Un tribunal de l’UE soutient l’interdiction belge de l’abattage casher et halal – et demande même aux Juifs d’intégrer l’étourdissement électrique dans la production de viande.

Les dirigeants des communautés juives d’Europe affirment que l’Union européenne n’interdit pas seulement certaines méthodes d’abattage casher et halal, mais disent aux juifs et aux musulmans comment pratiquer leur religion. L’Union Européenne maintient les interdictions en Belgique de produire de la viande casher et halal, interdisant une pratique selon laquelle le bétail est abattu sans être d’abord assommé électriquement jusqu’à l’inconscience.

Les autorités juives et musulmanes renoncent à l’étourdissement en vertu de lois religieuses similaires qui exigent que les animaux soient conscients lorsqu’ils sont tués pour la viande. Le tribunal et les défenseurs des droits des animaux disent que c’est cruel.

Mais la décision du 17 décembre de la Cour de l’Union européenne va plus loin : remarquablement, le document de 11000 mots suggère que les juifs et les musulmans devraient et pourraient trouver un moyen de permettre aux animaux d’être assommés par électrochoc.

Cet aspect de la décision ravive déjà les débats communautaires internes dans les communautés musulmanes et juives au milieu des allégations selon lesquelles le tribunal érode la séparation de l’Église et de l’État.

« Cette partie est étonnante », a déclaré Shimon Cohen, directeur de campagne de Che’hita UK, une organisation basée à Londres qui fait pression contre les tentatives d’interdire la Che’hita, ou abattage casher. Un tribunal laïc n’a pas « le pouvoir de dire aux gens s’ils peuvent pratiquer des éléments de leur foi.  Je peux être en désaccord avec certaines des restrictions, mais pas avec le mandat. Mais un tribunal laïc n’a pas le droit de me dire comment je dois pratiquer mon judaïsme. C’est un dépassement flagrant. »

Pinchas Goldschmidt, le président de la Conférence européenne des rabbins, a déclaré à l’Agence télégraphique juive que pour le tribunal « chercher à définir la Che’hita est absurde ».

Goldschmidt a rejeté l’interprétation apparente du tribunal de l’étourdissement électrique comme compatible avec le judaïsme. La viande d’animaux qui ont été assommés par quelque moyen que ce soit, y compris l’électricité, avant leur abattage ne peut pas être considérée comme casher, a-t-il déclaré.

Les interdictions en Belgique font partie d’une lutte à travers l’Europe entre les militants du bien-être animal et les représentants des communautés musulmanes et juives au sujet des méthodes d’abattage halal et casher.

Ces dernières années, des militants et des politiciens anti-immigration se sont joints au débat dans une tentative apparente de minimiser l’empreinte de la présence musulmane en Europe, et dans certains cas également juive. Un combat similaire se déroule autour de la circoncision non médicale des garçons, que certains militants des droits de l’enfant jugent cruelle.

La décision sur l’abattage, rejetant une pétition déposée par des groupes musulmans et juifs en Belgique, suggère que, parce que « l’électronarcose » est en soi non létale, les autorités religieuses devraient pouvoir l’adapter dans leurs rituels religieux.

De plus, la décision a déclaré que puisque l’interdiction est limitée à certaines parties de la Belgique, les juifs et les musulmans peuvent toujours obtenir un approvisionnement en viande casher et halal, atténuant l’empiètement sur leur liberté de culte.

Shimon Cohen s’oppose à ces arguments. La science sur ce qui fait qu’un animal souffre moins – un choc électrique ou un coup de couteau tranchant et rapide – est loin d’être établie, a fait valoir Cohen, et sujette à des interprétations religieuses qui dépassent la compétence du tribunal. Quant à l’argument de l’offre, il a noté que les pénuries de viande casher sont déjà courantes en Europe aujourd’hui.

Le tribunal a semblé s’appuyer sur l’autorité d’un vétérinaire musulman qui a témoigné devant une commission parlementaire belge sur l’environnement. Jamal Zahri, un représentant de l’Exécutif des musulmans belges, semblait cautionner l’étourdissement électrique.

« Nous ne sommes pas fermés, ce n’est pas que nous n’en voulons pas », a déclaré Zahri à propos de l’étourdissement électrique. « Nous cherchons seulement à préserver deux exigences musulmanes : que l’animal soit vivant [quand son cou est coupé] et qu’il saigne. Il a ajouté : « C’est ma position de médecin représentant l’Exécutif des Musulmans de Belgique.

La position de Zahri était basée sur certains décrets religieux musulmans qui autorisent l’électronarcose si aucun autre choix n’est disponible. Le judaïsme n’a pas de tels édits, a déclaré Goldschmidt.

Zahri a également privilégié une procédure dans laquelle un animal pouvait être élétriquement étourdi très peu de temps après que son cou soit coupé, limitant les convulsions et, selon certains, la souffrance. Certaines communautés juives et rabbins ont accepté cette méthode, de même que certaines communautés musulmanes. Mais il n’est pas largement accepté dans les deux religions.

Néanmoins, lors du débat parlementaire, où aucun représentant de la communauté juive n’était présent, Zahri a déclaré que l’étourdissement post-coupure et l’électronarcose sont des compromis acceptables pour les musulmans belges.

Ses déclarations ont déclenché un tollé dans sa communauté. L’Exécutif des musulmans belges a désavoué Zahri, publiant une déclaration qui qualifie sa position de « simplement son opinion personnelle » et représentant un point de vue minoritaire.

En plus de patauger dans des zones religieuses dans lesquelles il n’a pas d’activité, a déclaré Shimon Cohen, le tribunal « a regroupé les coutumes musulmanes et juives ». Les deux religions ont des méthodes distinctes pour l’abattage rituel

« La décision du tribunal a autant de sens que de déplacer Chabbat au dimanche parce que les chrétiens sont d’accord avec cela », a déclaré Cohen.

Ironiquement ou non, la décision du tribunal est citée par les partisans juifs de l’étourdissement post-coupure. Ils disent que la méthode satisfait les considérations de bien-être animal et moderniserait la halakha, la loi juive, sans sacrifier ses valeurs fondamentales.

« L’étourdissement post-coupure se produit après que toutes les exigences de la Che’hita casher aient été satisfaites », a déclaré l’une de ces défenseurs, Lilianne Vana, professeure associée spécialisée en études juives à l’Université libre de Bruxelles à Bruxelles. « Il répond à toutes les exigences des parties. Et c’est déjà en train de se produire.

Dans l’ensemble de l’Union européenne, la viande casher occupe une part négligeable du marché, représentant moins d’un pour cent des 2,5 millions de bovins abattus au Royaume-Uni chaque année, a déclaré Cohen. L’industrie de la viande halal, beaucoup plus importante, représentait en 2012 6 % du marché total, selon un document du Parlement européen.

La technique d’étourdissement post-coupe était autrefois utilisée dans certains abattoirs en Autriche, a déclaré  l’ancien grand rabbin de ce pays, Arie Folger, mais n’est plus utilisée. L’Autriche n’a pas d’abattage casher de bovins aujourd’hui.

L’Europe dispose actuellement d’un méli-mélo de lois sur l’abattage rituel. Aux Pays-Bas, un arrangement permet un délai de 40 secondes entre la coupe du cou d’un animal et l’application de la charge électrique. C’est le compromis qui a permis le rétablissement de l’abattage rituel après son interdiction temporaire en 2011.

En 2011, les Pays-Bas ont brièvement rejoint plusieurs pays de l’UE où l’abattage rituel est illégal, notamment le Danemark, la Suède, la Finlande, l’Estonie et la Slovénie. Le Sénat néerlandais a annulé l’interdiction en 2012, invoquant la liberté de culte. La Pologne a également interdit cette pratique en 2013, mais a depuis réduit l’interdiction pour n’inclure que la viande destinée à l’exportation.

La décision de la Cour européenne, basée à Luxembourg, « n’aide pas le combat pour garder la Che’hita légale », a déclaré Cohen, ajoutant cependant que jusqu’à présent, son groupe ne perdait pas le combat.

L’abattage casher en Europe des bovins et des moutons est effectué par des Cho’hatim, ou abatteurs casher, dans des abattoirs réguliers. Les communautés et organisations juives en Europe ne possèdent pas d’abattoirs pour les gros animaux et seulement une poignée d’usines de volaille, a déclaré Cohen.

Pour Vana, la décision met en lumière des questions sur la façon dont le judaïsme orthodoxe peut s’adapter, a-t-elle déclaré.

« Malheureusement, les chefs de communautés juives se sont retranchés dans leur opposition » même lorsque la halakha permettait des changements, a-t-elle déclaré au journal La Libre Belgique.

Le rabbin Menahem Margolin, président de l’Association juive européenne basée à Bruxelles, conteste cette prémisse.

« Sur un continent où les sports de chasse sont des traditions chères et où le commerce des fourrures prospère, ce débat ne porte pas sur le bien-être des animaux », a-t-il déclaré. Les arguments en faveur du bien-être des animaux sur la Che’hita et les débats sur les droits des enfants sur la milah « masquent un conflit idéologique plus large entre les juges laïcs et les gouvernements qui considèrent la religion essentiellement comme quelque chose de stupide, et les personnes de toutes confessions qui doivent se tenir ensemble et insister sur leurs libertés », a-t-il déclaré.

Malgré les déclarations répétées de responsables selon lesquelles l’Europe n’est pas une Europe sans Juifs, Margolin a déclaré que « l’implication pratique de la décision et de l’inaction à ce sujet par les dirigeants de l’UE dit clairement aux Juifs qu’ils n’ont pas leur place sur le continent ».

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars