Pour célébrer les soixante-dix ans de leadership du Rabbi, le JEM présente une initiative mettant en valeur l’influence durable du Rabbi.

Soixante-dix courts métrages explorant différents événements, idées ou personnalités impactés par le Rabbi.

Regardez, apprenez et soyez inspiré.


Choisir les sous-titres en français

 

BARUCH Na’hshon est né à Haïfa, dans ce qui était alors la Palestine britannique, il y a 80 ans de parents qui avaient fui l’Holocauste depuis la Pologne. Quand Na’hshon avait 11 ans, son père a reconnu son talent pour le dessin et Baruch a commencé à apprendre avec Solomon Narinski Naroni, l’un des premiers photographes connus en Terre Sainte et un ami proche d’Yitzhak Ben-Zvi, le deuxième président. Naroni aurait rencontré et serait devenu le seul élève de Paul Cézanne dans le home studio du Français.

«De Naroni, j’ai appris une attitude sainte envers la création artistique. Ce n’est pas une blague. Pas d’amusement. C’est une expression de la providence divine, voir les choses de l’âme», a déclaré Na’hshon.

Si ses parents ont reconnu ses dons artistiques, ils l’ont tellement surveillé qu’il considère les 16 premières années comme une vie en prison.

«Je ne suis jamais allé à Tel Aviv ou au Kinneret», a-t-il déploré.

«Si vous marchez le long des montagnes et voyez toute la flore, si vous voyez le comportement des animaux, si vous écoutez la nature, vous recevez beaucoup.»

À 16 ans, Na’hshon a commencé son service militaire. Après avoir terminé son service militaire, il est allé à la yeshiva et a commencé à apprendre.

«Je n’étais pas le candidat idéal pour une étude talmudique systématique yeshiva. Cela m’a frustré. J’avais un esprit rebelle. Mais tout a changé après que j’ai été invité à une célébration Youd-Tes-Kislev à Kfar Chabad, commémorant la libération du rabbin Schneur Zalman de Liadi, fondateur du Hassidisme Habad, de l’emprisonnement en Russie. Le niggun, les douces mélodies, ne ressemblaient à rien de ce que j’avais entendu auparavant. Cela m’a amené à écrire au Rabbi Loubavitch, qui vivait à Brooklyn, dans l’espoir qu’il puisse répondre à mes questions sur l’art.

«Je voulais donner vie à différents versets de la Torah et des prophètes, aux thèmes de galut [exil] et geula [rédemption]. Mais je ressentais aussi de la frustration, manquant de technique et de savoir-faire pour atteindre mes objectifs. Le Rabbi a répondu une longue réponse. Dans sa lettre, il a répondu à mes questions.

Na’hshon se demandait comment un rabbin à des milliers de kilomètres qui ne l’avait jamais vu pouvait donner des conseils appropriés.

Il était tellement attiré par le savoir que les Na’hshons, les jeunes mariés, ont rassemblé des fonds pour voyager à New York, ne sachant pas ce qu’ils y trouveraient ou y feraient.

Na’hshon a demandé une audience avec le Rabbi et le même jour que son arrivée, une réunion de trois heures transformatrice de vie a commencé à minuit dans le bureau du Rabbi au siège de Loubavitcher, la synagogue 770 sur Eastern Parkway.

«Partout où je vais, je devais apporter mes peintures, m’avait dit le Rabbi. Le Rabbi m’a donné une bourse et m’a dit de trouver une école d’art pour étudier – mais avec des conditions strictes pour élever l’art d’une manière casher. La plupart des écoles d’art exigeaient de dessiner à partir de modèles nus et de sculpter la forme humaine, ce qui n’était pas acceptable.

J’ai donc dû refuser plusieurs offres jusqu’à ce que je trouve enfin une place à l’École des arts visuels.

L’art créé au cours des deux années de Baruch Na’hshon à New York, de 1963 à 1965, est devenu la première et la seule exposition autorisée par le Rabbi au 770, siège mondial de Chabad Lubavitcher, où l’inauguration a été suivie par le Rabbi lui-même.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars