Mise à jour sur le coronavirus pour la communauté de Crown Heights, de la Gedaliah Society et du Dr Eli Rosen: Une augmentation de nouveaux cas dans la communauté a été signalée, et comment cela peut affecter l’école, la synagogue et les visiteurs.

 

Nous continuons à voir de nouveaux cas à Crown Heights, y compris des cas de propagation communautaire, indiquant que le virus se propage parmi nous. Cette tendance inquiétante se reflète dans nos communautés orthodoxes voisines de New York, qui connaissent également de nombreux nouveaux cas, malheureusement.

Vous trouverez ci-dessous un graphique des cas à Crown Heights, exprimé comme une moyenne mobile sur 7 jours des cas quotidiens (afin de mieux communiquer le changement au fil du temps).Comme on peut le voir, le nombre absolu de cas reste faible, mais nous constatons une augmentation inquiétante de la fréquence des cas. Une caractéristique critique supplémentaire est que, alors qu’en juillet les cas étaient tous ceux provenant de zones hotspot, nos cas récents en incluent maintenant une poignée qui semblent être disséminés dans la communauté.

Plus de cas de réinfection ont été signalés dans le monde entier ainsi qu’ici, mais pour le moment, il semble être un phénomène assez rare. Le mois prochain sera très révélateur, car de nombreuses études considèrent que ceux qui ont eu le virus sont peu susceptibles d’être infectieux ou d’être réinfectés.

En plus de ce qui précède, nous avons maintenant des enfants qui reviennent des colonies de vacances (dont beaucoup semblent avoir eu des épidémies), des voyageurs rentrant chez eux et un afflux d’étudiants et d’invités, et par conséquent, nous connaîtrons probablement une augmentation du nombre de cas sur une base quotidienne.

Que signifient ces faits pour le membre moyen des anash vivant ici à Crown Heights et que devrait-on faire pour remédier à la situation?

Les membres des anash qui restent vulnérables (principalement ceux qui n’ont pas eu la maladie, même ceux qui ont eu la maladie peuvent avoir perdu une partie de l’immunité), et sont à haut risque (en raison de la vieillesse ou d’une maladie sous-jacente, y compris l’obésité) ont besoin de se protéger. Nous vous suggérons de prendre les mesures suivantes, sachant à quel point ce sera difficile à réaliser.

  • Les personnes à risque doivent être prudentes lorsqu’elles ouvrent leur maison à des parents et amis susceptibles d’être porteurs du virus. La meilleure politique, mais non infaillible, serait de recevoir uniquement ceux qui ont déjà contracté le virus, en faisant attention à tout moment, de ne pas recevoir trop d’invités dans des petits appartement. Les invites porteront des masques en mangeant. De plus, évitez d’être en contact avec toute personne qui devrait être en quarantaine ou qui ne se sent pas bien.
  • Offices des synagogues: Les minyanim extérieurs où il y a de l’espace et de l’air frais sont toujours préférables. Sinon, trouvez une synagogue avec un minyan stable, peu encombré, où la distanciation est possible. Nous ne considérons pas les Kiddouch, où les masques sont retirés, comme un endroit sûr.
  • Le trafic du 770, ainsi que les difficultés physiques de mise à distance et le port de masque, en font un lieu particulièrement risqué. Nous conseillons à ceux qui sont vulnérables de ne pas y prier.
  • Évitez les réceptions intérieures bondées. Des études ont montré que chanter / parler ensemble fort à l’intérieur, et même danser ensemble à l’extérieur, est un moyen le plus efficace de propager le virus.
  • Porter un masque. Beaucoup de choses ont été dites pour et contre, mais il ne s’agit pas d’une question politique / sociale, mais médicale. Il est clair que si toutes les parties portent des masques à tout moment en public, la propagation du virus sera réduite drastiquement. Il est également vrai que pour beaucoup, le port d’un masque est gênant et semble inutile. Présenté avec des directives rationnelles, peut-être que le port de masque intelligent aura lieu.
  • Tous ceux qui sont vulnérables devraient porter un masque lorsqu’ils se trouvent dans un forum public (sauf lorsqu’ils marchent sur un trottoir calme. En plus du degré de protection du masque, il sert également de signe aux autres que vous êtes vulnérable.
  • Tout le monde, y compris ceux qui ont déjà contracté la maladie, lorsqu’ils sont en contact social étroit avec des étrangers (pas la famille immédiate) devrait porter un masque. Ceci est très utile dans le cas où une personne serait à son insu porteur du virus.
  • Dans tout environnement intérieur bondé où un contact social étroit est inévitable, il faut porter un masque. Lors des réceptions de mariage ou autre et des grands rassemblements de personnes, même à l’extérieur, le masque doit impérativement être porté.
  • Celui qui est en quarantaine mais qui est dans l’obligation de sortir à des fins essentielles doit être scrupuleux de porter un masque à tout moment et ne pas entrer en contact avec les autres.
  • L’autre aspect de la protection des personnes vulnérables et de la non propagation du virus est la responsabilité que chacun de nous a envers ses semblables. S’il vous plaît, s’il vous plaît, si vous ou vos enfants ne vous sentez pas bien, même si vous considérez que c’est absolument rien qui vous retiendrait normalement, ce sont des moments nécessitant une action différente.
  • RESTEZ À LA MAISON si vous présentez des symptômes même mineurs et organisez un test. Vous devez vous isoler jusqu’au résultats du test. En cas de test positif, veuillez suivre les recommandations de votre professionnel de la santé en matière d’isolement et de quarantaine, le cas échéant. Il faut souligner à nouveau que l’isolement / la quarantaine nécessite de rester tout le temps dans son lieu de résidence. Une personne présentant des symptômes bénins peut très bien être contagieuse. Une extrême prudence (aller au-delà de votre zone de confort) afin de protéger les autres est à l’ordre du jour. Dans la même veine, pour se protéger, il faut éviter d’être en contact avec d’autres personnes qui ont des symptômes même légers.
  • Au retour des écoles, cela est également critique. Si les écoles doivent continuer à fonctionner normalement, nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir plusieurs cas dans n’importe quelle école. Tout enfant qui ne se sent pas bien ne doit pas aller à l’école. Les enfants / enseignants qui sont en quarantaine non plus. Tous les mécanismes de protection dans les écoles échoueront si des enfants ou des enseignants malades vont à l’école et compromettent ainsi les efforts pour maintenir les écoles ouvertes.
  • En conclusion, le fait de ne pas déclarer sa maladie due au COVID-19 à ceux qui pourraient avoir besoin de prendre des mesures et de se protéger est une pratique dangereuse. Il n’y a aucune gêne à être malade ou à exposer les autres par inadvertance. Dites-le à ceux avec qui vous avez eu des contacts afin qu’ils ne deviennent pas eux-mêmes des diffuseurs du virus autour d’eux.

Puissions-nous avoir seulement de bonnes nouvelles et en bonne santé.

Ktiva Ve’hatimah Tovah,

The Gedaliah Society, en collaboration avec le Dr Rosen

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :