav Yehouda Leïb Segal de Vitebsk et de son épouse Beïla.

La Rabbanit Sternah était une femme d’une grande stature morale et d’une profonde pudeur, une femme de valeur, intelligente et sage. Ses propos étaient toujours avisés et, à différentes reprises, comme en témoigne l’histoire de la ‘Hassidout, elle fit don de sa propre personne pour son mari, l’Admour Hazaken, qui lui témoignait un profond respect. (Atéret Mal’hout, à la page 19)

Après son mariage, l’Admour Hazaken résida à Vitebsk pendant quelques années. C’est alors qu’il se servit de sa dot pour créer des villages, dans lesquels il installa les Juifs souhaitant se consacrer au travail de la terre. (Yemeï ‘Habad, à la page 227)

La Rabbanit Sternah eut une longue vie, jusqu’au mariage de son petit-fils, le Tséma’h Tsédek. Elle est enterrée à Loubavitch, près des autres épouses de nos maîtres.

Le Rabbi précédent fit l’acquisition du 770 le 12 Av 5700 (1940)

Le Rabbi Rayats fit l’acquisition du bâtiment se trouvant au 770, Eastern Parkway, «  la maison de notre maître à Babel  ». Celui-ci avait été construit en 5693 et son précédent propriétaire était un médecin, qui y avait aménagé une petite clinique.

Les principaux donateurs qui permirent cette acquisition furent les fils du Rav Moché Eliezer Kremer, le premier président de l’association des ‘Hassidim ‘Habad aux Etats-Unis. Ceux-ci étaient, à l’époque, les principaux donateurs du mouvement Loubavitch.

Le coût du bâtiment fut de trente mille dollars. Le paiement n’en fut achevé qu’après le décès du Rabbi Rayats, le Roch ‘Hodech Sivan 5710.

Le premier paiement était d’un montant de cinq mille dollars, auxquels s’ajoutaient deux mille dollars de travaux, pour l’aménagement des locaux. Sept mille dollars étaient donc nécessaires. Cinq mille furent collectés parmi les ‘Hassidim et deux mille furent empruntés.

Le ‘Hassid, Rav Chlomo Aharon Kazarnovski, président du comité d’acquisition de ce bâtiment, considérait ce jour comme une fête et, chaque année, à cette date, il ne disait pas le Ta’hanoun. En outre, il organisait, à cette date, une réunion ‘hassidique, au cours de laquelle il invitait tous les présents à dire Le’haïm.

Au milieu du mois de Mena’hem Av, le Rabbi Rayats vint visiter le bâtiment du 770, Eastern Parkway et il indiqua de quelle manière devait être disposée la salle de la synagogue. Quelques personnes l’accompagnaient et, pour la première fois en ce lieu, ils récitèrent ensemble la prière de Min’ha, puis celle d’Arvit.

Le Rabbi Rayats figurait assis parmi les présents. On apporta de l’eau-de-vie et tous dirent Le’haïm. Le Rabbi accorda ensuite la bénédiction suivante  : «  Que D.ieu, béni soit-Il, fasse que cette demeure soit fixée en l’esprit de chacun, pour la Torah et pour Son service, mais qu’elle soit aussi une demeure provisoire, de sorte que, très prochainement, nous nous trouvions en Terre sainte, avec notre Machia’h  ».

Thème de réflexion  : le 770, Eastern Parkway est le centre international de ‘Habad, comme le fut, dans le temps, la ville de Loubavitch.

Ce bâtiment porte plusieurs noms  :

  1. Le «  770  » est le nom le plus courant qu’il porte, dans le lexique ‘Habad. Il apparaît, en outre, dans les causeries du Rabbi.
  2. La mention  : «  Maison de l’association des ‘Hassidim ‘Habad, Ohel Yossef Its’hak  » figure, en toutes lettres, à l’entrée principale du bâtiment, conformément aux directives du Rabbi, qui furent données après le vol de livres sacrés, dans ce bâtiment.
  3. Une causerie du Rabbi, publiée dans un fascicule spécifique, en 5752, parle de la  : «  Maison de notre maître, à Babel  ». Le Rabbi y explique la valeur d’une maison d’étude particulière, en chaque génération, comparable à celle des Sages de la Guemara, à Babel.
  4. L’expression  : «  Beth Machia’h  », la maison du Machia’h, a la même valeur numérique que l’adresse du bâtiment, soit sept cent soixante-dix.
  5. L’expression  : «  Beth ‘Hayénou  », la maison de notre vie, rappelle que ce bâtiment distribue la vitalité à tous les ‘Hassidim ‘Habad.
  6. Enfin, l’expression  : «  Quatre coudées du chef de notre génération  » indique que le 770, Eastern Parkway est l’adresse fixe du chef de la génération.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars