Ils n’ont pas pu rentrer, ou ont préféré ne pas se rendre dans les aéroports. En Argentine, au Pérou ou en Equateur, chaque histoire d’Israélien bloqué pour le Seder de Pessa’h est spéciale.

 

Il y a encore des centaines d’Israéliens dans différentes endroits d’Amérique du Sud qui n’ont pas pu rentrer chez eux et pour eux l’accumulation de sensations est diverse. Stressé ou plein d’espoir, tout le monde pouvait cependant prendre le temps de célébrer le Seder de Pessa’h et se souvenir de la libération du Peuple juif d’Egypte.

L’ambassade d’Israël à Buenos Aires est en contact permanent avec des dizaines d’Israéliens pour organiser un vol de retour. La communication est permanente et l’objectif est contre la montre: avant le week-end, ils devaient rassembler 60 israéliens pour les affréter dans un avion d’El Al qui les ramènerait à l’aéroport de Tel Aviv.

La veille des Fêtes les a mis dans un dilemme: soit payer le prix plus élevé pour garantir le retour ou annuler le vol et rester en Argentine jusqu’à ce qu’une autre alternative se présente. Mais ce plan a été annulé et tout le groupe d’Israéliens devait se désigner a passer le Seder loin de leur pays.

En Équateur, une poignée d’Israéliens sont resté à Cuenca, convaincus que la meilleure option est de rester isolé dans leur hôtel. Ils considèrent que voyager à travers les aéroports et entreprendre des vols internationaux en ce moment est dangereux pendant cette période de pandémie. De plus, heureusement pour eux, ils ont trouvé des gens autour d’eux des gens qui les ont aidé.

Le premier à collaborer avec eux a été Andrés Ochoa, le propriétaire de l’hôtel, qui leur a permis de rester à un prix très abordable. Quelques jours plus tard, grâce au Rav Mendy Fried, directeur du Beth Habad de Guayaquil  et un groupe de familles juives vivant à Cuenca se sont joint a eux, et ont reçu des Matsot, du vin et des salades pour le Seder de Pessa’h, peut-être pas avec la famille mais avec la communauté.
« Nous n’avons aucun mot pour remercier pour ce qu’ils nous ont donné et le traitement que nous avons reçu », a déclaré Tali, et d’autres israéliens qui ont subi le même sort.

Au Pérou Ohad, un Israélien a pris la décision de rester en Amérique du Sud : « D’après ce que je comprends, il n’y a presque plus d’Israéliens dans le pays », dit-il, des semaines après que la compagnie aérienne israélienne El Al ait décidé de faire une série de vols spéciaux pour rapatrier près de 600 touristes israéliens au Pérou. Notre avion pour Israël a été annulé, mais j’ai un endroit confortable pour passer le confinement jusqu’à la réouverture des routes aériennes », a-t-il déclaré depuis Cusco.

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG