Dans un discours prononcé lors d’un événement a l’occasion de la fin des fonctions du chef du ministère de la Santé, le Premier ministre a déclaré que si la situation ne s’améliore pas, des “mesures fermes” seront prises. L’officiel sortant a noté que bien que beaucoup de choses aient été apprises sur COVID-19, “nous ne savons toujours rien.”

 

Ynet

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a averti jeudi que si le public israélien continuait à ignorer les directives sanitaires, le gouvernement devrait prendre des “mesures fermes” pour arrêter la propagation du coronavirus.

Les remarques de Netanyahou ont été exprimées lors d’une cérémonie d’adieu spéciale pour Moshe Bar-Siman-Tov, directeur général sortant du ministère de la Santé, qui a démissionné le mois dernier après avoir été fortement critiqué pour avoir recommandé des restrictions trop sévères pour lutter contre COVID-19. .
“Il n’y a pas d’autre moyen [d’améliorer la situation], les citoyens doivent changer leur comportement. Sinon, nous devrons prendre de nouvelles mesures fermes”, a averti Netanyahou.
“Nous avons ralenti la réouverture [de l’économie] et nous travaillons pour que la courbe s’aplatisse”, a déclaré le Premier ministre. “Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que l’augmentation [de la contagion] cesse”, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre n’a pas exclu de réimposer des fermetures afin de stopper la propagation du virus.

Netanyahou a ensuite salué le dévouement de Bar-Siman-Tov pour son travail malgré les critiques sévères du public et d’autres ministres.
“Vous avez fait face à des vagues de critiques, parfois très cruelles et vicieuses. Vous l’avez fait en silence, avec confiance et avec une grande responsabilité lorsque vous vous êtes adressé à la population.”

Le chef de la santé sortant a pour sa part déclaré que jusqu’en février de cette année, il pensait que le travail accompli pendant la saison annuelle de la grippe en Israël avait été le plus complexe.
“Puis est venu le coronavirus”, a-t-il expliqué. “La campagne [contre le virus] n’est pas terminée et devient encore plus compliquée. L’arrivée d’une deuxième vague n’est pas certaine, cela dépend des politiques et du leadership”, a-t-il ajouté.

Bar-Siman-Tov a déclaré que bien que beaucoup de choses aient été apprises sur le virus, “nous ne savons toujours rien”.

 

 

Publicités
WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG