En raison de la malheureuse épidémie de coronavirus, des millions de personnes à travers le monde sont placées sous quarantaine et isolement médicalement obligatoires. La question est posée de savoir comment un juif qui se trouve dans ces conditions doit accomplir les Mitsvot de la fête de Pourim. Il va sans dire que l’on ne peut pas faire des compromis sur les directives médicales et sortir de son état d’isolement, même dans le but d’accomplir les Mitsvot de Pourim. Cependant, voici quelques directives qui peuvent être suivies:

Lecture de Meguila:
La personne en quarantaine ne peut pas quitter son domicile, même pour lire ou entendre Megillah. Cela s’applique de jour comme de nuit et s’applique aux hommes et aux femmes.

Cependant, si la personne n’est pas malade et ne montre aucun signe ou symptôme de la maladie, alors il faut essayer de faire en sorte que quelqu’un lui lise la Megillah de l’extérieur de sa maison, par exemple près d’une fenêtre ou près de l’escalier d’un copropriété, devant la porte.

Alternativement, on doit faire déposer une Megillah casher chez eux et la lire eux-mêmes avec une bénédiction s’ils savent lire avec une ponctuation appropriée. [On peut à cet effet écouter au casque un enregistrement de la lecture de la Megillah, puis lire à haute voix]

Si toutes les options ci-dessus ne sont pas réalisables, alors on est exempté de la lecture de Megillah en raison d’Oness, force majeure.

Toutefois, sans réciter de bénédiction, on peut se brancher sur une lecture en direct via Internet ou par téléphone, en sachant que l’on ne remplit pas son obligation en le faisant, néanmoins il n’y a rien à perdre.

Mishloah Manot et Matanot Laevyonim :
Pour accomplir cette mitsva, on peut convenir d’un membre de la famille ou d’un magasin pour livrer Mishloah Manot en son nom le jour de Pourim.

Seoudat Purim :
De manière isolée sans avoir d’invités présents.

%d blogueurs aiment cette page :