Les pièces de monnaie, frappées par la province juive autonome du Premier Empire Perse à la fin du 4ème siècle avant JC, attestaient l’existence d’une vie commerciale et administrative dans et autour du Second Temple et du Mont du Temple; «Ce sont les premières pièces de monnaie jamais émises par les Juifs», dit le co-directeur du projet, ajoutant que les pèlerins convertiraient leurs dîmes en ces pièces.

Itzchak Tessler | Ynet, traduit par Hassidout.org

Cinq pièces rares ont été découvertes dans le cadre du Projet de tamisage du Mont Temple. Les minuscules pièces d’argent – trois en parfait état et deux usées – étaient  gravées avec le mot «Yehud» dans l’ancienne écriture hébraïque, et sont parmi les premières frappées par les Juifs.

Les pièces de monnaie étaient gravées des lettres « YHD », ou Yehud, nom araméen de la province de Yehud du premier empire perse, équivalent à peu près à l’ancien royaume biblique de Juda. Ils sont datés à la fin du 4ème siècle avant notre ère.

Selon Zachi Dvira, qui co-dirige le projet avec le Dr Gabriel Barkay: « Au cours des 150 années de fouilles archéologiques sur les sites de la Jérusalem antique, seulement cinq  autres pièces ont été retrouvées, avec deux érodés, apparemment de la même série, et supposons que nous en trouverons plus dans le futur. « 

« Le fait que cinq de ces pièces aient été trouvées sur le Mont du Temple nous renseigne », dit Dvira, « sur la vie administrative qui se passait au Temple et sur le Mont ».

« Les pièces de monnaie », at-il ajouté, « ont peut-être même été frappées sur le Mont du Temple lui-même, car toutes les institutions dirigeantes se trouvaient près du Mont du Temple, d’où elles tiraient leur inspiration pour leurs activités ».

« Les pèlerins », expliqua Dvira, « apportèrent les premiers fruits de la saison au Temple à l’époque de la fête juive de Chavouot, et  aussi des dîmes. Un verset biblique dit que ceux-ci peuvent ensuite être convertis en argent ».

« C’est peut-être la raison pour laquelle, lorsque les pièces de monnaie ont commencé à être utilisées, l’argent était le métal le plus souvent utilisé », a-t-il dit.

« D’autres raisons expliquent la richesse relative des pièces découvertes sur le Mont du Temple », dit Dvira, « à savoir la méthode de filtration par voie humide du projet, et le fait que le Mont du Temple était aussi un centre commercial et administratif au début du Second Temple. »

« Ce sont les premières pièces de monnaie jamais émises par les Juifs », a révélé l’archéologue. « Ils expriment le retour du peuple dans son pays après l’exil babylonien, et sa capacité à maintenir des liens diplomatiques avec l’empire dominant – la Perse a cette époque – similaire à nos relations avec les Etats-Unis aujourd’hui. »

« Ironique; qu’à une époque où les Iraniens parlent ouvertement de détruire Israël, les pièces découvertes datent d’une époque où le régime perse était favorable aux Juifs et leur permettait de vivre en Israël dans la dignité », a-t-il ajouté.

Ces pièces rares étaient fabriquées à partir du métal précieux de l’argent. Elles étaient minuscules, avec un diamètre de seulement sept millimètres.

La conception des pièces de monnaie ressemblait étrangement à la monnaie la plus répandue du monde antique – l’obole athénienne – et non par coïncidence, comme les minitres juifs l’ont copiée avec le symbole de la chouette – un animal impur dans le judaïsme qui était synonyme de ville-état.

Cependant, les Jérusalémites ont changé l’écriture de la pièce, de l’inscription grecque de ΑΘΕ, symbolisant Athènes, aux lettres YHD en caractères hébreux anciens, représentant la Yehud Medinata, ou province autonome.

« Jérusalem était la capitale de la Yehud Medinata à l’époque », a expliqué Dvira. « Ces pièces rares reflètent le début de la transition, dans la région, du commerce en utilisant des biens et des métaux précieux – tels que l’or et l’argent – et au commerce, utilisant des pièces de monnaie contrôlées par le gouvernement. »

« Contrairement à aujourd’hui, la valeur commerciale des pièces de monnaie anciennes était égale au poids du métal utilisé dans leur frappe, mais comme sur le marché moderne, l’écriture sur la pièce atteste qu’elle a été frappée par l’Etat », at-il expliqué. .

En aparté, Dvira a noté que le nouveau shekel israélien frappé par la Banque d’Israël, qui sert de dénomination de base dans le système monétaire du pays, porte les trois lettres de YHD, exactement comme elles apparaissent sur les pièces récemment découvertes.

Le projet archéologique du Mont du Temple remonte à 1999, lorsque le Mouvement islamique a réalisé des travaux d’infrastructure sur le site sans permis ni coordination.

Dans le cadre des travaux, le Waqf – la confédération islamique administrant les édifices sur et autour du Mont du Temple – a effectué des fouilles et a creusé des centaines de tonnes de terre dans le ruisseau de Kidron.

Les archéologues d’Israël et du monde ont été horrifiés par l’action, certains prétendant même qu’elle était motivée par un programme visant à dissimuler toute preuve archéologique reliant le peuple juif au site contesté.

Barkay et Dvira ont ensuite lancé le projet en 2004, dans le parc national Emek Tzurim.

Ils ont fait appel à des volontaires d’Israël et de l’étranger pour aider à la minutieuse  opération de filtration. Leur projet a permis de découvrir des objets rares, dont un sceau du Premier Temple appartenant à un prêtre qui a servi de preuve de l’existence du Temple. cela avait été contesté par certains archéologues.

Le projet de filtration a été réalisé sous les auspices de l’Institut d’archéologie de l’Université Bar Ilan et financé par des fonds philanthropiques et des donateurs privés.

Le financement de l’État pour le projet de filtration a été arrêté en avril 2017. Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réaffirmé sa volonté d’aider à trouver une autre source de financement, rien n’a été fait.

Un convoi de camions a transporté la saleté du Mont du Temple au lycée de Yeshurun ​​à Petah Tikva la semaine dernière, aux côtés des stations de filtration et des canalisations d’eau. Les étudiants et les professeurs ont scruté la terre pendant deux heures, puis ont assisté à une présentation éducative sur l’histoire et l’archéologie du site. Les résultats des efforts de l’école seront examinés à une date ultérieure.

« Puisque c’est le tamisage plutôt que le travail de fouille réel », a déclaré Dvira, « de grands groupes de personnes peuvent être amenés à l’effort pour sauver les découvertes archéologiques enfouies profondément dans les monticules de terre. »

Après avoir organisé des activités de tamisage dans le parc national d’Emek Tzurim, il est maintenant devenu une activité mobile, planifiée pour tourner à l’échelle nationale et travailler avec divers publics, y compris les écoles, les institutions publiques et les communautés de toutes sortes.

 

%d blogueurs aiment cette page :