Israel imposera un blocus dans huit villes et 15 quartiers de Jérusalem. Mais les autorités ont déclaré que la mesure serait plus flexible que celle imposée dans la ville de Bnei Brak. 

Ynet

Le gouvernement a décidé dimanche soir d’imposer un blocus partiel sur huit villes et 15 quartiers de Jérusalem pour une période de sept jours, dans un nouvel effort pour endiguer la propagation du coronavirus en Israël.

La population juive orthodoxe a été la plus durement touchée, à la fois en Israël et dans le monde, car son mode de vie traditionnellement fermé et l’accent mis sur les relations communautaires ont créé les conditions pour la propagation du virus.

Les autorités craignent que le désir de célébrer la fête de Pessa’h inciterai de nombreux membres de la communauté à ignorer les directives du ministère de la Santé et à tenir des réunions familiales avec un grand nombre de personnes.

Le confinement est estimé plus souple que celui effectué dans la ville de Bnei Brak, et les dirigeants locaux ont déjà donné leur approbation à la mesure, qui entrera en vigueur lundi après-midi.

Le comité spécial de la Knesset chargé des efforts de lutte contre l’épidémie a décidé de bloquer les villes à prédominance orthodoxe d’Elad, Beit Shemesh et Modi’in-Ilit, ainsi qu’Ashkelon, Tibériade, Beitar-Ilit, Or Yehuda et Migdal Haemek.

Certains quartiers de Jérusalem qui ont enregistré dimanche 1 301 cas, feront également l’objet d’une fermeture partielle. Au moins 15 quartiers de la capitale, dont Har Nof, Sanhedria et Bayit Vegan, semblent figurer sur la liste des lieux qui seront partiellement bloqués.

Un haut responsable de la santé a déclaré à Ynet que la quarantaine imposée à ce qu’il qualifiait de “zones réglementées” serait plus souple qu’à Bnei Brak, mais les autorités de police surveilleront le respect des directives.

Le Front intérieur fournira un approvisionnement constant en biens et médicaments essentiels à la population des zones restreintes.

Efraim Shifri, une figure éminente du quartier de Har Nof à Jérusalem, a déclaré que les taux d’infection élevés dans la région sont dus au nombre d’étrangers qui s’y trouvent. “Bien que nos consignes de distanciation sociale soient encore plus strictes que les consignes du ministère de la Santé, il y a beaucoup d’hommes d’affaires et d’étrangers ici”, a-t-il déclaré. “Har Nof est comme une gare routière centrale, de nombreux voyageurs en provenance de l’étranger ont infecté bon nombre de nos résidents”, a-t-il ajouté.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, s’est fermement opposé à la fermeture des quartiers orthodoxes de la capitale, craignant qu’une telle mesure ne soit pas efficace. «Imposer un blocus aux quartiers orthodoxes n’est pas une solution. Les citoyens de ce secteur de la société ont un taux de fécondité élevé, de nombreux membres d’une même famille vivent sous le même toit, ce qui rend leur isolement plus difficile des malades du reste de la population “, a expliqué Lion.

Le gouvernement est également disposé à prolonger le confinement à Bnei Brak pour quatre jours supplémentaires.

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri étaient contrariés par le fait que la plupart des communautés, que les autorités envisagent de bloquer, sont majoritairement orthodoxes, appelant à des changements dans les critères d’action. de ce type. Les autorités ont demandé que ces décisions soient prises en fonction du nombre de cas confirmés de coronavirus dans la même ville et non en fonction du taux de propagation de la maladie.

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :