« Ce qui semblait être un feu d’artifice festif s’est avéré être une attaque organisée. » Un résident raconte les événements effroyables d’hier soir.

 

Hier, le quartier de Ma’ale HaZitim (Mont des Oliviers) ressemblait à une scène de guerre. Hannah Yagel, une habitante du quartier, a parlé à Arutz Sheva de la nuit difficile que les habitants ont traversée.

Les événements nocturnes qui comprenaient des cocktails Molotov, des jets de pierres et plus, visant les maisons des résidents juifs, ont commencé par des tirs de feux d’artifice qui se sont avérés viser non pas le ciel mais la direction des maisons. « Vers vingt heure, des feux d’artifice ont commencé. Nous sommes habitués aux explosions et pensions que c’était un mariage, mais en une minute, nous avons réalisé que les feux d’artifice visaient les maisons du quartier et la porte du quartier avec des cocktails Molotov. »

Hannah a déclaré: « Nous avons appelé les enfants pour voir les feux d’artifice, mais ensuite nous avons commencé à voir que les feux d’artifice ne visaient pas le ciel mais les maisons. Vous voyez un grand palmier à l’entrée du quartier qui commence à brûler, là Il y a encore deux incendies et la fumée commence à monter. Les voix se rapprochaient et nous nous sommes rendu compte que ce n’étaient pas des cris de joie, les maisons étaient attaquées ».

«Au même moment, nous avons entendu une voiture appartenant aux habitants du village yéménite être attaquée sur la place près du quartier, puis nous avons réalisé que nous étions à nouveau attaqués.»

Hannah a parlé de son appel téléphonique à la police, un appel qui était probablement le premier, en raison de la confusion de la police. « J’ai appelé immédiatement quand j’ai réalisé qu’il ne s’agissait pas d’un feu d’artifice ordinaire. La police a commencé par les questions habituelles : « où êtes-vous précisément » et d’autres questions de ce genre. Quand j’ai réalisé qu’il y avait un incendie à l’extérieur, j’ai demandé à la police si je devais appeler les pompiers. La police a dit qu’ils le feraient. Pendant ce temps, d’autres résidents ont appelé la police et les pompiers, et nous avons attendu comme de bons citoyens ».

« Nous nous attendions à ce qu’ils arrivent dans 2-3 minutes. Cela a en fait pris 15 à 20 minutes. Le palmier a brûlé, la caserne de pompiers n’était qu’à quelques minutes en voiture, mais il leur a fallu environ une demi-heure pour arriver. Les voisins ont utilisé un tuyau d’arrosage, ce qui a d’abord semblé sans espoir, mais ils ont réussi à maîtriser l’incendie. »

Hannah a poursuivi: « A ce moment, il y avait des tirs constant de feux d’artifice et de cocktails Molotov, alors les habitants ont décidé de descendre et de se défendre, et à la fin c’est ce qui a contraint la police à arriver. Lorsque nous avons commencé à nous défendre, la police a décidé d’intervenir. Des habitants très courageux sont sortis pour chasser les émeutiers. Même lorsque les forces de police sont arrivées, elles n’ont pas fait grand-chose, du moins pas au début. Le quartier a été assiégé. pendant plus d’une heure et demie. Les invités ne pouvaient pas partir, les étudiants de Bnei Akiva qui se trouvaient à l’antenne du district n’ont pu rentrer chez eux que tard parce que la police a décidé de bloquer la route aux Arabes et aux Juifs au lieu de sécuriser la circulation. »

« Nous avons dû impliquer le commandant du district. C’est la seule chose qui a poussé la police à ouvrir l’axe et à nous permettre d’entrer et de sortir du quartier », explique Yagel, notant que la police a tiré plusieurs grenades assourdissantes et plus tard des gaz lacrymogènes. « Rien n’a été fait pour chasser la foule d’Arabes. Ils ont arrêté la circulation et n’ont pas autorisé un déplacement en direction du quartier ou en direction du village plus loin sur la route. »

Selon elle, le sentiment était qu’il s’agissait d’une attaque organisée et bien coordonnée contre les maisons du quartier. « Parfois, il arrive qu’un garçon ou un enfant jette une pierre ou tire un feu d’artifice et s’enfuie. Ce n’était pas le cas hier. Il y avait des hommes masqués dans une attaque organisée et très longue. Cela aurait semblé quelque chose d’organisé. »

Un tel événement suscite-t-il des inquiétudes même pour les jours à venir ? « Je crois que tous ceux qui vivent à Ma’ale HaZeitim et dans Jérusalem-Est vivent également ici avec un sens de la mission au-delà de l’amour pour Jérusalem. Ceux qui ont peur de faire face à de tels événements ne viennent naturellement pas habiter là. J’espère que c’était un événement ponctuel. Nous ne sommes que des résidents de Jérusalem qui ont acheté ou loué de belles maisons. Nous espérons que la police prendra soin de prévenir de tels événements et ne nous laissera pas abandonnés à notre sort. »

%d blogueurs aiment cette page :