Un éminent philanthrope de la communauté juive de Détroit a un jour demandé au Rabbi précédent de venir chez lui pour une visite et de faire une promesse de don d’une valeur de deux millions de dollars à des œuvres de charité de Loubavitch.

En 1929, après avoir été contraint de quitter l’Union soviétique, le Rabbi précédent, Rabbi Yossef Its’hak Schneersohn, était à la recherche d’un endroit où établir le siège du mouvement Loubavitch. Ayant besoin de renforcer la vie juive aux États-Unis et de collecter des fonds pour les Juifs persécutés par le régime communiste, il arrive sur les côtes américaines.

Ce sera un long voyage, qui comprendra une visite, en avril 1929, à Détroit, dans le Michigan. Là-bas, le Rabbi est peiné par ce qui l’accueille : « L’étude de la Torah parmi les Juifs américains a décliné et l’ignorance du judaïsme est endémique aux États-Unis. On perd tout le sens du raffinement et l’on devient vulgaire et rustre ici. »

Lorsqu’un journaliste lui demande si l’assimilation était en hausse, le Rabbi précédent a expliqué qu’il voyait les choses différemment.
« Les questions spirituelles ne peuvent pas être jugées en chiffres », a-t-il expliqué. « Dans les questions matérielles, la force numérique est un facteur, mais ce n’est pas le cas lorsqu’il s’agit de questions spirituelles. Même si seulement cent personnes conservent leur dévotion contre mille qui ne le font pas, les cent triompheront, car leur force est spirituelle, et donc supérieure. »

c’est alors qu’un membre éminent de la communauté juive de Détroit demanda au Rabbi précédent de bien vouloir lui rendre visite à son domicile. Sachant que le Rabbi n’avait pas l’habitude de faire de visites privées, il promit de faire un don de 25 000 dollars (l’équivalent d’un demi million de dollars aujourd’hui) aux organisations caritatives Loubavitch.

Le Rabbi  refusa.

Le philanthrope insista, disant qu’il quadruplerait le montant. le Rabbi répondit à nouveau qu’il ne pouvait pas accepter l’invitation  :

« Si vous voulez soutenir des activités de bienfaisance, vous devez le faire sans condition et j’écrirai une lettre de remerciement en retour. Il y a des personnes qui ne sont pas aussi riches que vous et qui méritent peut-être davantage une visite. Je ne veux pas faire de différence entre une personne et une autre. Je ne peux pas honorer quelqu’un simplement parce qu’il est riche ».

%d blogueurs aiment cette page :