CONCRÉTISER NOS CONVICTIONS

Le soir du Séder, la coutume veut que l’on verse une coupe de vin pour le Prophète Elie, annonciateur de la venue du Messie. En effet, la finalité de la sortie d’Egypte est l’entrée en Terre Sainte. Vivre de façon « sainte / transcendante » sur « la terre », c’est-à-dire établir une société juste et harmonieuse ici-bas. Cet idéal est véhiculé par différentes coutumes instaurées plus tardivement aux fils des siècles.

A l’issue de Pessa’h, les communautés séfarades célèbrent la Mimouna. L’étymologie de ce mot vient de Emouna, la croyance ; la confiance dans la promesse que « que c’est en Nissan qu’Israël fut délivré, et c’est dans un Nissan à venir qu’il sera délivré »

Parallèlement dans les communautés d’Europe de l’est, l’après-midi du dernier jour de Pessa’h, il est de coutume de prendre un troisième repas appelé Séoudat Machia’h . Cette tradition fut instaurée par le Baal Chem Tov, le fondateur du ‘hassidisme.
En effet, les derniers jours de Pessa’h sont associées à la venue du Machia’h . La Haftara contient de nombreuses prophéties qui se rapportent à l’ère de la Rédemption et la personnalité du Machia’h. Voici des extraits de ce très beau texte du Prophète Isaïe 10,32-12,6 : « Or, un rameau sortira de la souche de Yichaï (Jessé), un rejeton poussera de ses racines. Sur lui reposera l’esprit de D.ieu : esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de science et de crainte de D.ieu. Animé de la crainte de D.ieu, il ne jugera point selon ce que ses yeux croiront voir, il ne décidera pas selon ce que ses oreilles auront entendu. Mais il jugera les faibles avec justice, il rendra des arrêts équitables en faveur des humbles du pays ; du sceptre de sa parole il frappera les violents et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. (Lire la suite)

La justice sera la ceinture de ses reins, et la loyauté l’écharpe de ses flancs.

Alors le loup habitera avec la brebis, et le tigre reposera avec le chevreau ; veau, lionceau et bélier vivront ensemble, et un jeune enfant les conduira. Génisse et ourse paîtront côte à côte, ensemble s’ébattront leurs petits ; et le lion, comme le bœuf, se nourrira de paille. Le nourrisson jouera près du nid de la vipère.

Plus de méfaits, plus de violences sur toute ma sainte montagne ; car la terre sera pleine de la connaissance de D.ieu, comme l’eau abonde dans le lit des mers. »

Le douzième article des treize principes de foi compilés par Maimonide est «Je crois d’une foi parfaite dans la venue du Machia’h. Même s’il tarde, j’ai confiance et je l’attends à chaque instant ».

Pour beaucoup d’entre nous ce concept de Machia’h reste une abstraction. En participant et à la Seudat Machia’h et à la Mimouna nous renforçons concrètement nos convictions.

Un Midrach enseigne que les quatre verres de vin du Seder de Pessa’h sont liés à la sortie d’Égypte alors que ceux de la Séoudat Machia’h sont liés à la délivrance future. La délivrance d’Égypte a constitué la première étape du processus de la délivrance messianique. Après une semaine passée en famille, dans la joie, l’étude et l’échange entre enfants et parents, on ressent plus profondément la finalité et l’aboutissement de Pessa’h.

RAV YAACOV SPITEZKI  – 054 23 99 791
SHORASHIM
Le centre pour les étudiants francophone
Université Hébraïque de Jérusalem

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :