Ayelet Mamo Shay se sentait impuissante. La femme d’affaires et auteure israélienne qui vit à Gibraltar a appris que son fils, étudiant à l’université de Londres, devait être mis en quarantaine pendant 14 jours. «Un étudiant qui vit au même étage que lui a été testé positif au coronavirus et mon fils a donc été invité à se mettre en quarantaine car il pourrait être infecté», a-t-elle déclaré.

Incapable de monter dans un avion à cause des restrictions COVID, la mère juive s’inquiétait. «Mon fils était si loin de moi. Je m’inquiétais, non seulement du fait qu’il contracte le virus, mais de ce qu’il mangerait pendant les deux prochaines semaines. Son université se trouve à une heure de trajet de Golder’s Green, le centre juif de Londres, mais sa mise en quarantaine signifiait qu’il ne pouvait pas y aller pour acheter de la nourriture casher comme il le fait habituellement.

Ayelet a posté dans un groupe Whatsapp pour hommes d’affaires israéliens à l’étranger appelé Hul-Mehudar. En quelques secondes, les gens ont répondu et elle a été mise en relation avec le Rav Shneor Glitzenstein du Beth Habad pour israéliens à Golders Green. Il l’a dirigée vers le Rav David Cohen, émissaire pour les étudiants et jeunes professionnels de ‘Habad dans le sud de Londres, car il était le plus proche de l’université.

«Le Rav Cohen était gentil et attentionné. Il m’a dit qu’il était hors de la ville, mais il m’a mis en contact avec sa femme », a expliqué Ayelet.

«Peu de temps après, l’incroyable Sarah Cohen m’a appelé. Elle m’a demandé les détails spécifiques des préférences alimentaires de mon fils et s’est fait une liste de ce qu’il fallait lui préparer et de ce qui le ferait se sentir mieux à ce moment.

«Le lendemain, Sarah a fait le voyage d’une heure et vingt minutes à Kosher Kingdom à Golders Green pour qu’elle puisse préparer tous les plats préférés de mon fils.

Sarah a préparé des viandes, du poulet, des escalopes et des spaghettis à la bolognaise avec une variété d’accompagnements. Et bien sûr, elle a apporté des Bamba, des Bissli et toutes sortes de collations israéliennes pour qu’il se sente le plus près possible de chez lui.

«J’écris sur cette marque d’attention avec les larmes aux yeux», a écrit Ayelet dans un post sur sa page Facebook. «Des larmes de bonheur, de gratitude et de fierté d’être juive, que notre peuple soit prêt à s’entraider, même ceux que nous ne connaissons pas, dans n’importe quel coin du monde.»

Dans le post, elle a remercié ses amis sur Hul-Mehudar, tous ceux qui ont essayé de l’aider avec des connexions ou des idées originales. «Et l’incroyable Rav Cohen, sa femme Sarah et tous les incroyables gens de ‘Habad qui peuvent être trouvés dans tous les coins du globe répandant la lumière et faisant le bien avec tant de joie et d’amour dans leur cœur.

Ayelet Mamo Shay est cofondatrice et directrice de Benefit Business Solutions Ltd et présidente de la Chambre de commerce Gibraltar-Israël . Ayelet est journaliste et auteur de «Relocation Darling, Relocation», et fondatrice et organisatrice de la Journée des relocalisations israéliennes à l’étranger.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars