La télévision d’État a déclaré que l’épidémie pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour la population iranienne si elle ne suivait pas les recommandations médicales.

La chaîne de télévision publique iranienne a émis mardi son avertissement le plus radical à propos du nouveau coronavirus, affirmant que l’épidémie pourrait tuer des « millions » en République islamique si la population continue de voyager et d’ignorer les recommandations médicales.

Environ 9 sur 10 des plus de 17 000 cas confirmés dans la région proviennent d’Iran, où les autorités ont nié pendant des jours le risque d’épidémie. Maintenant, de nouveaux contrôles ont été mis en place pour ceux qui tentent de sortir des grandes villes avant Nowruz, le nouvel an persan, mais les zones de quarantaine ont été évitées.

La situation demeure malgré le fait que le nombre de décès dans le pays a encore augmenté de 13% mardi. Le virus a tué 135 personnes supplémentaires, pour atteindre un total de 988 décès parmi plus de 16 000 personnes infectées (officiellement), selon le porte-parole du ministère de la Santé, Kianoush Jahanpour.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a averti que le gouvernement iranien tentait de cacher le véritable le bilan du virus sur la population. « Les États-Unis sont profondément préoccupés par les informations indiquant que le régime iranien pourrait avoir supprimé des informations sur l’ampleur de l’épidémie dans ce pays », a déclaré Pompeo.

Pendant ce temps, des fondamentalistes chiites ont fait irruption dans les cours de deux grands temples qui avaient fermé leurs portes par crainte du nouveau coronavirus, ont rapporté mardi les médias officiels iraniens, alors que la République islamique continuait d’essayer de contrôler la pire épidémie du Moyen-Orient.

Lundi soir, une masse d’adorateurs en colère est entrée dans les cours des temples de l’Imam Reza à Mashhad et Fatima de Masumeh à Qom. Normalement, les foules y prient souvent 24 heures par jour, sept jours par semaine, touchant et embrassant le temple. C’est ce qui inquiète les autorités médicales qui, pendant des semaines, ont ordonné aux religieux chiites de fermer les établissements.

La télévision d’Etat avait annoncé à l’avance la fermeture des temples, ce qui a provoqué des mobilisations et des protestations.

Les temples iraniens attirent des chiites de tout le Moyen-Orient pour les pèlerinages, contribuant probablement à la propagation du virus dans toute la région. L’Arabie saoudite a fermé les sites les plus sacrés de l’Islam, de La Mecque et de Médine, par peur de la propagation.

Le président du pays, Hassan Rouhani, a déclaré mardi que malgré les fermetures, « notre âme est plus proche des saints que jamais ».

La télévision d’Etat a rapporté que l’Iran avait mobilisé des équipes pour surveiller ceux qui quittaient les grandes villes de 13 provinces, dont la capitale Téhéran. Mais le pays compte 31 provinces et les autorités n’ont pas pris de mesures restrictives, ce que certains alliés comme l’Irak et le Liban ont fait.

Les opérateurs contrôlent la fièvre des voyageurs et envoient ceux qui présentent des symptômes aux centres de quarantaine. L’Iran a demandé à la population de rester chez elle, mais beaucoup ont ignoré la demande.

Dans une tentative apparente de limiter la propagation, l’Iran a libéré 85 000 détenus en liberté provisoire, a déclaré mardi le porte-parole judiciaire Gholamhossein Esmaili.

Le Sultanat d’Oman a annoncé que toute personne de l’étranger doit se mettre en quarantaine obligatoire avant d’entrer dans le pays.

Pendant ce temps, en Israël, le ministère de la Défense devait déployer son plan d’utiliser des installations hôtelières presque vides, ravagées par le crash du tourisme, comme centres de récupération pour les patients diagnostiqués avec COVID-19, la maladie causée par le virus.

Mardi, deux hôtels ont commencé à recevoir des patients et d’autres suivront probablement. Les installations doivent être supervisées par des responsables médicaux, les patients étant mis en quarantaine dans les chambres, et la nourriture et les autres équipements livrés dans les chambres par le personnel protégé de l’hôtel.

Le ministre israélien de la Défense, Naftali Bennett, a ordonné mardi de n’autoriser en Israël que les travailleurs et commerçants palestiniens dont le travail est jugé essentiel dans les domaines de la santé, de l’agriculture, des soins infirmiers et de la construction. Les travailleurs admis resteront en Israël pendant un à deux mois.

En outre, après une approbation du Cabinet pendant la nuit, le service de sécurité interne du Shin Bet d’Israël a déclaré qu’il commence à déployer sa technologie de suivi téléphonique pour lutter contre la propagation du virus.

Le Shin Bet a insisté sur le fait que l’utilisation est utilisée uniquement pour aider à « sauver des vies » et avertir ceux qui ont été exposés. Dans un souci de confidentialité, il a déclaré que la technologie ne sera pas utilisée pour appliquer les quarantaines et que les données ne seront stockées que temporairement et disponibles pour un groupe restreint d’agents. L’ordonnance d’urgence sera en vigueur pendant 30 jours.

%d blogueurs aiment cette page :