Des Bahourim ont été invités à Rome en Mivtsaim par le  Merkaz Chli’hout par le rabbin Ronnie Canarutto, responsable de Chabad Viale Libia, pendant la haute saison touristique.

Quelques Bahourim de la Yéchiva Tomhei Tmimim Loubavitch à Brunoy, ont passé leurs courtes vacances d’été de «bein hazmanim» – d’une semaine et demie,  dans le ghetto juif de Rome, en Italie, passant près de 10 heures par jour dans le ghetto à contacter des touristes juifs et des habitants à se connecter avec leur héritage. Un des Chlou’him à Rome, Rav Ronnie Canarutto, a déclaré que leur visite pendant la haute saison touristique ont eu un impact durable sur les habitants et les touristes.

Rome est en plein essor avec des milliers de touristes qui viennent du monde entier, dont beaucoup sont des Juifs qui visitent la ville antique qui abrite la plus ancienne du monde en dehors du Moyen-Orient, avec une existence continue depuis l’époque classique jusqu’à nos jours.

Un décret du Vatican du 14 juillet 1555 exigeait que les Juifs soient confinés dans un ghetto fortifié dont les portes seraient fermées la nuit. Ils ont vécu une vie de pauvreté écrasante, en raison des restrictions sévères imposées aux occupations que les Juifs étaient autorisés à exercer. Lorsque les Juifs sortaient du ghetto, les hommes devaient porter un drap jaune et les femmes un voile jaune.

Le quartier de l’ancien ghetto abrite aujourd’hui la Grande Synagogue de Rome et il reste une partie du mur de l’ancien ghetto, qui a été construit dans le mur de l’une des cours de la Piazza delle Cinque Scole.

Avec près de 10 heures de Mivtsaïm par jour, les Bahourim passaient leurs journées à parcourir l’ancienne rue à la recherche de juifs, leur offrant l’opportunité de mettre les Téfilines et leur distribuant des bougies de Chabbath, partageant un Dvar Torah.

Au cours de leur court séjour, ils ont mis des Tefilines avec plus de 150 personnes et ont fait 30 « Bar Mitsva » à des personnes qui n’avaient jamais vu ou même entendu parler des Tefilines (« karkaftas »).

Certains des Juifs qu’ils ont rencontrés ont été émus par l’expérience et se sont engagés à mettre les Tefillines tous les jours, ou certains jours de la semaine.

Les Bahourim ont déclaré qu’un nombre considérable de Juifs qu’ils ont rencontrés ont été informés de l’adresse du Beth Habad proche de leur lieu d’habitation.

Lorsqu’ils ont organisé un Minyan dans la rue, un participant a déclaré que c’était sa première occasion de réciter le Kaddish à la mémoire de ses parents décédés un peu plus tôt.

Le Rav Canarutto a noté que leurs activités avaient déjà un impact sur les Juifs de la ville – car ils étaient également en contact avec les habitants – et qu’elles auront également un impact durable sur les touristes.

Ils ont passé le Chabbat avec le Rav Sender Wilschanski , un des Chlou’him à Milan. Ils ont hâte de retourner apprendre à la Yéchiva de Brunoy, dynamisés par leurs vacances d’été.

 

Il met les Tefilines pour la première foi…

 

%d blogueurs aiment cette page :