Par le Rav Haïm Mellul

 

Vous m’écrivez qu’il y a deux conceptions, concernant celui qui reste éveillé toute la nuit. Doit-il prier, puis aller se reposer, ou bien dormir tout d’abord pendant quelques heures et prier ensuite ?

Il est impossible de fixer des règles définitives, en la matière, car tout dépend de la manière dont chacun conserve l’esprit clair. L’un priera mieux s’il dort au préalable, alors que l’autre, bien au contraire, s’il ne dort que quelques heures, d’une manière insuffisante, en sera troublé, durant sa prière.

Or, on connaît l’immense importance de la prière et j’ai entendu, une fois, mon beau-père et maître, le Rabbi relater que, parfois, son père, le Rabbi Rachab, dont la mémoire est en Eden, dans la matinée suivant le premier soir de la fête de Chavouot, dormait quelques heures et il priait uniquement après cela. Adoptait-il systématiquement cette attitude, ou bien l’a-t-il fait uniquement quelques fois ? Je n’ai rien entendu, à ce sujet.

(Lettre du Rabbi, Iguerot Kodech, tome 9, page 239)

 

 

Vous me demandez si vous devez prier très tôt, quand vous n’avez pas dormi toute la nuit, ou bien s’il est préférable de dormir un peu, au préalable, afin de se préparer à prier D.ieu. Tout dépend de votre capacité à ne pas vous endormir.

Je n’ai pas reçu de directive, en la matière, mais, à mon avis, dès lors que la Kavana est indispensable, pendant la prière, au point que son absence la disqualifie, il est, de façon générale, préférable d’opter pour la seconde possibilité. Combien plus en est-il ainsi le temps de la prière quand il s’agit de ‘Hassidim, de ‘Hassidim ‘Habad, qui ont entendu parler de la grandeur de la prière, ou bien même qui l’ont étudiée.

(Lettre du Rabbi, Iguerot Kodech, tome 3, page 434)

 

 

Vous concluez votre lettre en me disant que, pour différentes raisons, vous commencez à prier, le Chabbat, vers quatorze heures.

Cette information ne me convient pas du tout. On ne peut pas fixer définitivement de telles manières d’agir. Vous comprenez bien la différence qui existe entre commencer la prière tôt et la finir tard, d’une part, la commencer a priori vers quatorze heures, d’autre part.

Vous solliciterez donc le conseil des ‘Hassidim âgés, se trouvant dans votre endroit. Ils vous donneront des directives, en la matière, afin de remédier à cela, sans devoir écourter les préparations qui sont nécessaires pour le service de D.ieu de la prière et pour tout ce qui concerne cette prière elle-même.

En tout état de cause, vous ne pouvez pas commencer votre prière après ‘Hatsot, le milieu de la journée.

%d blogueurs aiment cette page :